Turing, une bande dessinée touchante par Robert Deutsch

Je pense avoir un véritable faible pour les récits biographiques, surtout ceux qui vont un peu plus profondément dans le coulisses des personnages dont l’histoire me touche. Alan Turing, même si on ne sait pas précisément de qui il s’agit, on a tous entendu ce nom. Récemment le film The imitation game lui était consacré, avec Benedict Cumberbatch comme interprète pour le mathématicien et cryptologue à la personnalité mystérieuse. Le long métrage relate alors la partie de sa vie où il travaillait avec une équipe de scientifiques pour percer les secrets de la machine Enigma avec laquelle l’armée nazie codait ses messages. Ce défi technique, et géopolitique, a alors permis l’invention d’un super-calculateur, aujourd’hui cité dans tous les cours de l’histoire de l’informatique.

Un récit sur l’homme

Turing, la bande dessinée de Robert Deutsch traite de cette partie de la vie d’Alan Turing également, mais ce n’est pas le centre de l’histoire. Le récit ne parle pas de l’invention de Turing, mais bien d’Alan Turing lui-même. Il démarre plusieurs années après la Seconde Guerre Mondiale, alors qu’Alan Turing est devenu chercheur travaillant sur l’intelligence artificielle. Personne ne sait qu’il est un héros de guerre, bien qu’il ait les décorations que l’on attribue aux héros, car l’histoire d’Enigma et tout ce qui l’entoure est encore secrète. Ce que le public sait d’Alan Turing, c’est que c’est un mathématicien reconnu par ses pairs.

Blanche-Neige et les sept nains

Qui aura vu le film d’animation Blanche-Neige et les sept nain par les studios Disney reconnaîtra dès la première planche la référence faite tout au long de la BD. Quel rapport ? Alan Turing s’est lui-même endormi en croquant une pomme, d’un long sommeil dont il ne s’est jamais réveillé. Un acte suicidaire poétique, volontaire et mûrement préparé. Mais quels sont les raisons du suicide de ce grand génie ?

Une machine Enigma en cours d’utilisation. Photo de 1943 issue des archives fédérales allemandes CC BY-SA 3.0 de

Être homosexuel et vivre son homosexualité est considéré dans les années 50, et ceci depuis de nombreuses décennies, comme étant une « indécence manifeste » et une « perversion sexuelle ». Pourtant Alan Turing était ouvertement homosexuel, comme beaucoup de personnes, mais lorsqu’un cambriolage survient chez lui et que le témoignage d’un amant révèle son homosexualité devant les autorités, l’histoire prend une nouvelle tournure. En effet, soudainement Alan Turing devient un profil à risque, entre autres depuis l’histoire des Cinq de Cambridge, un groupe de scientifiques réputés homosexuels et qui avaient été recrutés par le NKVD (service d’espionnage soviétiques). Dans un contexte de guerre froide, Alan Turing est donc surveillé. Son homosexualité est alors le prétexte à le mettre au placard. Il est soumis au dilemme de choisir entre la prison ou la castration chimique. Pour conserver sa liberté, il choisit la seconde sentence mais subit d’horribles séquelles en raison de son traitement hormonal. Peu à peu, Alan Turing n’est physiquement plus lui-même, il devient dépressif, lui qui était entre autres un grand coureur à pied épanoui très performant.

Que c’est beau !

Turing, de Robert Deustch, éd. Sarbacane, 192 pages, 31,6 x 2,2 x 23,5 cm


Chaque planche m’a épatée. La lecture de la bande dessinée Turing par Robert Deutsch est quasiment cinématographique. Elle est parfois peu conventionnelle, mais cela ne nous trouble jamais, cela enrichit même l’histoire car l’œil suit sans peine là où l’auteur veut nous mener. C’est comme circuler dans un espace narratif, qui dépasse largement les limites des cases.

Le dessin semble enfantin, mais ce n’est qu’une impression. L’aspect naïf mais particulièrement travaillé montre bien ici un talent de composition et de narration. J’ai parfois eu le sentiment de le pas lire ce roman graphique, mais de le visiter. Or cette simplicité apparente du dessin derrière la quelle se cache un génie… serait-ce un portrait graphique d’Alan Turing ?

Lis absolument cet ouvrage !

Si tu passes par une bibliothèque, une librairie, ou si tu veux commander cette BD en ligne, fais le sans aucune hésitation. Pour ma part, c’est un coup de cœur absolu pour ce début d’année.

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *