Pousse petit avocat, pousse !

Un jour j’ai vu un petit avocat chez Flou, et cela m’a terriblement donné envie de tenter l’expérience moi-même. C’est f(l)ou comme elle peut être influente cette dame ! Quelques années plus tard – ça ne nous rajeunit pas – j’ai donc entrepris la culture de mon propre avocatier. J’ai donc mangé des avocats, jusqu’à choisir un noyau qui me semblait pas trop mal. L’expérimentation consiste alors à le placer au-dessus d’un petit réservoir d’eau, touchant légèrement la surface, et d’attendre. Honnêtement, cela a duré des mois entier avant que mon noyau ne commence à germer. J’étais même prête à le jeter, jusqu’au jour où il s’est fendu. Voici donc la toute première photo prise de mon avocatier, en juillet 2016. Vous pouvez par la même occasion juger du bazar environnant.

J’ai donc regardé pendant plusieurs semaine la germe se développer, et une petite branche démarrer son ascension vers le plafond. Une fois le noyau germé, c’est allé extrêmement vite pour moi. Peut-être ai-je un environnement un peu propice en terme de température et d’exposition, qui sait ? Pour note, je n’ai jamais réussi à refaire démarrer un autre noyau depuis, pas faute d’avoir essayé.

Lorsque les premières feuilles sont apparues, toutes minuscules, j’ai mis le noyau dans un pot. Pauvre petite plante n’a été rempotée dans un grand pot que presque 2 ans plus tard, en janvier 2018 après s’être sentie à l’étroit dans son chez soi. J’ai procédé à un Cela ne l’a pas empêché de continuer à grimper encore et encore. Lorsque j’ai vu la tige commencer à flancher, j’ai entrepris de couper la tête de l’avocatier afin qu’il se renforce un peu. Cela a l’air d’avoir fonctionné. La tige est plus forte, et des feuilles/branches supplémentaires commencent à se former. Apparemment, il faut pincer assez tôt la tige, mais j’avais manqué cette information à l’époque !

Aujourd’hui, cette plante, ce petit arbre, m’impressionne assez, pour avoir finalement survécu à mes soins. Elle trône aujourd’hui non loin de la fenêtre de la cuisine avec ses amies plantes qui ont grandi en même temps qu’elle. Charmante compagnie pour un jeune avocatier !

Un entretien facile

Dès que les feuilles font mine de regarder le sol, je sais que l’avocatier a soif. Il me suffit alors de mettre un peu d’eau pour voir les feuilles remonter très rapidement. La plante continue quant à elle de grandir sans que je ne fasse grand chose. Le terreau universel que j’ai utilisé dispose d’un peu d’engrais pour plante d’intérieur, cela a certainement joué en la faveur de la croissance de ce petit arbre. Ou peut-être la plante grandit-elle autant car il ne fait pas si lumineux chez moi ?
Aujourd’hui, je suis sans cesse surprise par la taille de ces feuilles, bien plus grandes que mes mains, et l’apparition de nouvelles. L’avocatier a donc cessé de grandir en hauteur car je l’ai taillé, mais tant mieux pour le moment. En revanche, je pense que je vais certainement devoir lui mettre un petit tuteur, à surveiller !

En tout cas, n’hésite pas à te lancer toi-même dans l’aventure. C’est peu coûteux, c’est un émerveillement quotidien, et surtout, c’est un bonheur d’avoir du vert à la maison !

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *