Test : 10 carnets pour le dessin à la loupe

Les carnets, j’en ai déjà parlé, et je pense en reparler beaucoup. C’est tout simplement un des objets qui m’accompagne au quotidien. J’en utilise tous les jours trois à la fois : Bullet Journal, Agenda, Carnet de croquis. C’est un indispensable que j’emmène partout, où que j’aille, quelle que soit la situation. J’ai régulièrement des questions, alors voici le résumé des carnets que j’ai pu tester. Je pense que j’en ai essayé beaucoup plus, mais pour ce billet j’ai préféré me baser sur des carnets que j’avais retrouvés chez moi, et dont je peux parler sans trop de souvenirs déformés.

C’est parti !





1 – Daler-Rowney Graduate

  • Formats : A5, A4, A3
  • Couverture souple
  • Papier : 140 g/m2

J’aime chez le Daler-Rowney Graduate :

C’est un excellent rapport qualité prix, et un format idéal pour le transport. C’est un format plutôt cahier mais qui n’empêche pas d’avoir un papier excellent pour l’aquarelle. Vous ne pourrez pas faire des centaines de couches non plus, mais pour de l’étude et des croquis, c’est idéal. J’adore ces cahiers, ce sont sans doute parmi mes favoris sur le marché français.

Je regrette chez le Daler Rowney Graduate :

Pas grand chose. Il existe aussi un format à couverture cartonnée épaisse pour les personnes souhaitant quelque chose de plus solide.

Où l’acheter : ici et 

2 – Moleskine carnet de croquis « Art plus »

  • Formats : 9×14 cm ; 13×21 cm ; A4 ; A3
  • Couverture rigide
  • Papier : 165 g/m2

J’aime chez le carnet de croquis Moleskine « Art plus »

Les carnets Moleskine sont incontestablement jolis, avec cet effet simili cuir et doux que portent les couvertures. Le papier est tout à fait correct, et la reliure de qualité. J’ai utilisé plusieurs de ces carnets, et je finis toujours par en reprendre. C’est un format à la fois simple et passe-partout.

Le papier est bien blanc, c’est idéal pour de l’aquarelle. J’aime également le cordon marque-page, et la petite pochette en fin de cahier. J’y mets les tickets d’entrées des lieux visités que j’ai pu croqué.

Je regrette chez le carnet de croquis Moleskine « Art plus »

Le prix !
La couverture s’écorche si on emporte très souvent le carnet avec soi, c’est dommage puisqu’il est fait pour cela. Prévoir des pinces pour tenir le carnet ouvert lorsqu’on l’utilise. C’est l’inconvénient de ce type de format assez dur.

Où l’acheter : ici

Ce carnet dispose de son jumeaux le Moleskine Aquarelle que j’aime aussi beaucoup. Il n’y a pas tant de différences entre les deux si ce n’est le format du cahier lui-même qui permet la création de panoramiques. C’est ce carnet qui est présenté en photo.

3 – Moleskine couverture souple à pages blanches

  • Formats : 9×14 cm ; 13×21 cm ; 19×25 cm
  • Couverture souple
  • Papier : fin (je ne sais pas combien)

J’aime chez le cahier Moleskine souple à pages blanches

C’est plutôt un cahier fait pour l’écriture. Le papier est fin et légèrement glacé. J’aime sa couverture souple, le fait qu’il entre parfaitement dans mon sac à main « de ville ». Il est maniable et se replier sur soi-même pour le tenir comme un bloc.

Les crayons polychromos faber-castell marquent très bien dessus.

Je regrette chez le cahier Moleskine souple à pages blanches

Le papier est tellement fin que l’on voit facilement l’encre de l’autre côté d’une page. Il arrive également que l’encre se transfère d’une page à l’autre. C’est un détail, mais le papier n’est pas blanc, plutôt beige-jaune. Cela pourra jouer pour les personnes appréciant le papier blanc.

Où l’acheter : ici

4 – Moulin du coq, livre de croquis

  • Formats : A5, A4, A3
  • Couverture rigide
  • Papier : 140 g/m2

J’aime chez le livre de croquis Moulin du coq

Un carnet parfait pour ceux qui aiment les beaux objets. C’est sans aucun doute un très bon papier, et un carnet solide à transporter avec soi. Le cordon marque-page finit de le rendre irrésistible.

Je regrette chez le livre de croquis Moulin du coq

Je crois que c’est mon seul regret achat, avec un autre de la liste dont nous parlerons plus tard. Le papier est excellent, la couverture très solide, le carnet solide. Ce produit s’approche plus de l’idée de l’album à croquis. Mais voilà, il est massif, et on a du mal à l’ouvrir tout à fait en entier. Je l’ai depuis des années et je le remplis comme si c’était une corvée. Je préfère les choses légères.

5 – Les carnets kraft de La compagnie du kraft

10 000 pardons à La compagnie du kraft, j’ai mis des années à finir par parler de vous, la procrastination est un des plus grands maux de ce siècle.

  • Format : A6, A4, A5
  • Couverture souple

J’aime chez le carnet kraft de La compagnie du kraft

Tout, son format, le fait qu’il soit 100% fait main, et fabriqué en France. Aussi est-il rechargeable à vis, c’est un magnifique produit. Lorsque je veux dessiner sur du papier coloré à la sanguine par exemple, c’est ce que je préfère utiliser.

Je regrette chez le carnet kraft chez La compagnie du kraft

Peut-être l’épaisseur de la couverture, s’il faut chipoter. J’ai tendance à transporter beaucoup le même cahier dans mon sac. Bien que j’aime la légèreté, il faut que cela tienne un peu le coup.

Où l’acheter : ici 

6 – Calepino n°3 blanc

  • Format : A6
  • Couverture souple
  • Papier : 90 g/m2

J’aime chez le carnet Calepino n°3 blanc

Le style de ce carnet est indéniable. C’est un cadeau parfait pour qui aime la papeterie. C’est beau, et c’est du made in France. C’est un excellent cahier de poche à emporter partout. Je l’aime pour les croquis très rapides pour lesquels je sais que je ne vais pas prendre beaucoup de temps, quelques minutes à peine.

Je regrette chez le carnet Calepino n°3 blanc

Peu de point de vente encore et le coût. Mais c’est du made in France !

Où l’acheter : ici

7 – Les carnets Muji

J’aime chez les carnets Muji

Le prix, le prix, le prix. Le carnet muji, le cahier muji, toute la papeterie Muji, c’est de l’utilitaire que tu ne regrettes pas d’avoir acheté parce qu’il est cher. Plusieurs formats existent, j’aime le passeport qui est très proche du très petit cahier Moleskine.

Je regrette chez les carnets Muji

Le papier légèrement glacé sur lequel l’encre glisse un peu trop, la couleur du papier, l’épaisseur du papier. On a ce qu’on achète. Bien que les carnets Muji soient de très bons produits utilitaires, ils ne vont pas forcément ravir les personnes qui souhaitent un peu plus travailler le papier en le torturant de dizaines de coups de gommes, de superpositions de couches d’encres, et de ratures.

Où en acheter : ici 

8 – Carnet à spirales Gerstaecker

  • Format : 25×25 cm carré ; 10×10 cm carré, A3, A4, A5 reliures paysage et portrait
  • Couverture souple
  • Papier : 140 g/m2

J’aime chez le carnet à spirales Gerstaecker

Le prix ! C’est un premier prix dans la gamme des carnets commercialisés par Géants des beaux-arts. Le papier est très correct. C’est un produit d’appel qui séduira par la polyvalence apportée.

Je regrette chez le carnet à spirales Gerstaecker

Le format. Ce n’est pas quelque chose que je reprendrai. Je n’aime pas la manière dont sont faites les perforations, et la manière dont se disloque l’ensemble du cahier quand on le tient. La prise en main n’est pas agréable pour moi.

Où l’acheter : ici 

9 – Le Zap Book !

  • Papier : 80 g/m2
  • Formats : tous les standards imprimeries, paysage et portraits, spirales ou collés
  • Couverture souple

J’aime chez le Zap book

Les couleurs. C’est un peu bête, mais le Zap book a son propre look indémodable. Le prix est bien sûr attractif.

Je pense que c’est l’idéal pour un carnet de croquis que l’on souhaite disposer pour travailler et étudier. Il permet sans regret de gribouiller des dizaines de pages lors de la même séance de dessin. C’est un papier 100% recyclé !

Je regrette chez le Zap book

La colle, et le papier. Le Zap book n’est pas parmi les produits qui me sont agréables à utiliser. Le papier recyclé devient un inconvénient puisqu’il est malheureusement gris.

Où l’acheter : ici

10 – Le très petit cahier à pages blanches Moleskine, moitié détachable

  • Format : 9X14 cm
  • Couverture souple, modèle « cahier journal »
  • Papier : fin

J’aime chez le très petit cahier Moleskine

J’en ai un sur mon bureau. J’ai dessiné des loutres dedans. Le format est très pratique, j’aime le fait que la deuxième moitié des pages soit détachable.

Je regrette chez le très petit cahier Moleskine

À cause du format, le papier est très fin. Ce n’est pas adapté à autre chose que de l’écriture et à de la technique sèche.

Où l’acheter : ici 

Tableau récapitulatif du comparatif des carnets de croquis

Marque Modèle Format Papier Prix à partir de
Daler-Rowney

 

Graduate A5, A4, A3

 

140 g/m2

 

2,33 €
Moleskine

 

Art Plus 9×14 cm ; 13×21 cm ; A4 ; A3

 

165 g/m2

 

16,19 €
Moleskine

 

Couverture souple pages blanches 9×14 cm ; 13×21 cm ; 19×25 cm

 

Pas d’information 15,61 €
Moulin du coq

 

Livre de croquis A5, A4, A3

 

140 g/m2

 

Environ 20 €
La compagnie du kraft

 

Les carnets kraft A6, A4, A5

 

Pas d’information 18,90 €
Calepino Carnets Calepino A6 90 g/m2

 

24 €
Muji 3,50 €
Géant des beaux-arts Carnet de croquis à spirales 25×25 cm carré ; 10×10 cm carré, A3, A4, A5 reliures paysage et portrait 140 g/m2

 

6,45 €
Zap Book Quasiment tous les formats ! 80 g/m2

 

3,78 €
Moleskine Cahier Journal, couverture souple cartonnée 9X14 cm, 13×21 cm, 19×25 cm

 

Pas d’information 11,50 €
Revendeurs :

·      Amazon

·      Géant des beaux-arts

·      Rougier & Plé





J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

5 commentaires

  1. j’en ai essayé pas mal aussi et étant plutot aquarelliste mouillé j’ai été déçu par beaucoup car leur papier ne tenait pas l’eau.
    J’en ai trouvé un récemment dont le papier cellulose pourtant s’ouvre assez rapidement pour absober l’eau de l’aquarelle . C’est le coréen Vang qui le fabrique. Il s’agit de carnet à couverture rouge et noir sur la tranche. Il existe en plusieurs formats du A5 à l’A3…

  2. @ Philippe Severac :
    Merci beaucoup, je ne connaissais pas !
    Je vais me renseigner, c’est vrai qu’on n’a pas toujours un papier aquarelle fantastique sur les carnets, cela permet aussi d’avoir des carnets sans doute un peu moins chers pour être transportés partout. Mais en technique mouillé, il est certain que l’on est plus exigeant !

  3. Bonjour!
    Essayez de voir aussi les « Carnets de voyage » du papetier Lana, le papier utilisé est du papier aquarelles 300g, grain fin; les carnets sont spiralés.
    Bonne journée!

  4. Coucou, merci pour cet article, je pense m’orienter vers un moleskine aquarelle, ce qui est mon choix de départ, et peut-être un moulin du coq mais moins épais, j’ai vu des carnets de voyages, qui me semblent très bien et plus manipulables.
    J’ai moi-même les fabriano classic artist’s journal, qui ont l’avantage (à mon sens), d’avoir des pages texturées/vergées de différentes couleurs dans le même carnets, alors c’est sympa de travailler parfois sur du blanc, parfois sur une sorte d’écru/beige. Et puis j’ai pu aquareller dedans, même si cela gondole un peu. J’aime le format carré, qui est assez grand, 23 sur 23 et un autre type plus petit, 16 x 21 cm mais assez épais, les deux étant du coup trop grands ou épais pour être transporté, à moins d’avoir un sac adapté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *