2 heures dans le vieux Pampelune

La ville de Pampelune (Pamplona) est la capitale de la Navarre. En basque, on l’appelle Iruña, ce qui explique les panneaux bilingues montrant deux noms totalement différents que l’on peut rencontrer. En plus clair, il s’agit d’une ville située au nord de l’Espagne, et à une bonne heure de route en voiture depuis Hendaye.

Moi qui n’avais jamais visité l’Espagne en dehors d’une virée pour ramasser des châtaignes, j’étais plutôt contente d’improviser ce moment touristique. Après quelques minutes à chercher une place de parking pour mon bolide, une 206, nous avons entamé à pied le parcours de la Casco Antiguo. Il s’agit du nom du quartier historique de Pampelune formé de rues médiévales étroites.

Je vous invite à cliquer sur les photos pour les agrandir.

Le parc, la vue

Mais avant, il fallait traverser le Parque de la Tacorena. C’est un immense parc que j’ai pu entrevoir. La porte Saint-Nicolas nous a accueillis, puis ce fut le tour d’une belle fontaine et de sa statue du chanteur lyrique Julián Gayarre.

Julián Gayarre (1844-1890) fut un chanteur d’opéra de nationalité espagnole, très connu de son vivant. C’est à Pampelune qu’il découvrit la musique, alors que son père l’y avait envoyé à 15 ans pour travailler dans une boutique.

Photos :

  1. Vue sur le Parque de la Tacorena
  2. Vue au-dessus de la ville de Pampelune avec les Pyrénées
  3. Fontaine du Parque de la Tacorena
  4. Statue de Julián Gayarre
  5. Statue de Julián Gayarre
  6. Détail de la porte Saint-Nicolas
  7. Détail de la porte Saint-Nicolas

Une visite riche en images

Cette visite fut calme. Les ruelles peu fréquentées par le trafic automobile sont agréables. J’ai aimé les heurtoirs en forme de main féminine sur les portes anciennes. D’ailleurs, je n’ai pas pu résister à prendre une photographie d’une façade décorée d’un motif de la Diane de Versailles. Encore elle, décidément !

Photos :

  1. Street art en langue basque, on le voyait beaucoup Gibraltar Euskadi da (Gribraltar Pays Basque !), une revendication politique ?
  2. Heurtoir de porte ancienne
  3. Jolie mosaïque sur un mur un peu abîmé
  4. Heurtoir de porte ancienne
  5. Un beau vélo
  6. Figure religieuse sur un bâtiment
  7. Ancienne façade de pharmacie
  8. La Diane de Versailles sur une façade
  9. Street art en langue basque eraso sexistarik ez (Pas d’attaque sexiste !)
  10. Décoration d’une boutique fermée

Des clochers

S’il y a bien une chose qui ne manque pas en Espagne, c’est la concentration de clochers. Dens les rues étroites du vieux Pampelune, on voit s’ériger entre les bâtiments ces immenses bâtiments qui paraissent alors disproportionnés.

Il y a bien entendu la cathédrale de Pampelune. Mais cela vaut la peine de se déplacer vers l’église Saint-Nicolas construite au XII² siècle. Elle a la particularité d’avoir été un bastion militaire pour les troupes qui défendaient à l’époque la cité, mais ce fut également un abri pour la population locale.

Photos :

  1. Église San Saturnino
  2. Clocher de la cathédrale de Pampelune
  3. Auberge de jeunesse, particulièrement appréciée ici puisque nous sommes sur une voie pour le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle.
  4. Église Saint-Nicolas
  5. Cathédrale de Pampelune visible depuis une ruelle
  6. Cathédrale de Pampelune
  7. Tympan de la cathédrale de Pampelune

La mairie de Pampelune

Sur une petite place, on trouve la mairie de Pampelune. C’est un petit bâtiment, fort mignon, très décoré. Sa taille semble complètement minuscule en comparaison de la taille actuelle de la ville. Je suppose donc qu’il y a des antennes de cette mairie un peu partout.

Photos :

  1. Façade de la mairie de Pampelune
  2. Représentation de Hercule
  3. Partie haute du bâtiment avec figuration de personnages de la mythologie gréco-romaine.

Deux heures pour une visite de ce quartier, c’est plutôt court. Je ne suis pas entrée dans la cathédrale, car j’ai beaucoup de mal à payer pour entrer dans un lieu de culte. Le parc aurait mérité une plus longue visite, car c’est chouette, et surtout parce que j’adore les parcs. Dommage que ce soit aussi loin, sinon cela aurait été un bon prétexte pour un footing !

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *