Rétrospective Speedy Graphito au Palais du Tau

Du 27 janvier au 8 Avril 2018, on peut voir au Palais du Tau une exposition rétrospective dédiée à Speedy Graphito, un street artiste français présent dans le paysage de nos villes depuis les années 80. Thématique originale et intéressante pour le Palais du Tau, la perspective d’une exposition consacrée à un artiste urbain et populaire dans l’écrin des trésors de la cathédrale Notre Dame de Reims m’a séduite. J’aime le contraste créé par les rencontres entre art a priori populaire et le patrimoine. Nous sommes ici à quelques mètres seulement de la cathédrale où l’ange au sourire accueille les visiteurs venus voir la cité des sacres.

Une rencontre rafraichissante

J’aime lorsque des thématiques qui ne vont a priori pas ensemble, se rencontrent dans un même lieu. Ici, l’exposition Speedy Graphito se tient dans la magnifique salle basse du Palais du Tau, mais aussi dans la salle du festin ainsi que les galeries. Le fait que le musée ne dispose pas d’un espace isolé uniquement dédié aux expositions temporaires devient alors une force. Ceux venus voir les trésors de la cathédrale, et les objets qui ont fait l’histoire des sacres, rencontrent soudainement l’œuvre colorée et populaire de Speedy Graphito. À l’inverse, un public qui ne se serait peut-être pas intéressée autrement au très beau Palais du Tau dispose d’un prétexte pour le voir. L’exposition ne manque pas de faire échos à la rétrospective C215 au Cellier en 2016. Cet évènement fut également l’occasion de la création d’un parcours dans la ville pour trouver les œuvres de C215. De l’art qui circule, fait circuler, et amène les rencontres, voilà un beau programme !

Qui est Speedy Graphito ?

Speedy Graphito est un artiste dont on vit apparaître les œuvres sur les murs de Paris dans les années 1980. Comme tu peux t’y attendre, c’est un pseudonyme. J’ai pour ma part une préférence pour le Speedy Graphito, sur le début de sa carrière, les dernières œuvres me touchant moins. Je suis très sensible aux tableaux réalisés dans les années 80, tandis que les compositions récentes ne m’ont pas beaucoup émues. J’y vois la grande culture artistique de Speedy Graphito, et le mélange entre art populaire et beaux arts, comme un conflit réconcilié. Les animaux stylisés, et le Lapinture, ce style graphique augulaire, a étrangement mieux résonné en moi.

Pourtant, l’exposition rétrospective Speedy Graphito au Palais du Tau est d’autant plus intéressante, lorsque l’on met en parallèle les références qui sont faites dans la plupart des œuvres. C’est un dialogue entre différentes époques, pratiques, et générations.

Petite note, ceux qui visiteront le Palais du Tau les premiers dimanches du mois auront accès à l’exposition gratuitement, comme pour les autres parties du musée.

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *