Résoudre la confiance en soi

C’est fou le nombre de problèmes quotidiens qu’on peut régler en ayant simplement plus confiance en soi. C’est quelque chose que j’ai réalisé assez récemment, et je dois dire qu’en prenant du recul, je trouve que j’ai été dans certaines situations particulièrement stupide.

La confiance en soi ne doit pas être confondue avec la prétention ou l’orgueil. Être confiant, ce n’est pas nécessairement se trouver magnifique et écraser le monde entier de son avis impérial. Il ne faut pas non plus qu’un excès de confiance mène à une furieuse stupidité nous rendant complètement incapables de nous remettre également en question.

Le-Chaumont_2015-11_007

Tout cela est finalement une affaire d’équilibre. Mais quels problèmes peuvent régler la confiance en soi, quelle confiance avoir, en soi ?

La confiance en ses capacités

Voilà une situation à laquelle j’ai été confronté dans ma pratique sportive. Il y a quelque temps, j’ai réalisé que j’étais entrée dans une zone de confort bien en dessous de mes capacités réelles. Je m’étais simplement habituée à une certaine allure qui me plaisait, et je m’étais faite à l’idée qu’il s’agissait là de mon allure personnelle. Pourquoi aller au-delà ? Chacun son niveau après tout ? Surtout, j’avais l’idée en tête que l’allure de mes amis était impossible pour moi. Peut-être est-ce un reste de cette idée que je suis nécessairement nulle en sport, qui reste collée comme un chewing-gum sous la basket ? En tout cas, lors d’une course officielle où je ne regardais pas vraiment ma montre, je me suis surprise à courir bien plus vite, et mieux, à tenir l’allure. Mes sorties suivantes ont confirmé cette nouvelle capacité.

Nouvelle ?

En réalité, j’en étais capable depuis bien longtemps. Un frein inconscient (ou pas) s’était imposé à moi, comme si je n’avais pas le droit d’être forte moi aussi.

La confiance en son jugement

Faire des choix. C’est certainement une des choses les plus douloureuses pour moi, et des plus idiotes. Fait révélateur, le choix de vêtement. Je vous rassure, je sais quel style de vêtement me plaît ou non… mais la taille ! Il arrive très fréquemment que j’achète des vêtements trop grands pour moi. Je crois que cela vient d’une anecdote où mes parents m’ont fait confectionner quelques vêtements sur mesure. À ce moment, ma mère a dit à la couturière de prévoir beaucoup plus grand, car j’allais grossir. Je crois que j’y ai cru, mais au présent.
Il n’est donc pas rare de me voir avec des vêtements bien trop grand pour moi.

Mais la confiance en son jugement, c’est aussi rester écarté de ce qu’on sait nocif pour moi. Une connaissance au comportement toxique, un proche qui nous dévalorise sans cesse, une demande de service qui va très certainement attirer des ennuis. Faire confiance en son jugement, c’est aussi dire non à ce qu’on sait négatif pour soi.

La confiance en ce qu’on entreprend

On peut se tromper, et avoir de fausses bonnes idées. Cela arrive d’ailleurs certainement plus souvent qu’on ne le croit. Il y a pourtant des moments où, j’ai pour avis, qu’il faut faire confiance en ce qu’on entreprend. L’idée est d’être bienveillant avec soi-même, et reconnaissant des efforts qu’on fait pour être une personne en bonne santé, sympathique, productive, efficace…
Les efforts qu’on peut faire dans nos vies n’apportent jamais de résultats instantanés. Ou alors c’est que vous vous êtes fait arnaquer quelque part.

Je me souviens d’un jour où la médecine du travail m’a dit de me méfier de quelques kilos en trop compte tenu de mon âge. « C’est maintenant que cela commence », avait dit le médecin tel un oracle d’humeur grognon. Pendant des jours entiers, je me suis dit qu’il allait falloir que j’agisse. Je me sentais un peu nulle, et particulièrement laide. Puis j’ai compris que je n’avais aucune raison d’être mal à la suite de cette remarque d’un médecin dont c’est le rôle de faire des mises en garde. Après tout, je savais que je prenais soin de moi. Pourquoi cela irait-il mal ?

Le-Chaumont_2015-11_003

Je parle, mais j’ai encore beaucoup de chemin à parcourir. Le terme de travail sur soi prend ici toute sa dimension. Je suis à une période de ma vie où je construis de nouvelles choses. La réussite ou l’échec des choses que j’entreprends ne dépend presque que de moi. Nous voilà encore en face de la fameuse expression n’en vouloir qu’à soi même. Cependant, je trouve cette idée beaucoup trop négative pour pouvoir me faire avancer.

Que pensez-vous plutôt de l’idée de faire équipe avec soi-même ? Le-Chaumont_2015-11_008

Photographies prises dans le beau département de la Nièvre.

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

1 commentaire

  1. Oui oui oui, c’est un thème que j’aime beaucoup personnellement.
    Il y a tellement à dire sur le sujet…
    Le fameux « Aide-toi et le Ciel t’aidera » – qui m’a longtemps semblé assez nébuleux, voire mystique – prend en fait tout son sens à partir du moment où tu es en accord avec toi-même, et que tu acceptes de réussir comme d’échouer, mais suite à tes propres choix.
    De même, tu arrives à éviter bien plus facilement certaines situations toxiques quand tu es plus à l’aise dans tes pompes.
    Bref, je ne sais pas si c’est hyper clair ce que je raconte, mais à l’occase, on en parle ^^ ?
    Des bizz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *