Prendrez vous le risque de vivre la vie de vos rêves ?

Aujourd’hui, j’invite Jérémy du blog Demainjechange.com pour qu’il nous parle de ce que nous aimerions certainement tous oser faire. Jérémy est quelque part une des personnes les plus humaines que j’ai pu lire. Il croit aux potentiels de chacun avec un optimisme si vrai qu’il en ferait pâlir Pangloss.

Je lui laisse la parole…

Est- ce que vous vous êtes déjà dit : « je suis fait pour autre chose » ?

Je vous explique. Ok vous avez un boulot, vous gagnez confortablement votre vie, c’est cool. Mais le temps passe, vous sentez que vous vous engluez petit à petit dans la routine. Vous commencez à en avoir marre de voir toujours les mêmes têtes autour de vous, de faire toujours les mêmes choses, semaines après semaines.

Boulot, puis cours de gym, puis la popotte pour le mari/copain qui rentre plus tard que vous, parce qu’il est encore au bureau (ou qu’il est parti prendre une bière sous le soleil avec ses collègues, mais ça il ne vous le dit pas ;) ). Et le soir, dans le lit avant de vous endormir, vous pensez à toutes les choses que vous rêviez de faire étant plus jeune, et vous regrettez de ne jamais être passé à l’action.

Mais ces pensées fugaces ne vont pas plus loin. Le lendemain : rebelote. La même routine, les mêmes gestes, les mêmes gens. Et la même amertume, le soir, en s’endormant.

Votre vie ressemble à ça ?

Il est temps d’aller plus loin que de simplement se poser quelques questions, le soir, dans votre coin du lit conjugal.

Votre vie n’en est pas encore là, mais vous ne voulez pas qu’elle prenne ce chemin ?

Il n’est pas trop tard pour agir, pour changer de vie !

Réfléchissez : quels étaient vos rêves de petite fille ? Ok, devenir une princesse, c’est compliqué. Et puis, désolé de vous briser le cœur, mais William vient de se marier ;).

Ecrire, peindre, quitter son job et monter son entreprise, faire du bénévolat pour une association humanitaire ? Partir dans un tour du monde en solitaire ? Voyager, rencontrer des gens, en un mot : s’éclater ?

N’attendez pas qu’il soit trop tard pour vous dire « ah, si j’avais su ». Car maintenant vous savez. Vous savez que vous n’avez pas le droit de gâcher le temps que vous passez sur cette planète à faire des choses qui vous emmerdent (Uty me pardonnera cet écart de langage ), à bâtir le rêve d‘un autre (votre patron) au lieu de vous activer à réaliser le votre.

Bien sûr, cela ne sera pas sans difficulté. Il faudra démissionner de votre job, remettre en question vos certitudes, envoyer en l’air la routine et tout ce qui va avec. Peut-être que vous prendrez une baffe énorme : la grosse désillusion. Votre entreprise ne marche pas, votre tour du monde se termine plus tôt que prévu parce qu’un être cher vous manque, ou whatever. Alors vous reviendrez, la queue entre les jambes (si je puis me permettre), quémander un emploi. Alors votre vie redeviendra, à peu de chose près, au même point que là ou vous l’aviez laisser quelques mois plus tôt. Mais vous aurez au moins une satisfaction : celle d’avoir agit. D’avoir tout tenté pour donner à votre vie la direction que VOUS souhaitez. Et pas celle de votre patron, de vos parents, ou de quiconque.

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

10 commentaires

  1. C’est marrant, c’est exactement la réflexion que je me fais en ce moment. Je suis un peu à un carrefour où il faut que je choisisse la direction dans laquelle je souhaite me diriger, d’un coté tenter de vivre de ce que j’aime faire, quitte à galérer, à devoir rester chez maman encore quelques années. De l’autre, la vie « sérieuse » d’adulte, me trouver un job qui me gave d’avance, un appart, vivre à deux… Et honnêtement, j’arrive pas à me décider… Mon ptit coté « je veux tout toute suite » se met en travers de ma route!

  2. Je crois que si tu te poses la question, c’est qu’au fond de toi tu connais déjà la réponse ;)
    Projette toi dans dix ans et demande toi laquelle des deux options tu regretteras le plus si tu choisis l’autre :)

  3. J’ai la frousse mais, ça y est, je quitte une confortable et très ennuyeux cdi pour monter ma boite. Parce que si je ne le fais pas maintenant, je ne le ferais jamais. :)

  4. C’est exactement pour ça que je compte tenir ma parole et me tirer à Manhattan dès que j’ai finis mes études :)

  5. @ uty : merci pour cette invitation, un bel échange comme je les aime dans le quotidien !
    @ the guest : je partage à 100 %, c’est exactement comme cela que j’ai orienté ma vie après le bac, que je l’ai construite pendant de très nombreuses années et peu importe ce qui pourrait arriver, succès ou échec, je ne regretterai rien. Je voulais juste ajouter que le chemin vers une vie plus proche de soi n’est pas juste un saut à faire, une volonté en marche, c’est plutôt un long cheminement qui demande notamment patience, questionnement et flexibilité. Je dirais aussi que se réaliser passe rarement par une seule réalisation mais plusieurs dont on a pas idée au départ… alors quelle difficile et belle aventure !

  6. Une voix un peu dissonante :

    « Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce qu’on possède. »
    St Augustin

    Parfois, vouloir être toujours autre chose, d’avoir l’autre boulot, d’être dans l’autre pays, d’être avec quelqu’un d’autre, c’est juste l’assurance d’être éternellement frustré.

    C’est important de faire des expériences qui sont très enrichissantes, mais en prenant garde à ne pas chasser les arcs-en-ciel ;-)

  7. La société nous empêche le plus souvent d’avoir ces pensées. Aujourd’hui les gens veulent gagner toujours plus d’argent que le voisin et les amis, pour pouvoir s’acheter une télé écran plasma 107cm acheté à crédit à Conforama, posée devant le canapé cuir léopard.. Le bonheur c’est ça pour eux.

    Faut que j’rencontre Tyler Durden moi..

  8. Il y aura 3 ans que j’ai quitté un job d’hôtelier pour suivre des cours du soir d’informatique (ma passion) tout en étant stagiaire dans une entreprise. Maintenant je vais avoir un contrat en CDI dans cette boite. J’avais pris cette initiative en me disant que si je ne le faisais pas maintenant, plus tard je n’aurai pas le courage ou l’opportunité de le faire. Et je ne regrette pas cette décision. :)

  9. Kaellie : Excellent choix :) Une boîte de quoi, par curiosité ?

    Hardisk : Ah, l’appel des USA ! T’y as déjà été ? (merci d’avoir répondu au sondage sur mon blog, au fait ;) d’ailleurs je vous invite tous à le faire, ça me permettra de cibler mieux mes prochains articles en fonction de vos attentes et envies)

    Louvero : Intéressant ce que tu dis, c’est vrai que la construction de sa personne prend du temps, et c’est au fil de l’aventure qu’on apprend à se découvrir, à suivre les opportunités qui nous sont offertes. Et si finalement, le voyage ne ressemble pas à ce qu’on s’était imaginé, ce n’est peut-être pas plus mal, aussi, d’être capable de laisser une part d’imprévu dans sa vie. Il faut avoir le goût du risque, c’est sûr, mais perso je pense que le jeu en vaut la chandelle !

    Silk : J’aime beaucoup ta réflexion sur la frustration. Je pense qu’au final, la frustration vient si tu attends des résultats matériels de ta « quête du bonheur ». Car ce qui rend heureux, à mon sens, c’est autant le chemin, le fait de s’accomplir, de se dépasser, que le but final, le « job parfait » ou le « lieu parfait », etc. Sinon rien à voir avec l’article, ton pseudo vient de David Eddings ?

    Jeffouille : C’est clair ! Aujourd’hui si t’as pas (ou ne désires pas) le dernier i-phone à la mode, on te regarde bizarrement. C’est pas évident de faire comprendre à certains que ton épanouissement passe par autre chose que le besoin d’acquérir toujours plus de matériel.

    Dartmania : Félicitations pour avoir osé franchir le cap :)

    A bientôt :)

  10. J’ai fais le choix de vivre une autre vie ! J’oscille entre enthousiasme et trouille mais je suis sûre d’une chose, je ne serai pas dans quelques années une vieille dame aigrie et pleine de regrets !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *