Le dimanche de l’improvisation

On a tous vécu ça : le vide placardesque.

Nous sommes en été, et comme tous les étés, tout le monde en profite pour faire des travaux en pensant que cela ne dérangera personne.

FAUX, cela ne dérangera pas les personnes qui sont parties en vacances. Mais sinon ça fait bien suer tout le monde. Par exemple mon hypermarché a décidé de fermer ses portes pour une durée de travaux indéterminée. Or, pour éviter la populasse, je fais habituellement mes courses le dimanche matin. Lesquelles courses peuvent être parfois ponctuer de promenades au marché (ce qui reste rare).

Et là, mourante de faim, j’ouvre mon réfrigérateur vide de toute idée de plat. C’est le moment où tu n’as plus ce sentiment de « tiens je vais faire ça » en voyant les aliments dont tu disposes. Là c’est le vide complet.

Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire…

C’est à ce moment là que j’ouvre mon congélateur. Cela me permettra au moins de décider de ma dose de protéines : poisson, viande, volaille, végétarien…

Se présentent à moi un morceau de boeuf et un morceau de poulet. Arg, je n’arrive pas à décider lequel je pourrais cuisiner… Oh pis zut, je cuisine les deux ! Et pouf, ils entrent dans le micro-onde en mode décongélation.

Pendant ce temps là, toujours sans idée, je me dis que j’aimerais bien manger quelque chose avec de l’oignon. Je commence alors à éplucher et à émincer un beau petit oignon, je coupe également un peu d’ail.

… // vide mental //

Bon sang, qu’est-ce que je vais faire.

Je découpe alors en dés 3 pommes de terre et je mets des haricots plats à cuire. Merci Picard de m’avoir donné l’idée de garder au congélateur quelques légumes.

5 minutes plus tard, les oignons et l’aïl ont cuit dans un peu d’huile de sésame, j’y jète mes pommes de terre. Plus tard je lance dans la casserole ma viande coupée en gros dés, ainsi que mes haricots plats.

Cela commence à ressembler à quelque chose…

Mais ce n’est pas suffisant… Et là, idée lumineuse, je fais cuire du riz thaï, et je me dis que je vais faire une espèce de curry improvisé.

ARRRRRG ! Je n’ai plus de lait de coco. Le désespoir commence à s’emparer de mes spatules, mais ma louche me souffle une idée. Elle me dit d’ouvrir le réfrigérateur et (encore une fois) d’improviser.

Je m’empare alors d’une bouteille de jus de tomate, d’un fond de pot de crème fraîche et d’un yaourt nature.

PIF PAF POUF

Je verse tout cela dans ma casserole. Oui j’ai osé, mais on ne va pas parler de prise de risque. On parlera plutôt d’une totale inconscience. Tout ce que je savais, c’est que j’avais faim et qu’il fallait que je termine ce fichu plat.

Je sale ma préparation, je poivre, je goûte.

Hmmm… Pas trop mauvais, on va ajouter 4 tonnes de curry en poudre, un peu de piment, et ça devrait aller.

Chiche.

Je laisse cuire le tout 15 minutes à feu doux, pendant que je laisse au riz thaï perdre un peu de son humidité.

L’heure de « dégustation »

La morale de l’histoire : un jour, il faudrait que j’apprenne des recettes /  le yaourt avec le jus de tomate ce n’est pas trop mauvais.

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

6 commentaires

  1. Un pot-au-feu mijote en ce moment, mais c’est pour demain. Sinon ce seront des tartines ce soir…. A moins de pâtes aux courgettes vite faite…

  2. @ Mateusz : cela peut être succulent une tartine ! :D

    @ Céline : Comment ça du ragoût ? Tu traites mon plat de bouillie ? ;p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *