Ne nous décourageons pas

Je suis en phase de colère. Je me réveille la nuit en me disant : « Et si je m’étais retournée au moment où j’ai senti ce mouvement le long de mes pieds ? ». J’imagine des choses, je me demande où se trouve mon appareil photo. A-t-il été revendu ?

En réalité, je me surprends à espérer qu’on en fait bon usage. Qu’il sert à quelqu’un qui saura l’apprécier comme je l’ai apprécié.

Mes amis me disent de ne pas m’inquiéter, parce que j’aurai bientôt un nouvel appareil photo que j’aimerais encore plus. Alors je laisse mon esprit imaginer lequel je souhaiterais. Parce que mon 500D, je l’avais longtemps espéré. Là c’est différent, ce sera l’appareil photo de remplacement, celui qui devra me satisfaire autant ou plus.

Je ne veux pas d’un appareil photo très haut de gamme, je n’en ai rien à faire. Je veux juste la flexibilité du reflex, jongler avec les pixels et maîtriser le monde. Lorsque j’appuie sur le déclencheur, j’ai toujours ce sentiment de puissance car j’aurais choisi un cadre qui ne sera que le mien. Je montre un monde qui est le monde que j’ai choisi de montrer.

Cela doit paraître bien superficiel, car ce n’est que du matériel. Mais voyez-vous, quand on s’acharne à essayer de faire les choses bien. Même si on n’y arrive pas toujours, on essaie. Et je me dis toujours que si je reste gentille, que je travaille et que je fais des efforts, les choses iront mieux petit à petit.

Seulement le monde va trop vide. Ou du moins, le monde va trop vite pour moi. J’ai toujours un train de retard sur les moments attendus.

J’ai réalisé trop tard que je voulais faire des études d’arts, et que je ne pouvais pas me contenter de faire des lettres pour faire plaisir aux autres. J’ai réalisé trop tard où était vraiment mon potentiel quand j’ai fini par faire des arts appliqués.

Finalement je me suis résolue à faire ce que je sais faire, et le faire bien (du Web éditorial), pour réussi à m’accorder sur mon temps libre pour à côté continuer à remplir mes carnets, photographier, dessiner, imaginer, me nourrir d’images.

Et lorsque les choses arrivent presque à leur terme, quand je me suis concentrée si ardemment pour réussir à passer ce pallier, quand je commençais à me dire « ne t’inquiète pas, tout ira bien ».

Le sort en a décidé autrement. L’administration française entière décide de me mettre dans la difficulté par sa lenteur, des problèmes de santé me contraignent à de fortes dépenses que je peine à me faire rembourser, un de mes outils de créations les plus précieux est volé.

Et dans ces moments là, je me demande… est-ce vraiment possible de demeurer gentille et travailleuse ? Lorsque le reste du monde va si vite sans me laisser le temps, et qu’il n’hésite pas à me rappeler que d’autres personnes avec moins de scrupules seront bien contents de voir sur leur chemin une fille aussi naïve.

Idiote.

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

11 commentaires

  1. HAlala! :D
    Tu es encore très jeune, comme c’est triste de penser que tu t’es aperçu trop tard de certaines choses. Mon dieu, heureusement qu’il n’est pas trop tard! Heureusement que le chemin que l’on a pris a 20 ans, ne sera pas forcément celui qu’on suivra toute notre vie. Peut être reprendras tu tes études d’art dans 10 ans, et tu sais quoi, ce ne sera toujours pas trop tard!! :D
    Ce n’est que le début, là. :D

  2. J’ai l’impression que tu culpabilises de t’être fait voler ton appareil, alors que ce n’est pas de ta faute. C’est le voleur qui doit culpabiliser.

    Sinon pour le nouveau, si tu as des objectifs Canon qui te restent chez toi, il y a de grandes chances pour que ça soit plus simple de reprendre du Canon, en plus l’ergonomie ressemble d’un modèle à l’autre.
    Sinon tu as un grand choix, les Pentax sont de bonne qualité mais manquent d’objectifs, les Sony alpha ne sont pas de « vrais » reflex mais sont capables de faire des rafales de folie et de l’autofocus en vidéo, les Nikon sont classiques comme les Canon mais avec un écosystème un peu différent.

    Et sinon à côté il y a les « mirrorless » à objectifs interchangeables, Sony NEX, Nikon 1, Olympus Pen, Panasonic G/GF, Samsung NX. Les Sony NEX ont des capteurs et donc une qualité d’image équivalente aux reflex, mais ont des objectifs relativement encombrants, les autres ont une qualité un peu en dessous mais ont des objectifs plus petits, ce qui permet de les transporter plus facilement.

    Une autre spécificité des mirrorless, c’est que l’absence de miroir laisse la place pour des bagues d’adaptations permettant d’utiliser quasiment n’importe quel objectifs de n’importe quel marque dessus (en focus manuel en général, mais par exemple l’algorithme de « focus peaking » des sony est suffisamment bon pour que ça ne soit pas un problème).

  3. Bonjour

    J’ai récemment « subit » quelque chose d’assez similaire, puisque je me suis fait arnaquer via une vente de matériel photo (objectif strictement neuf, que j’avais gagné dans un concours photo…) ; la faute à pas de chance, la faute à La Poste (qui ne s’assure même plus lors d’un paiement en contre-remboursement que l’acheteur est bien le bon quand il paye par chèque), ma faute…

    700 € dans le c.. et l’intense impression de s’être fait « violer », car pour moi le vol c’est du viol. Plainte déposée, et à la clé un article fumant sur mon ‘tit blog de photographe (je suis pro en activité secondaire) sur les erreurs à ne pas commettre lorsque l’on vend du matériel photo… Ironie du sort, je ne parle sur mon blog que d’expériences que j’ai moi-même menées :(

    Je compatis sur la perte de l’appareil !

    Maintenant quant à son renouvellement, perso je ne suis pas trop favorable aux nouvelles générations de matériels « hybrides ». Tout dépendra de l’approche photographique de chacun, mais lorsqu’on pratique assidument la photographie, il arrive toujours à un moment donné que le matériel devienne une limite. Et en ce sens, seuls Canon et Nikon permettent de s’en affranchir (abstraction faite du prix du matos) tout en bénéficiant de l’ensemble des fonctionnalités et technologies desdits matériels.

    Mais bon, je suis canoniste convaincu et utilisateur d’optiques « non compatibles » avec les hybrides, mon conseil vaut donc ce qu’il vaut :)

  4. Merci beaucoup pour vos commentaires. ✭

    Pour le renouvellement de l’appareil, je vais pencher vers un boîtier Canon. En effet, et fort heureusement, seul mon 50 mm f/1.8 a été volé. Je dispose toujours de mon 18-55 et de mon 18-200.
    Je ne vais pas les laisser prendre la poussière. ;-)

    Après, autant en profiter pour un petit upgrade ? J’admets que je louche un peu sur le 600D ou même le 60D. Il va falloir se serrer la ceinture !

  5. Tu y penseras toujours, malheureusement, mais ça passera. En janvier, mon homme s’est fait faire les poches par un pick pocket. Je me suis dit plusieurs jours que j’aurais dû lui dire de prendre un tuck tuck, j’aurais dû être plus vigilante, me mettre derrière lui… On y pense toujours, et comme tu le dis, ton futur appareil sera un appareil que tu verras toujours comme un remplaçant. Mais ça passera…
    (tu as pensé à une bonne occasion beaucoup moins chère, dans une boutique parisienne ?)

  6. Oh ben dis donc, c’est pas cool ça…
    Rien à voir (ou presque) mais j’ai mis très, mais alors très longtemps à me remettre du vol d’un de mes carnets par un de mes ex. Je m’en suis rendue compte en vidant ma chambre d’internat. Et presque 10 ans plus tard, je me demande ce qu’il est devenu ce carnet : est-ce qu’il la lu ? Est-ce qu’il l’a toujours ? Est-ce qu’il l’a jeté ?
    Ces objets font tellement partie de nous que c’est normal que ça remue (même si on peut le changer, en racheter un tout ça). Tu as perdu des photos ? (je suppose que oui) (quelle horreur)
    Pour tourner la page, je m’étais acheté quelque chose d’un poil plus haut de gamme, une sorte de petite récompense…
    (ça faisait un bail que j’étais pas passé ici, la déco a changé, c’est joli !)

  7. Ce n’est pas tant la perte d’un objet de valeur monétaire qui est difficile. Mais bien la perte d’un objet de valeur sentimentale. Mais quelque part, c’est beau de ressentir ce manque. Ce sont ces sentiments qui font de nous des Humains. Contrairement au petit malin qui t’a volé ton appareil, et qui pense pouvoir trouver le bonheur dans le larcin et l’avarice. Je le plains.

  8. Cela me fait du bien de recevoir votre soutien. :-)
    Et de voir que vous comprenez la peine réparable, mais la peine quand même du vol d’un objet, même matériel, dans lequel on a versé beaucoup d’espoir et d’effort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *