Grande victime de l’éco-communication appliquée aux cosmétiques


Mais pourquoi ?!

Oui, Pourquoi ? Pourquoi ces produits m’attirent plus que les cosmétiques classiques ? Petite opinion et modeste analyse.

Commençons par des définitions

  • Produit Bio : Qui provient de l’agriculture biologique. C’est-à-dire AUCUN produit chimique dans l’élaboration de la plante (engrais, pesticide…).
  • Produit Mineral : 100% naturel, idéal pour les peaux sensibles. Il s’agit… de minéraux naturels, voilà. Ce qui explique le fait qu ela grnade majorité des produits minéraux se présentent sous la forme de poudre libre.
  • Commerce équitable : Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au Sud de la planète. Les organisations du commerce équitable (soutenues par les consommateurs) s’engagent activement à soutenir les producteurs, à sensibiliser l’opinion et à mener campagne en faveur de changements dans les règles et pratiques du commerce international conventionnel. (Source)

Bonne conscience

Disons que 60 % des produits que j’utilise quotidiennement (savon, crème de jour, maquillage) sont au choix : bio, minéral, végétal, commerce équitable. Ou plusieurs de ces adjectifs à la fois. L’intérêt ?

J’ai l’impression de faire une bonne action. Pour ma peau, pour moi et aussi pour la planète. C’est un peu bête mais je me dis que j’apporte une petite contribution dans le développement d’un commerce juste . Tout ça parce que ma crème du matin est issu du commerce équitable.

En effet, je pense que je fais partie d’une génération qui a une certaine conscience des phénomènes du type : effet de serre, pollution humaine, industrialisation massive, exploitation des populations du Sud, pauvreté… Pourtant, moi, nenette occidentale qui vit en France, je n’ai jamais vraiment vécu tout ça. Du moins je ne l’ai jamais vraiment vu et constaté (sauf lorsque j’ai été en Asie du Sud-Est). C’est certainement pour cela que beaucoup n’y croient toujours pas. Ce sont des phénomènes présents, évidemment présents même, mais on ne peut pas se dire en se levant le matin et en allant au bureau : « Oh tiens, il fait 1 °C de plus qu’il y a 5 ans ».

Néanmoins, étant relativement jeune, j’ai été vite sensibilisée par les campagnes écologiques, développement durable, commerce équitable. Les produits cosmétiques bio…etc. fleurissent sur les étales, et c’est un marché qui a du succès ! Alors, prise de conscience collective ? Effet de mode ? Sûrement les deux à la fois. Dans tous les cas je suis persuadée qu’on va de plus en plus aller dans ce sens.

Générique de Captain Planet

Un côté rassurant

Le fait de comprendre la liste des ingrédients d’un produit, je trouve que cela a un côté rassurant. On se dit que cela ressemble à ce qu’on pourrait faire dans sa cuisine. La différence est qu’on ne le mange pas mais qu’on le met sur sa peau.

Les craintes d’allergies sont moindres et les effets négatifs des cosmétiques (vieillissement prématuré de la peau) sont évités. Je ne sais pas pour vous, mais lorsque je me badigeonne d’un savon tous les jours et que je vais le faire toute ma vie… Je me dis que je préfère avoir un produit dont je peux avoir confiance. Il existe aussi le savon d’alep mais l’odeur d’huile d’olive le matin… bof. :D

Des chaînes de cosmétiques ont pris le pari de se spécialiser en bio/naturel/commerce équitable

  • Je pense à Yves Rocher qui a pris très tôt l’initiative de faire du végétal. Mais je déteste leur produits… À part quelques petits trucs où il faut vraiment avoir vécu dans un monde aseptisé pour ne pas supporter (du type fard à paupière ou vernis à ongles)… J’ai fait des réactions allergiques à beaucoup de leurs produits. J’ai aussi été particulièrement déçue par leur mode de vente. Basée principalement sur la vente par correspondance, la marque promeut son engagement dans l’écologie et le développement durable. Du moins c’est ce que nous disent les vendeuses en magasin. Maintenant, il faut m’expliquer pourquoi, dans ce cas, si on commande quelques produits, on reçoit des cartons 30 fois plus gros que leur volume. Avec quelques bouts de mousse de polystyrène pour faire bonne figure… mais il y en a tellement peu que c’est complètement inutile. Bravo le gaspillage d’emballage.

  • Il y a aussi The Body Shop. On joue la carte du commerce équitable, du bio et du non test sur animaux. J’aime particulièrement les mentions « produit fini non testés sur animaux »… alors les ingrédients sont testés ? :/ Aussi les deux fois où j’y ai été on m’a donné un énorme sac en plastique pour 2 malheureux produits.
  • En me promenant j’ai découvert Marie-Nature. Je n’y suis par contre jamais allé. Mais de ce que je vois sur leur site, c’est du 100% naturel. Les emballages sont minimes et composés de cartons. Yves Rocher devrait en prendre de la graine.

  • Depuis peu j’utilise des produits Lush. J’adore le concept : des cosmétiques à base de produits frais, faits main, et naturel. Les produits sont séduisants et drôles. Packaging minimal et standardisé, on enveloppe les pains de savons de papier, comme chez le crêmier. D’ailleurs certains blocs de savons ressemblent étrangement à du fromage. :D Après c’est comme partout, on n’est pas obligé d’apprécier tous les produits. Néanmoins il faut noter la cohérence de la marque qui utilise dans ses emballages, ses sacs, ses étalages… tous les éléments qui font de Lush un modèle d’éco-communication.
  • Il y a bien entendu des portails spécialisés qui vendent des produits de différentes provenance. Chose intéressante… même les grandes chaînes du type Sephora s’y mettent. Récemment Sephora a mis en avant la sortie de nouveaux produits végétaux/minéraux sans Paraben. Je suis séduite !

N.B : Les parabènes sont très largement utilisés comme conservateurs dans les cosmétiques, les médicaments et les aliments, pour leurs propriétés antibactériennes et antifongiques. Actuellement leur utilisation est largement controversée en raison de leur capacité à activer les récepteurs des œstrogènes, induisant une possible action sur la fertilité et les tumeurs œstrogéno-dépendantes (tels le cancer du sein). (source)

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

20 commentaires

  1. HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!!!!!

    je vote pour un quota d’un minimum de 7 articles geek entre deux articles cosmétiques !

    VENGENCE !!!!!!!!!!!

    produit bio : produit dont la production n’a aucun impact sur l’environnement, tu peux utiliser tout les produits chimiques que tu veux tant qu’ils sont biodégradables et qu’aucun environnement n’a été détruit pour les produire.

    produit minéral : parce qu’il n’y a rien de mieux que le sel de mer pour déneiger les routes.

    Commerce équitable : qui relève de l’art de vendre plus cher du chocolat moins bon.

    Le bio c’est l’avenir : préférer le cyanure bio d’Amazonie pour votre suicide équitable.

    l »idée qu’un produit (aussi futile qu’un) cosmétique puisse se la jouer « équitable » « protecteur de l’environnement » « vecteur de développement durable » me rappel à quel point le taylorisme est source d’épanouissement individuel et pas du tout abrutissant.

    :P

  2. J’aime le Captain’ Planet!

    Sinon pour le reste, ne rien mettre ça marche aussi et c’est encore plus écolo.

  3. @ halmack :

    HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!!!!!
    je vote pour un quota d’un minimum de 7 articles geek entre deux articles cosmétiques !
    VENGENCE !!!!!!!!!!!

    7 articles minimum ? T’es bien exigeant ? Et je peux même plus parler d’autres choses ? De cinéma… de bouquin, de miam… non ?!
    C’est pas toi qui va commander mon blog ! ;p

    produit bio : produit dont la production n’a aucun impact sur l’environnement, tu peux utiliser tout les produits chimiques que tu veux tant qu’ils sont biodégradables et qu’aucun environnement n’a été détruit pour les produire.

    Tout de suite, ça casse le mythe.

    produit minéral : parce qu’il n’y a rien de mieux que le sel de mer pour déneiger les routes.

    Ben ouais c’est clair. J’ai un schampoing avec du gros sel de mer dedans…

    Commerce équitable : qui relève de l’art de vendre plus cher du chocolat moins bon.

    J’achète surtout le café en commerce équitable. Je sais pas je trouve qu’il a plus de charme. Sinon sur les machines à café, quand c’est commerce équitable il y a une différence de goût. Vu que ce sera du café et pas un machin soluble étrange. D’ailleurs j’ai déjà vu ce qu’il y avait DANS une machine à café…ça fait peur.

    Le bio c’est l’avenir : préférer le cyanure bio d’Amazonie pour votre suicide équitable.

    Ouais ou tuer encore plus les ressources naturelles pour pouvoir industrialiser des produits bio.

    l »idée qu’un produit (aussi futile qu’un) cosmétique puisse se la jouer « équitable » « protecteur de l’environnement » « vecteur de développement durable » me rappel à quel point le taylorisme est source d’épanouissement individuel et pas du tout abrutissant.

    Je peux le prendre mal. ;p
    Mais comme je l’ai dit, je suis totalement une victime. Et ça donne une certaine bonne conscience (j’en ai pourtant pas besoin ;p).
    La société de consommation m’a tuée.

  4. @ tuXXX : C’était super Captain Planet !
    Ouais ne rien mettre est aussi une grande solution. Mais si t’avais vu l’état de ma peau cet hiver, tu dirais pas ça. ;p
    *Shrek*

  5. ce n’était qu’un vote, pas un ordre ;)

    mais sinon dans l’idée, tu peux parfaitement parler d’autre chose – en plus – tant que les 7 articles geek y sont moi ça me va, et il n’y a pas non plus de délai :P

    Le gros sel ya que ça de vrai, comme tout les minéraux, je suis certain qu’ils pourraient vendre de la crème de jour au marbre de Carrare, ça serait super vendeur.

    Sur le commerce équitable, je me demande ce que cache le fait qu’une société comme lindt ou cote d’or ne propose pas les mêmes produits en commerce équitable. Je veux bien comprendre qu’il y ait une différence de goût avec les produits Bio puisque le Bio interdit des ingrédients, mais techniquement, ils pourraient parfaitement faire les mêmes plaques de chocolat en commerce équitable non Bio.

    Victime mais consentante, donc pas une vrai victime, pas une Bio :P cela dit, c’est mieux pour toi ;)

  6. @ halmack : Beaucoup de gens pense que si c’est bio, c’est forcément développement durable. Ou bien que si c’est développement durable, c’est forcément commerce équitable… Ce qui est faux. =)
    On peut avoir un mode de production développement durable mais sous-payer nos fournisseurs paysans.

    J’ai toujours pas osé essayer mon schampoing avec du gros sel. ça a vraiment une tête bizarre. J’ai peur que ça me décape les cheveux. :D

    Le prochain article est un peu geek, tu te sentiras plus à l’aise. ;p

  7. « commerce équitable » « développement durable » sont des arguments marketing comme les autres, et à la réflexion, proposer du « commerce équitable » revient à reconnaitre que le commerce classique ne l’est pas… ce qui aurait pu faire bondir les consommateurs ou les forcer à se remettre en question, et en fait, non. Jamais très bondissant les consommateurs, enfin, hors période de soldes évidemment.

    C’est quel shampoing au gros sel ?? parce qu’autant le « marée haute » ça peut aller, autant le « marée basse » mieux vaut l’utiliser comme désherbant.

  8. @ halmack : Disons que c’est dommage. En soi c’est plutôt bien que les produits « commerce équitable », « développement durable » …etc. se vendent bien. Peut-être qu’il y a une petite prise de conscience des personnes qui commercialisent ces produits. Même d’un point de vue purement commercial où c’est tjs mieux d’avoir un type de production qui puisse durer. Par contre la plupart des consommateurs au final… ils ne savent pas vraiment à quoi ça correspond vraiment.

    C’est un schampoing nommé « Big » de chez Lush. : http://www.lush.fr/big-330g.139.html

  9. Les personnes qui commercialisent ces produit ont pris conscience qu’ils existaient un marché dans lequel on pouvait utiliser la mauvaise conscience de certains consommateurs pour piquer des parts de marché à la concurrence. Et c’est d’ailleurs essentiellement des produits des grandes enseignes, qui trouvent un moyen de gagner en image de marque, qui ont suivi le mouvement. S’ils le faisaient pour les producteurs, ils le feraient également avec les produits locaux, car que ce soit Carrefour ou Auchan, ils n’ont aucun scrupule à acheter des produits locaux en dessous du seuil de rentabilité, quand ils sont les seuls revendeurs, c’est eux qui fixent les prix, pas le producteur.

    Mais bon ce n’est peut être que le début.

    Mince, pour le shampoing, je pensais que tu plaisantais… et ils font de la crème antirides à la pierre ponce aussi ??

  10. @ halmack : Quel monde de pourris ! Je vais m’exiler dans un domaine en Suisse et cultiver mon jardin.

    Et non, ce n’était pas une blague pour le schampoing. Non pas d’anti-ride à la pierre ponce. Mais dans le même délire, il y a l’exfoliant citron + noix de coco + sel de mer.
    http://www.lush.fr/raz-de-maree-120g.428.html

  11. Sans aller jusque là, on peut très bien trouver de quoi subsister hors des supermarchés :P

    Et donc à la base c’était des produits pour la cuisine, ils sont restés avec les stocks d’invendus, et se sont dit qu’ils pourraient en faire des cosmétiques… c’est vachement malin !

  12. Le seul problème étant que tu risques de donner faim aux gens que tu croises dans la rue.

  13. « Produit Mineral : 100% naturel, idéal pour les peaux sensibles. Il s’agit… de minéraux naturels, voilà. »

    Très bien mais il ne faut pas oublier que ce n’est pas parce que c’est naturel que c’est forcément bon, des tas de composés « naturels » sont tout simplement toxiques en grande quantité. De même qu’il y a des plantes toxiques etc. C’est un raccourci un peu idiot d’opposer la nature, si bienveillante, à la main de l’homme, prête à nous donner plein de cochonneries :)

  14. @ lulu : Alors oui je suis entièrement d’accord. J’anglais mon billet plutôt du côté de la publicité autour de ce type de produits et leur succès commercial. Après il est certain que ce n’est pas forcément meilleur. Il y a des tas de produits naturels qui sont de vrais poisons. L’exemple que j’aime bien, c’est les amandes. À forte dose, c’est bouffer du cyanure. ;)

  15. Tu utilises quelles marques pour tes produits? Les marques que tu cites sont réputées pour faire du simili naturel :s Est ce que certaines de celles ci ont le label cosmebio à présent?
    Merci pour cet article Uty

  16. @aurielle : Justement les marques que je cite, c’est de la pure communication pour se dire naturel, mais ça ne n’est pas tant que ça. :)
    Sinon je n’utilise surtout de la parapharmacie, alors bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *