Se poser de simples questions : la préparation mentale

Je souffre de quelque chose de très frustrant dans la vie : j’ai mon mental qui s’oppose constamment à mes projets, envies, même si rien de concret ne m’empêche réellement d’aller jusqu’au bout. Il arrive beaucoup trop souvent un moment où une partie de moi va tout simplement tourner le bouton vers la position « OFF » et dire à mon cerveau de s’arrêter de travailler vers quelque chose qui me ferait pourtant tellement plaisir.

C’est frustrant, énervant, et surtout lorsque je m’en rends compte trop tard.

J’ai donc commencé à essayer des méthodes dites de préparations mentales. Il s’agit de se visualiser dans sa réussite, dans l’effet que nous ferait d’atteindre notre but, les manières de l’atteindre. Réaliser parfaitement pourquoi nous le faisons, pour qui, et ce que cela va précisément nous apporter tant dans la vie d’un point de vue global, qu’en terme de satisfaction personnelle.

Tout cela semble bien compliqué. Ce n’est pas évident de comprendre chacun de ces éléments, surtout lorsqu’ils ont pourtant une grande influence sur notre comportement dans le quotidien. Parfois nous croyons aussi que nous faisons quelque chose pour nous, puis nous réalisons que c’est pour les autres. Le projet perd de son sens, et finalement peut-être avons-nous envie de passer à autre chose qui nous fera réellement du bien.

Je commence à réussir cela, visualiser ces briques qui construisent mon mental, grâce à la méditation.

Oui cela paraît un peu mystique dit comme cela, mais encore une fois je me suis servie de l’application Headspace tant appréciée pour réaliser le pack « Motivation » dans la section sport. Voici comment cela se déroule.

D’abord, il faut se mettre dans un état permettant à l’esprit de se libérer. La méditation permet cela, grâce à un exercice de concentration sur soi. Parmi les autres méthodes, il y a aussi l’hypnose, l’EMDR, l’auto-hypnose… Dans tous les cas il s’agit de pouvoir laisser son esprit exprimer ce qu’il a à exprimer sans blocage. Une fois que ce point est arrivé (ce n’est pas forcément long), on se pose alors une question toute simple comme « quel est l’objectif de tes rêves ? », « quel sentiment as-tu lorsque tu réussis ton objectif ? ». Il faut que la question soit ouverte, parfois une idée survient spontanément, parfois rien ne vient, mais ce n’est pas grave.

C’est ainsi que j’ai découvert que l’objectif de mes rêves était de faire le Mont Ventoux. J’ai presque détesté mon esprit, mais pourquoi est-ce que je veux me faire subir cela ?!

Je pense me faire cet exercice dans chacun des domaines pour lesquels j’ai des projets qui comptent pour moi. L’effet est réel. Visualiser les raisons pour lesquels on se dirige vraiment dans une direction, permet de réaliser le parcours pour y arriver de manière beaucoup plus efficace.

 

Écrit par

Je suis tombée amoureuse de la culture visuelle à la fac, lorsque j'ai découvert l'histoire de la photographie et son rôle social. Cela m'a inspiré ce blog que je tiens depuis 2009 pour partager mes découvertes avec vous.

Laisser un commentaire