Qu’est-ce qu’un bon contenu ?

Le manchot est arrivé, c’est la folie collective. Dans les grandes lignes, Pinguin est là pour améliorer l’index de Google en pointant du doigt la sur-optimisation. On parle alors de retour au contenus, mais finalement, qu’est-ce qu’un bon contenu ? Attention, billet orienté référencement naturel, mais pas que.

La base

Ce serait vous prendre tous pour des idiots que de vous raconter, encore une fois, que la rédaction Web a ses spécificités. Ces dernières concernent la lisibilité du texte pour le lecteur. Il s’agit de ne pas proposer de contenus trop longs qui obligent trop de scroll, et de ne pas l’inviter dans des tunnels de textes qui font littéralement mal aux yeux.

Pour cela, il y a des règles de base qui sont d’offrir des intertitres pertinents, , de faire des paragraphes et aérer les textes… Et bien entendu, il vaut mieux écrire de manière lisible : pas 3 fautes par ligne, une syntaxe correcte, puis privilégier les phrases courtes et structurées.

Mais cela suffit-il ? Pour tout ceux qui commandent des textes et pour les rédacteurs qui répondent à ces commandes, quels sont finalement les éléments qui feront accepter ou refuser un contenu ? C’est quoi le contenu quali ?

Respect du brief

Le brief de rédaction, c’est l’équivalent des premières phrases de brouillon de votre dissertation de lycée. Le brief, c’est la carte au trésor pour le rédacteur, mieux il est rédigé, plus vous avez de chance d’avoir un texte de qualité.
Mais attention, un brief bien rédigé n’est pas un brief long, mais un brief clair qui va donner les informations dont le rédacteur a besoin (en espérant qu’il le lise bien).

Il donne donc l’angle de votre texte. On est là, devant sa feuille à chercher une idée de contenu original. Seulement il faut répondre aux marronniers et trouver un sujet intéressant n’est pas toujours facile. L’angle d’un article n’est pas le sujet d’un article. Un sujet serait par exemple Google Pinguin ; mon angle serait Qu’est-ce qu’un bon contenu ?
Autre exemple, un sujet c’est Le Festival de Cannes, un angle c’est La vie des habitants de Cannes pendant le Festival.

Vous saisissez la nuance ? Pendant que le sujet est la thématique de votre billet ou – pour résumer de votre page – l’angle sera le point de vue du texte par rapport à ce sujet. Et un sujet peut contenir une quantité infinie d’angles pourvu que vous disposiez d’un super édito dans votre équipe.

Ensuite de manière pratique, le brief contient les règles à respecter pour ne pas gaffer : pas de citation de marque, ne pas citer telle personne en particulier, citer surtout cette personne, les mots-clés à travailler…

Optimisé oui, mais cela n’empêche pas de savoir écrire

Parlons-en des mots-clés ! Je tiens à dire une chose importante. Oui c’est possible d’écrire du contenu pertinent et naturel optimisé SEO. Les mots-clés à travailler ne sont finalement que des objectifs. Ce sont les sujets sur lesquels votre texte doit au final être pertinent. Et n’oubliez pas cela, sinon c’est comme ça qu’on en vient à faire du keyword stuffing.

Pour travailler et rédiger, quelque soit le contexte, je fonctionne toujours par mots-clés. Ce sont mes notes que j’ai sur le côté et toujours sous les yeux. Ce sont les termes que je garde près de moi et que je raie au fur et à mesure pour ne pas être hors sujet et m’assurer de traiter tout ce que je voulais.

Alors à ceux qui écrivent des textes SEO toute la journée, essayez de vous rappeler quelle était votre méthode lorsque vous rédigiez votre commentaire de texte au lycée. Vous étiez là avec votre brouillon qui contenait des termes comme :

métaphore ligne 12 rond pomme, voyage en France de Uzbek et Riga, Voltaire et la Suisse.

Et ces notions étaient abordées au fur et à mesure du texte en les intégrant à vos phrases. Vous n’étiez pas là à écrire :

Toute personne qui se respecte pourra trouver dans son plat une pomme ainsi que le présente la métaphore ligne 12 rond pomme.

C’est pareil pour l’insertion des liens. N’oubliez pas qu’un lien est là pour donner une information supplémentaire en offrant au lecteur une possibilité d’aller plus loin dans le sujet que vous traitez.

Hiérarchisation des informations et mise en valeur des paragraphes

Quand on dit qu’il faut mettre des intertitres, ce n’est pas pour faire joli. Et ce n’est certainement pas que pour faire joli. Les malins me diront que cela permet de mettre en valeur sémantiquement des termes dans de jolis balises <h{quelconque}>. Les autres me diront que c’est pour l’utilisateur afin d’attirer son regard et garder son attention.

Et le paragraphe dans tout ça, c’est pour nourrir les cochons ?

Encore une histoire de mémoire courte : on se concentre sur les intertitres et on oublie ce que contiennent les paragraphes. Rappelez-vous alors que les intertitres sont des balises à donner à votre lecteur. Il vous permettent de dire ce que contient de manière concise ce que va contenir le pâté de texte qui suit.

Visuellement, si vous avez peur que votre intertitre ne soit pas assez parlant, vous pouvez mettre des morceaux de texte en gras. Cela donne des informations supplémentaires au lecteur qui se demande s’il va prendre la peine de lire en entier votre texte… et oh… cela donne du contenu optimisé.

Avec ou sans image ?

J’ai tendance à dire qu’il vaut mieux ne pas utiliser d’illustration plutôt que de coller une photo de banque d’image. Le problème de la photo de banque d’images, c’est qu’il s’agit d’un produit pour être vendu à n’importe qui et quelque soit le contexte.

Il n’apporte donc aucune information complémentaire par rapport au texte, ce n’est que de la pure illustration. Si le parti de ne mettre une image que pour faire de l’illustration et aérer le texte, pourquoi pas. Mais il ne faut pas se faire d’illusion sur le fait qu’une belle image de sushi sur fond blanc pour un texte qui parle de Japon pourrait rattraper un texte médiocre.

L’image parfaite, serait celle qui serait pertinente pour le sujet et qui de préférence apporte une information supplémentaire par rapport au texte. Plus c’est le cas, plus votre image devient pertinente en elle-même ce qui lui donne un potentiel pour être cherchée pour elle-même, reprise sur un autre site Web, apporter un lien retour…  Diable, n’est-ce pas l’objectif ?

Une question de sens du raisonnement

Même si l’objectif est purement SEO, faire un contenu de qualité et naturel tient à peu de chose. Le brief doit être clair pour se donner toute les chances de se faire livrer un texte correcte. Mais la part du rédacteur est très importante. En effet, si le rédacteur fait bien son travail : il saura ne pas faire de faux intertitres, construire des paragraphes, intégrer naturellement les objectifs au fil du texte, et rendre le contenu sémantiquement intéressant.

Bien-sûr, les plateformes de rédaction proposent différents niveaux de rédacteur et tout dépend de vos objectifs à vous. Et dans un moyen ou long terme, peut-être vaut-il mieux repérer les rédacteurs avec qui vous travaillez le mieux et qui correspond à vos attentes. N’hésitez pas à demander la réécriture d’un paragraphe, faîtes relire aussi votre brief de rédaction pour s’assurer qu’il soit clair avant la commande.

Et surtout, relisez, relisez, et demandez-vous, si vous auriez lu ce texte.

Le keyword stuffing, les liens mal ancrés, les textes vides de sens, insertion de mots-clés hors sujet : c’est prendre le robot pour un con. Or nous savons qu’il est particulièrement intelligent.

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

15 commentaires

  1. Pour rebondir sur le dernier paragraphe, la question du « aurais-je lu ce texte si je n’étais qu’un internaute lambda innocent et non rompu aux affres du webmarketing ? » doit à mon humble avis intervenir avant la commande du texte ;p

  2. Oui un bon contenu est un texte présentant un sujet avec un traitement, un angle de vue spécifique. En plus, si l’auteur a pris quelques minutes pour noter ses idées avec quelques notions de seo, c’est quasi-gagné pour le trafic moteur.
    Après un texte de mauvaise avec quelques liens mal fagotés (ou voulus comme cela), permettent de ranker : le pingouin reste encore jeune …

  3. Excellent article très comolet qui complète très bien le billet du blog d’axe net la semaine dernière.

    Pour ma part, les images même inutiles, un peu comme sur abondance selon les billets, je suis pour. Meme si ca n’apporte rien, ca permet de proposer autre chose que du texte. Mes yeux aiment bien en tout cas ^^

  4. Un article qui tranche avec ce que l’on peut lire ailleurs.

    Après un bon contenu aura une forme sensiblement différente si c’est un article technique, spécialisé dans une thématique de micro niche, ou encore s’il est destiné à un CP ou à mettre sur son site principal.

    L’ergonomie du lecteur sera la même: texte aéré, images, paragraphes bien dégagés etc…

    Mais sur un texte long, quelqu’un qui cherche une info précise lira quel % du texte ? 100% ? 80% ? 50 % ?

    Quand on pense qu’un lecteur ne passe que quelques secondes par page…

  5. Tout à fait d’accord, la rédaction web est un métier et ce n’est pas parce qu’on sait écrire ou qu’on est journaliste papier qu’on peut directement tombé des articles pertinents et optimisé à la fois pour le web et pour le référencement.
    Par contre avoir une plume pour créer un article unique et pertinent, ce n’est pas donné à tous le monde. Mais par contre ça paie vraiement bien car qui dit bon article, dit attrait pour les internautes et donc partage sur les réseaux sociaux + commentaires.

    Tout cela aura pour conséquence une visiblité maximum et pour peu que l’article soit bien optimisé pour le référencement, il resortira très vite dans le top 3 sur les moteurs de recherche pour des expressions longue traine voir parfois une bonne monté sur des mots clés principaux.
    Et tout cela sans aucun backlinks artificiels, j’entend par là, backlinks créés par un référenceur.

    Ca fait réfléchir ;)

  6. La réflexion est intéressante, et j’ajouterais, pour tenter de répondre à la question finale (je cite) « demandez-vous, si vous auriez lu ce texte », que c’est rarement la cas pour un blog inconnu. D’où l’intérêt de s’appliquer tout particulièrement sur les 5 premières lignes afin de donner envie au lecteur de poursuivre !

    L’autorité d’un blog ou site institutionnel repose beaucoup sur la vision du rédacteur et sa plume, un peu comme le dit mika. En tous cas, il y a une différence énorme entre lire un texte en diagonale (car on considère qu’il est insipide et qu’on cherche à en extraire une substantifique moelle) et le lire intégralement car on prend plaisir à le faire. Dans le premier cas, il y a peu de chances que je revienne sur le site, dans le second cas je me serais déjà abonné aux flux ;-)

  7. Merci Uty pour ta vision et de nous faire profiter de ton article au sujet du contenue sous un angle de SEO.

    J’ai découvert tes écris, grâce à Valérie Thuillier via Facebook et grâce à vous, cela me motive à écrire et à partager d’avantage avec vous et la blogosphère.

    Bon lundi

  8. Attention Manchot vise moins le contenu que Panda, il vise la répétition abusive de mots-clés et des ancres de liens.
    Cela n’enlève en rien ce description dédié à la rédaction web. :)
    Enfin pour répondre à Iso concernant la longueur des textes, plus le nombre de mots d’une page augmente, plus le temps passé par le visiteur pour la regarder augmente. Pour chaque centaine de mots, l’internaute passera 4,4 secondes supplémentaire. Ce n’est pas grand chose, mais il faut le garder en tête. ( Jakob Nielsen : « F-Shaped pattern for reading web content »).

  9. @ Aurélien Delefosse :
    Merci pour ces précisions. Je ne reste qu’une modeste padawan, mais j’essaie d’apporter ma pierre à l’édifice. :-)

  10. Salut Uty,

    Vraiment sympa ton article. Allier à la fois le SEO et la RW, bon angle !
    Mais pour reprendre les dires d’Aurélien, le Pingus Googeulieux (aka Pinguin) sert surtout à éviter la répétition abusive des mots clés et des ancres de lien. Mais tu apporte de précieux conseils pour les RW, avec un style qui permet de comprendre les choses facilement.

    Bonne continuation ;)

  11. Article intéressent, merci. Des infos, un angle, des exemples, un ton drôle et original… Bref, ce que j’appelle un bon contenu! En revanche – si je puis me permettre – je le trouve trop chargé au niveau des attributs de caractère. Pas super engageant en terme de lisibilité, mais peut-être l’effet est accentué par la police avec empattements…?

  12. @ Yannick :
    Merci ! :D
    La police avec empattements sur ce blog, c’est un parti pris. Ce n’est pas ce que je conseillerais à tout le monde certes, mais j’aime bien. C’est ma touche rebelle sur mon blog personnel. :)
    Après j’ai remarqué que la lisibilité dépendait beaucoup du type d’écran aussi. Plus la résolution est haute, plus l’empattement devient difficile à lire.

  13. En ce qui me concerne, la police à empattement ne me perturbe pas, et je suis sur un résolution classique.
    C’est en effet un choix à faire mais un choix esthétique uniquement, je ne vois pas comment cela peut être illisible.
    C’est en tout cas l’occasion d’aller visionner cette intéressante conférence sur la typographie dans le web : http://www.paris-web.fr/2010/programme/macrotypographie-page-web.php où on apprend qu’il y a d’autres règles à respecter pour avoir un contenu lisible, ce qui est le cas ici ;)
    Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *