Vos loisirs sur Internet peuvent-ils vous aider professionnellement ?

Je ne le cache pas, je recherche en ce moment du travail pour financer mes études… comme beaucoup d’étudiants. C’est drôle comme tout le monde autour de moi, ceux qui ont passé ce stade, me regardent d’un oeil « ah je galérais un peu aussi, mais c’était marrant ».

Bien sûr j’ai postulé pour des postes de vendeuses dans divers magasins de la région parisienne, et je suis en train de préparer les annonces à aller coller chez la boulangère. « Étudiante super sympa donne des cours de soutien en allemand ». Parfois cela fonctionne, parfois non. :)

Au détour de mes diverses recherches, je me suis demandé si je ne devais pas me la jouer un peu 2.0 inside : lancer régulièrement mon profil via Twitter, entretenir mes relations LinkedIn… Mais c’est très pro comme façon d’agir. Peut-être faudrait-il que je lance un buzz (ramdam) sur moi-même ?

Petit retour sur quelques personnes qui ont ramdamé à mort

Ceux qui ont réussi via leur blog

Sur la Toile, on peut trouver plusieurs personnes qui ont fini par rentabiliser leur blog/vlog.

C’est le cas de la brittish Lauren Luke, adepte des vidéos de maquillage sur Youtube, elle a fini par avoir sa propre marque de cosmétiques. Quand on sait que cela part d’une pauvre vidéo filmée dans son salon avec une webcam… pas mal non ?

Dans le même genre, on connaît aussi le cas de Michelle Phan. Une jeune américaine d’origine vietnamienne, qui a franchement bien réussi son coup. Elle lance une chaîne de vidéos sur Youtube, elle crée sa propre marque, elle devient la « video makeup artist » de Lancôme… Qu’on aime ou qu’on aime pas, dans tous les cas, chapeau bas pour la performance de popularité sur Internet.

Les BD-blogueurs s’en sortent pas mal non plus. Vous connaissez certainement le web-comic Maliki. Un joli book en ligne pour se faire recruter et éditer ! Les illustrateurs profitent alors du Web pour exprimer par le dessin ce qu’ils ne pourraient pas forcément exprimer sur d’autres supports.

Mais en dehors de la logique de « j’arrive à me faire éditer grâce à mon blog », ce phénomène a aussi permis de populariser la profession d’illustrateur. On est peut-être devenu un peu plus sensible au travail que demande une illustration qu’avant.

Les MySpaces

On trouve beaucoup de musiciens sur le réseau MySpace : mise en page ultra simplifiée, possibilité de proposer des contenus sons et vidéos, mise en relation avec d’autres artistes…

Bien que les profils soient quasiment tous des échecs visuels (je trouve MySpace très laid), on ne niera pas que certains artistes ont pu se valoriser grâce à ce réseau. Je pense notamment à Yelle ou à Koxie.

Les facteurs ?

D’après vous, quels sont les facteurs de ces réussites ?

Je me demande si elles sont dues à de réels talents révélés, ou bien à un phénomène de popularité excessive qui permettent une forme d’opportunisme…

Le débat est ouvert. :)

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

5 commentaires

  1. Je me suis fait beaucoup de contacts précieux d’un point de vue professionnel grâce à mes loisirs sur le net. Et ce sont aussi de précieux amis :)

    Il me semble aussi assez facile, dans certains domaines précis en tout cas, de rentrer en contact avec des gens reconnus par leurs pairs, et de tisser des liens, sur twitter notamment. De là à ce que ça donne un coup de pouce à une recherche d’emploi/travail il n’y a qu’un pas, mais il n’est pas forcément facile à franchir.

  2. Le seul truc précieux que j’ai eu sur le net c’est des amitiés que je crois sincère et qui semble bien parties pour durer mais j’ai déjà un job assez intéressant et à moins de vouloir reprendre mes études et faire enfin la licence d’histoire dont je rêve depuis des années je ne pense pas changer :p

  3. Ah la galère des études quand tu roules pas sur l’or… J’ai fait la même chose, mettre des petites annonces dans les lycées alentour pour des cours de maths, physique, chimie ou un peu tout en fait :P. Finalement c’est sur internet que j’avais trouvé des cours à donner à une élève dans le même quartier (j’étais à Paris sans abonnement de métro donc je pouvais pas aller très loin !).

    Pour la réussite sur le web, ça laisse toujours rêveur de voir des gens réussir à partir de presque rien ! Mais il ne faut pas oublier qu’il y en a des milliers d’autres qui font la même chose et qui triment dur sans jamais décoller…

    De mon côté, c’est surtout mon activité (loisir) de webdesign qui m’a récemment apporté du travail (chose inespérée pour moi) mais il faut savoir que sur internet, tant que tu n’es pas vue, tu n’auras rien ! C’est très difficile de percer et ça prend souvent des années pour ça. Pas très rentable quand on fait des études ;).

  4. @ktycat:
    Et là, je me demandais quels sont les facteurs qui font que certains percent et d’autres pas.
    Je veux dire, il y a des productions musicales qui sortent du Web et qui ne sont pas d’une graaaande qualité musicale.
    Pourtant ils sont là, ils vendent et ont du succès.

    @Diije:
    C’est vrai qu’on se rend compte que nos connaissances Web sont de potentiels collaborateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *