Mon avis sur la GoPro Hero 5 Session

Mes principales motivations pour le vélo figurent dans les paysages et les lieux traversés. C’est un sentiment un peu fou, d’évasion où en progressant on arrive à aller plus loin et plus haut. Les panoramas les plus beaux se méritent avec les efforts qui vont avec. Mais j’ai une tendresse particulière pour les forêts. J’aime être envahie par les feuillages et l’ambiance particulière qui y règne. C’est sans aucun doute grâce au fait que j’ai grandi tout près d’une forêt, il suffisait de traverser la rue pour y être !

Progressivement, l’idée m’est venue en tête de vous parler un peu plus de vélo, et la façon dont je l’aime. Elle est à vrai dire plutôt simple, c’est dur, mais peu importe, cela en vaut bien la peine. C’est la raison pour laquelle l’investissement dans une caméra GoPro me paraissait naturel. Je voulais quelque chose pour capturer des images durant les sorties, mais surtout quelque chose pour lequel je n’aurai pas trop de soucis à me faire. Le téléphone c’est bien, seulement je préfère le garder au chaud sans une poche pour être certaine pouvoir l’utiliser seulement en cas d’urgence. Économiser ma batterie de smartphone me paraît essentiel, car on ne sait jamais ce qui peut arriver !

Voyez comme la GoPro Hero 5 Session est compacte !
Rapha Rides Paris / Octobre 2017, photo prise à la GoPro, retouchée avec VSCO

Caractéristiques techniques de la GoPro Hero 5 Session

  • contrôle vocal
  • vidéo : jusqu’à 4K, plusieurs modes possibles
  • photo : jusqu’à 10 MP, plusieurs modes possibles
  • waterproof jusque 10 mètres sans protection
  • stabilisation avancée de l’image
  • connexion WiFi et Bluetooth
  • poids : environ 130 g (le format m’a séduite)
  • coût actuel : 219,99 € sur Amazon

J’utilise le modèle de mini-perche télescopique et transformable en petit trépied GoPro AFTTM-001 Mini-perche/Trépied Noir, à 34,5 € sur Amazon.

Ma prise en main de la GoPro

Il m’a fallu un véritable temps d’adaptation pour la GoPro, et je ne suis pas toujours sûre de tellement bien m’en servir encore. Mais je suis tout de même très à l’aise avec. C’est la première fois que j’ai une caméra de ce type, je l’utilise d’ailleurs surtout pour les photos, et j’ai eu beaucoup de mal à me faire au seul et unique bouton. Il y a en réalité deux touches. L’une pour configurer le mode, et l’autre pour actionner et arrêter la caméra. Au début, je ne comprenais pas ce que je faisais, ni vraiment pourquoi, et jamais certaine d’avoir enclenché ce que je voulais. Progressivement j’ai compris qu’avec la GoPro Hero 5 Session, il n’y avait pas vraiment de manipulation parfaite à avoir. Avec l’application GoPro sur mobile (anciennement Capture), j’ai rapidement pu la configurer pour avoir par défaut au démarrage de la caméra mon mode favori, chez moi c’est le mode photo en rafales. L’application permet d’ailleurs d’avoir sur son téléphone un retour image, pour voir ce que voit la caméra, et ainsi mieux la prendre en main et appréhender son fonctionnement.

Aujourd’hui, je n’ai plus aucun problème. J’allume, j’éteins, je capture des images, je télécharge cela sur mon téléphone (un iPhone SE) ou bien je transfère sur mon ordinateur grâce à un adaptateur pour mon lecteur de carte SD. C’est facile et immédiat.

Le bouton rouge est le bouton principal permettant d’actionner, arrêter, valider. Un second bouton se trouve sur la face arrière de la GoPro et permet de naviguer dans les menus. Utiliser une application connectée à la caméra depuis son smartphone rend la configuration beaucoup plus facile.
Vous pouvez voir le micro en haut à gauche de la caméra pour le mode vidéo.
Avec son support à accrocher à la mini-perche que j’utilise, la GoPro Hero 5 Session prend un peu de volume.
Vous voyez ici le bouton carré en bas de la caméra qui permet de naviguer dans le menu interne de la GoPro Hero 5 Session.
Sortie vélo hivernale près de Reims – GoPro Hero 5 Session mode rafale en la tenant à la main.

Rendu des images

Pour des raisons pratiques, j’utilise la GoPro avec une mini-perche qui fait à la fois trépied. Je l’attrape ainsi depuis la poche arrière de mon jersey/veste de vélo, et je peux la remettre facilement. Cela me permet également de diriger un peu la caméra, qui est en fait un petit cube minuscule et la prise de vue n’est pas évidente. J’ai donc configuré le mode rafale pour pouvoir faire beaucoup de photos et ensuite choisir celles qui me conviennent. Je retouche un peu les images pour rectifier les niveaux, mais pas tant que cela. Je suis donc convaincue, vais continuer à utiliser la GoPro Hero 5 Session, et ensuite vous partager, je l’espère, de beaux points de vue !

Vélo dans le Nord de Reims, selfie avec une GoPro Hero 5 Session et la mini-perche qui fait aussi mini-trépied, il faisait bien froid ce jour ! J’utilisais jusqu’alors une montre multisport Suunto Spartan Wrist HR pour obtenir mes tracés de parcours.
Selfie épaule flou pas loin de Chantilly à la GoPro Hero 5 Session et la mini-perche télescopique
Sortie vélo avec le Vélo Club Rémois – photo prise en tenant la GoPro Hero 5 Session droite devant moi

Mes conclusions

La GoPro Hero 5 Session remplit les fonctions pour lesquelles elle a rejoint mes poches. Très petite, minimaliste, et robuste, elle me permet de prendre des images en quelques secondes sans vraiment me soucier du cadrage, car de toute façon, ce sont des moments où je n’ai pas le temps de m’en préoccuper. La caméra grand-angle permet alors de capturer pas mal de choses, et c’est idéal pour avoir également le paysage tandis que l’on capture une action. Cela reste une esthétique particulière, et je ne suis pas mécontente d’avoir tout de même avec moi mon iPhone qui fait de très bonnes photos. Puisque l’on ne règle pas la caméra pendant la prise de vue, il est indispensable quasiment à chaque fois pour moi de retoucher légèrement le rendu. Mais c’est parce que j’ai mes propres exigences, quand la lumière est bonne, c’est souvent largement facultatif. En ce qui ce qui concerne la batterie, la caméra se recharge avec un câble USB sur l’ordinateur. Je suis assez contente de l’autonomie de cette GoPro, mais avec une utilisation photo, cela consomme beaucoup moins la batterie que pour la vidéo.

Écrit par

Je suis tombée amoureuse de la culture visuelle à la fac, lorsque j'ai découvert l'histoire de la photographie et son rôle social. Cela m'a inspiré ce blog que je tiens depuis 2009 pour partager mes découvertes avec vous.

Laisser un commentaire