Hunter Freeman photographie un astronaute perdu sur Terre

L’astronaute, c’est le symbole du voyage et de la découverte. La mythologie qu’on a créé autour de la figure de l’astronaute rejoint assez celle qui existe autour de la figure d’Ulysse. Un grand voyageur pour qui le chemin de retour est périlleux. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’Ulysse 31 est perdu à travers l’espace et erre de planète en planète…

Le travail de Hunter Freeman présente un astronaute, casque baissé, perdu sur la planète Terre. On ne peut que remarquer le paradoxe opérée par cette composition. Un astronaute humain, ne peut pas être perdu sur Terre… par définition. De ce fait, la photographie devient d’autant plus parlante. Elle nous interroge.

Mais que fait cet astronaute, que cherche-t-il, pourquoi est-il perdu ?

Casque baissé, il se protège de quelque chose. L’air de la Terre n’est plus respirable ?

Mais le casque nous permet surtout de ne poser aucun visage ni aucune silhouette. Un astronaute qui pourrait être une astronaute, de tout âge et de toute époque. L’identification est aisée.

Aussi ne peut-on prêter aucune expression au visage. C’est comme Hello Kitty, on ne sait pas s’il est gentil ou méchant, heureux ou triste.


> Visionner toutes les photos

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

3 commentaires

  1. Ulysse31. Bam, prends-toi 20 ans dans la gueule !!
    Quant à HK, on SAIT qu’il est démoniaque, c’est un chat. Et les chats veulent conquérir la planète, tout le monde sait ça.
    Voilà.

    Je remarque que l’astronaute est seul sur toutes les photos. La planète aurait-elle été désertée (pour la conquête spatiale, par exemple) ?
    Cette solitude me fait penser aux « Chroniques de Mars » (Ray Bradburry ?) ou ce genre d’ambiances étaient dépeintes.

  2. @ Ishido : En fait si tu regardes la dernière photo, il y a quelqu’un. Mais il est vrai que l’ambiance générale est assez… j’hésite entre « angoissante » et « mélancolique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *