Faut-il sourire sur les photos ?

Bibliothèque municipale de Toulouse -- domaine public

Cela va bientôt être la tournée des photographies des fêtes de fin d’année. Il va falloir être beau et souriant, mais pourquoi, au juste ?

Le problème du sourire

Le sourire est un mouvement physique plus ou moins naturel selon les personnes. Celles qui sont réputées souriantes ont également une notoriété d’être aimables et potentiellement heureuses. Mais si comme moi tu as un visage qui montre des coins de lèvres partir vers le bas en position de repos, c’est une chose compliquée à vivre. En effet, le sourire est malheureusement social. Mention spéciale monsieur devant l’ascenseur qui me demanda de sourire, je serai ainsi plus jolie.

OK, depuis que j’ai un chien, je souris beaucoup plus. Mais c’est aussi, je crois, parce que je sais que Mappy reconnait le sourire comme étant un élément positif et que c’est pour moi une manière de communiquer avec elle pour lui montrer que je suis d’accord/contente/fière. C’est même un message simple pour lui dire que je l’aime beaucoup. Mais hors de ce contexte, sourire, c’est compliqué. Il me faut une cause, un prétexte, une idée précise. Car puisque c’est pour moi un mode de communication, je ne souris pas inutilement non plus.

guinea-smiles
Two young girls, wearing European style clothing with limed hair, New Guinea, ca. 1929 / Sarah Chinnery National Library of Australia

Le sourire est un cadeau qu’on donne aux autres, au monde, à soi, celui d’un visage plus agréable par un mouvement musculaire, un aménagement de sa physionomie, et ce, par une action volontaire, en partie consciente. C’est un mouvement vers les autres. Et, plus simplement, c’est un mouvement des muscles de la face, les muscles peauciers appelés aussi muscles de l’expression et de la mimique ((Monteil Jean-Paul, « Équilibre facial et sourire », Les cahiers de médiologie 1/2003 (N° 15) , p. 91-95 )).

La presque absence de sourire de ma part envers les êtres humains serait donc un signe de renfermement ? Cela dit, cette idée ne me déplaît pas. Cela donne en effet peut-être beaucoup plus de valeur au sourire, et si je te souris, tu devrais donc être extrêmement flatté.

Alors il n’y a sans doute rien de pire que le sourire forcé. Les lèvres sont tirées, mais les yeux ne suivent pas l’humeur de la bouche. Le sourire est plus qu’ambivalent. Tantôt bienveillant, tantôt mesquin, lorsque le sourire devient un rictus informe, il effraie parfois l’interlocuteur. Pense au sourire de Jack Nicholson dans Shining lorsqu’il est accoudé au bar. L’éclairage par le bas insiste sur des traits inhabituels que provoque le couple de son sourire avec celui de son regard qui rencontre la folie.

Le problème de la photo de groupe

La photographie est une image figée. Elle montre un instant précis, de moins d’une seconde avec nos appareils modernes, d’une réalité. Alors lorsqu’elle doit illustrer un évènement, le cliché devient le résumé du contexte auquel il se réfère. C’est en voyant les visages des personnes présentes qu’on interprète les sentiments qui entourent l’histoire présentée. Les sourires et les jeux de regard permettent alors d’opérer des interprétations sur le déroulé des évènements. Cela peut être autant très représentatif, que parfaitement trompeur.

Le paquebot anglais "Durham Castle" : la famille Eugène Rabwin rescapée
Le paquebot anglais « Durham Castle » : la famille Eugène Rabwin rescapée

Quand il ne faut pas sourire

Depuis une décennie, on nous encourage à ne plus sourire sur les documents officiels. Il faut paraître neutre, sans humeur. Mais être sans humeur particulière, est-ce ne pas sourire ? Il paraît que cela permet de nous rendre plus reconnaissable. Pourtant je ne compte le nombre de fois où on me demande à la douane de me mettre sur le côté car je ne ressemble pas au portrait de ma carte d’identité. C’est gênant.

Sourire n’est pas toujours à la mode. Parfois les photographes qui dirigent leurs modèles n’encouragent pas nécessairement à sourire. Ils mettent en scène autrement, peut-être par des poses ou des jeux d’éclairage, des choix de costume. J’ai eu l’occasion cette année de réaliser une séance de photo en studio pour produire des portraits pour mon usage professionnel. Cela été très encadré, je devais sourire comme dans un rituel corporate. Pourtant les portraits les plus célèbres ne sont pas toujours les plus souriants.

copenhague-cafe-europa-DSCF1420

Le vrai problème de l’apparence

L’apparence est communicative. En plus des vêtements, de la coiffure, des accessoires, il y a notre gestuelle et notre expression faciale.

Tout cela est bien trop compliqué.

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

2 commentaires

  1. Et si on se limitait à sourire uniquement lorsque le sourire vient naturellement, ça ne serait pas si mal non? ;)
    J’ai aussi l’impression que l’injonction au sourire est un truc pas mal sexiste. J’ai rarement vu un homme se voir reprocher de ne pas être assez souriant, par contre tu n’es pas la première à me raconter qu’on lui a dit que si elle souriait un peu plus, elle serait plus jolie…
    De mon coté, je déteste mon sourire, donc sur les photos soit je reste neutre soit je fais une espèce de grimace : sourire à gauche/ tire la tronche à droite qui fait ressortir mes pommettes inexistantes et me donne un peu un air décalé… C’est bien compliqué tout ça!

  2. « Tout cela est bien trop compliqué. »
    Oui.

    Je souscris à 100% de ce que tu viens de dire (sauf la douane ou je n’ai jamais eu de problème, mais bon je parie malheureusement plus sur mon côté homme caucasien moyen).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *