Les gestes créatifs quotidiens sous-estimés

J’ai de temps à autres des demandes de conseils sur la manière de remettre de la créativité dans son quotidien. C’est d’ailleurs souvent la raison qui motive les personnes qui assistent au meet-up Le club des croqueurs que j’organise.

Pourtant il y a de multiples manières d’être créatif tous les jours, sans que cela prenne pour autant une tournure artistique. Les loisirs créatifs nous orientent alors vers une définition où ce qui est créatif est nécessairement manuel et décoratif. Cela peut être l’un ou l’autre, l’un et l’autre. D’après mon dictionnaire, la créativité est la capacité à être inventif, fantaisiste, imaginatif. Nos vies modernes exigent ces qualités, même si on ne s’en rend pas compte tout le temps. Tu peux être créatif sans jamais dessiner, et tu peux être créatif sans savoir jouer du violon. De la même manière, une personne qui dessine et qui suit des partitions à la lettre sans interprétation n’est peut-être pas si créative que cela.

En ce sens, pour moi être créatif au quotidien, c’est s’autoriser une petite marge de liberté pour tout ce que l’on fait. Elle nous permet de trouver la touche finale qui fera de notre action quelque chose d’exceptionnel, pour sortir de la banalité et nous donner satisfaction.

1 – La créativité au bureau

Être créatif au bureau permet plusieurs choses. D’une part, elle donne une relative satisfaction de soi lorsque l’on parvient à ajouter sa touche personnelle à un projet. Il n’est pas nécessaire de le faire tous les jours, cela peut même devenir franchement agaçant. En revanche, une fois de temps en temps, quand la situation s’y prête, n’hésitons pas à dépasser légèrement du cadre pour proposer quelque chose de nouveau. Dans les métiers de conseil où j’exerce, c’est par exemple affirmer un point de vue sur une analyse pour orienter les recommandations à faire au client. C’est une idée en plus qui fait la différence. Et même si elle n’est pas validée, alors j’aurai montré que j’avais quelque chose à dire, et qu’ils ont bien eu raison de faire appel à moi.

La créativité au bureau est sans doute un remède contre le bore out, le phénomène de l’ennui et du sentiment de réaliser vainement des efforts au travail dans un non-sens qui n’influencera jamais l’ordre cosmique.

2 – La créativité dans la cuisine

Voilà une notion que je suis forcée de mettre en oeuvre tous les jours. Avoir une intolérance alimentaire, c’est compliqué, surtout lorsqu’il s’avère que l’ingrédient que je ne supporte pas est souvent caché partout même lorsque la recette ne s’y prête pas en apparence. Être créatif dans sa cuisine, c’est répondre à des petits problèmes comme lorsque l’on commence une recette sans avoir vérifié si on avait des oeufs. Pas de panique, t’as une banane ? ou de la compote de pomme ? Cela fera l’affaire !

On peut aussi tester de nouvelles choses, ajouter un ingrédient secret, et lancer une devinette à table sur sa nature !

3 – La créativité dans sa gestion des déchets

Ce sera le dernier exemple de la catégorie « défi ménager ». J’ai toujours eu quelques réflexes pour réduire mes déchets produits. Je dois dire que depuis l’écriture de mon mémoire de recherche, j’ai gardé cette obsession pour la gestion des déchets, leur création… C’est absolument fascinant parce que les déchets disent tout.
Dans d’autres contextes, j’ai toujours demandé à ne pas prendre le sachet donné par le commerçant quand je disposais de mon sac ou de quoi que ce soit d’approprié pour le prendre moi-même. J’ai eu également toujours en horreur les emballages plastiques, surtout ceux dont la seule fonction était de rassurer les gens et être jetés une fois rentrés à la maison. Je progresse donc pas à pas vers des solutions simples à mettre en place et sans effort immense qui me permettent de générer moins de frustration (et moins de déchets). Surtout que j’ai tellement la flemme pour descendre les poubelles.

4 – Boire le thé

Dans le domaine de la créativité, on ne parlera jamais assez de l’importance des moments vides. J’aime tellement cette notion de temps faibles chez Raymond Depardon. Elle a été remarketée avec le terme slow-quelque chose dans tous les domaines. En lisant le livre L’art d’une vie créative de Franz Berzbach, cette idée s’est réellement confirmée chez moi. Boire le thé devient une réelle pratique de méditation. Car il faut prendre son temps : faire bouillir l’eau, sélectionner le thé, le faire infuser, le boire. Tout ceci fait de manière à être exclusivement concentré sur son thé, c’est fantastique. Essayez !

J’ai bloqué à 4 alors que je voulais en faire 5.

Et toi, quelles sont tes actions créatives quotidiennes ? :-)

 

Écrit par

Je suis tombée amoureuse de la culture visuelle à la fac, lorsque j'ai découvert l'histoire de la photographie et son rôle social. Cela m'a inspiré ce blog que je tiens depuis 2009 pour partager mes découvertes avec vous.

1 commentaire / Donne ton avis !

  1. Laura says:

    Article très inspirant qui remet en cause mon envie de développer ma créativité a tous prix !
    Merci !

Laisser un commentaire