La publicité recycle l’histoire, expo aux Arts Décoratifs

Franchement ? Je ne connaissais pas le musée des Arts Décoratifs de Paris. Mais j’ai une bonne excuse. Cela fait tout pile un an que je suis de retour à Paris, je n’ai pas eu le temps de faire tous les musées. Il y a encore des tas de lieux d’expositions dans lesquels je n’ai pas encore été. Et ce n’est pas faute d’avoir voulu !

Ensuite, le bâtiment qui abrite Les Arts Décoratifs est totalement fourbe. Dans le prolongement du Louvre, je pensais que c’était Le Louvre ! C’est fourbe, vous dis-je.

Amateurs de publicité ou intéressés par le graphisme ? C’est l’exposition à voir si vous faîtes un tour dans la Capitale. En effet vous pourrez voir une belle collection d’affiches publicitaires qui font directement référence à des faits ou des personnages historiques.

Les affiches sont présentées dans l’ordre chronologique des faits auxquels elles réfèrent.

L’expo traite le support télévisuel et le packaging.

La mémoire collective est constituée de représentations socialement partagées du
passé. Elle est la réactualisation continuelle des croyances, des connaissances, du savoir faire et des normes, par laquelle, une société assure la permanence de ses représentations.
Si la mémoire collective est une réalité psychologique et sociologique sans laquelle un peuple perd son identité, elle évolue. C’est ainsi qu’à certaines périodes nous voyons apparaître dans l’iconographie publicitaire des grandes figures dont la valeur symbolique épouse les préoccupations du moment et que réapparaît régulièrement le gaulois symbole de l’identité nationale, Jeanne d’Arc ou Napoléon.
La mémoire individuelle étant une partie de la mémoire collective, on retrouve des
images familières (issues des manuels scolaires entre autres) que l’on a plaisir à identifier, en participant, de façon consciente ou non au jeu proposé par les publicitaires.
Quelques signes suffisent alors à nous rappeler un moment d’histoire. La figure du Sénégalais de Banania, nous plonge dans celle des colonies. Des slogans, « impossible n’est pas français » nous renvoient à Napoléon. L’image d’un homme seul sur une place faisant face à des camions publicitaires, nous rappelle les manifestations de Tian’anmen..

Et donc ?

J’ai beaucoup aimé cette exposition. Néanmoins elle manquait pour moi d’éléments de comparaison, soit des documents historiques. Les parallèles – entre les esthétiques de l’époque à laquelle on fait référence et l’affiche-  auraient été intéressants à faire.

Aussi la personne qui m’accompagnait fut-elle perturbée par le manque de cartel ou de signalétique murale. Il fallait se balader avec la plaquette à l’entrée de la salle, puis la reposer au même endroit… Cela « coupe » un peu le parcours du visiteur.

C’est bête, mais c’est le genre de petit détail qui fait que je passe un bon moment dans une exposition ou pas. :-)

Infos

http://www.lesartsdecoratifs.fr/

Jusqu’au 28 août 2011

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *