Intervention de néons, la lumière qui recadre

Depuis très longtemps, et sûrement en partie « à cause » des musées, on s’imagine toujours une oeuvre d’art comme étant encadrée et accrochée sur un mur.

Or un cadre n’est pas anodin. Les amateurs de photographies ainsi que toutes les personnes qui pratiquent un tant soit peu le dessin et autres… le savent très bien. Parce que choisir son cadre, c’est recadrer au sens propre, rogner et cacher pourquoi pas. Mesdames et Messieurs vidéastes et cinéastes, vous connaissez également la valeur du hors-champ.

Mais il n’est pas forcément nécessaire de tout cacher pour recadrer. Et c’est ce que nous démontre ici Lorenzo Vitturi avec ses installations de néons.

On pose un cadre fait de néon, et regardons à travers… Cela nous permet de mettre en évidence ce qu’on y voit et de masquer le reste bien qu’il soit visible. Instinctivement, notre oeil fait d’abord attention à ce qu’il y a à l’intérieur.

On met en scène un tableau.

Et pour ceux qui suivent bien, quel artiste contemporain français a beaucoup utilisé les néons dans ses installations ?

François Morrelet !

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

1 commentaire

  1. C’est marrant ces cadres volants. Ça me fait penser aux « fenêtres de passage » qu’on trouve dans la série des « Georges… » co-écrite par Stephen Hawking.
    Bon bouquins au passage… Offrez les à vos enfants si vous voulez les éveiller aux sciences…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *