Ne délaissons pas les collections permanentes

La programmation culturelle est un vrai enfer en terme de planning. Soit il n’y a pas grand chose à voir, soit tout ce qui semble intéressant se passe en même temps. Résultat des courses, on a l’impression de ne rien voir ou de tout voir beaucoup trop vite. Pourtant, cette manière de voir les choses est très dépendante des calendriers des expositions temporaires dont on voit la promotion dans la presse, les magazines et les transports en commun.

Cet appel du marketing muséal ou des galiéristes tendent à faire croire qu’en dehors de ces événements rien n’existe. Les portails internet de conseils de sortie jouent le même jeu. On nous montre les expositions temporaires, les spectacles, les concerts… le reste est relayé à une sous-partie qui semble moins bien intéressante car de toute façon on peut les voir tout le temps. Je parle des collections permanentes.

Photographie du Louvre en noir et blanc
Une partie du Louvre vue depuis le Jardin des Tuileries

Une collection permanente, c’est toute la partie exposée dans un musée qui ne semble pas beaucoup bouger. En réalité, les collections tournent assez mais s’il y a des constantes. C’est la partie qu’on se dit qu’on visitera si on a un jour le temps, celle qui semble beaucoup trop dense et bien compliqué. A-t-on toujours envie d’avoir une vision exhaustive d’une époque ou d’un mouvement lors d’une visite ? Les expo temporaires mâchent pour nous le travail en mettant en scène de manière précise des objets entre eux et des commentaires qui posent un discours prêt pour la consommation.

Et si on visitait par petit bout ? Aller au musée, ce n’est pas nécessaire tout faire, tout regarder. On peut aussi aller dans un musée très thématisé, prendre le plan et regarder ce qui pourrait nous intéresser.

Et pour les très grands musées, la visite d’une aile peut déjà occuper un bout de journée sans pour autant donner l’impression de rester sur sa faim.

Les collections permanentes, ce sont aussi les parties de musées ouvertes en nocturne et souvent avec des tarifs réduits. N’est-ce pas l’idéal pour se donner rendez-vous après une journée de travail ?

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

1 commentaire

  1. Je suis tout à fait d’accord avec toi !
    Quand je suis allée à Londres, j’ai fait beaucoup de collections permanentes des musées et elles étaient très chouettes ! A Toulouse c’est vrai que je prends moins le temps d’aller au musée (pourquoi d’ailleurs ? Mystère) mais je suis plus souvent allée voir une collection permanente que les autres…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *