How green is your Internet ?

Pendant qu’on vante la numérisation pour la dématérialisation des données au grand bonheur des arbres, a-t-on pensé à ce que consomme et produit réellement tout notre réseau informatique mondial ?

Google, Microsoft, Facebook, Twitter ?

Alors, qui parmi les géants du monde numérique sont les meilleurs élèves ?

Être efficace et productif tout en étant le plus vert possible, ce n’est pas de l’écologie bête ni du green washing, c’est du durable. Et ça c’est bien.

How Green Is Your Internet? from Patrick Clair on Vimeo.

Ces vidéos sont intéressantes pour les bilans qu’elles apportent et permettent de faire le point.

Mon opinion là dessus ?

Je suis totalement contre l’idée extrémiste d’adopter des modes de vie respectueuses de l’environnement au point d’en oublier nos propres besoins. C’est ridicule.

C’est comme le mec qui veut partir seule dans la jungle pour renouer avec la nature. En effet, il y a une chance sur 4 millards pour que tu te fasses adopter par des gorilles, et en plus ce n’est pas pour rien que l’homme vit en société. Il paraît que c’est un truc qu’on appelle « évolution » et « survie de l’espèce ».

Aussi n’y-a-t-il rien de plus énervant pour moi que le green washing.

Néanmoins, je suis entièrement pour une idée responsable de la consommation. Au sens où quoi qu’on fasse et qu’on consomme, qu’on ait au moins conscience de l’impact que cela a sur notre environnement. Et je ne dis pas « environnement » au sens « la nature cui-cui que c’est beau le vert », mais au sens « monde dans lequel nous vivons ». Parce que bon, si l’environnement se casse la figure, on ne fera pas long feu !

Or cela cuit à petit feu, et presque au sens propre du terme.

Il n’y  a pas de solution miracle, quoi que nous fassions, nous consommons. Par contre, il est possible de rendre les choses plus agréables en adoptant quelques petites habitudes de vie. Et cela fait parti de la pédagogie.

Si ta ville adopte un système de tri des déchets, mieux vaut être cohérent et trier tes déchets. Sinon il y aura un gars en centre de recyclage qui va trier tes poubelles pour toi, alors autant avoir un sac dans un coin avec ce qui va dans la poubelle de recyclage.

Le tout est d’être cohérent. Il y a une ville où j’eus vécu qui a adopté un système de tri par sacs et non pas par couleur de poubelle. Ainsi tu devais aller chercher des sacs jaunes, des sacs bleus…

1/ cela consomme du plastique supplémentaire alors que la poubelle colorée te permet d’y mettre directement tes bouteilles et tes emballages

2/ le tri de ces sacs se fait par la couleur du sac, la coloration d’un sac en plastique cela consomme beaucoup et force à utiliser le plus souvent du plastique neuf, tandis que la grande majorité des sacs poubelles du commerce sont issus de plastique recyclée…

Idiot non ?

Et l’Internet ?

Moi je veux bien qu’on dématérialise les données pour consommer moins de papier et donc couper moins d’arbres. Seulement, si c’est pour avoir des terminaux de lecture de ces données aux batteries super polluantes et pomper plus d’électricité qu’un papier recyclé. C’est idiot aussi.

C’est pour cela qu’être totalement écologique est impossible, mais on peut au moins faire en sorte que les actions qu’on entreprend soient cohérentes et permettent une économie durable. Et encore une fois, « économie » pas au sens « financier », mais au sens « manière de mener sa vie ».

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

1 commentaire

  1. +1 pour les sacs de Nantes … sans compter que les points de distributions sont pas forcément sur les trajets de bus/tram et que t’en as jamais assez du coup t’es obligé de racheter des sacs à côté \o/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *