Dans « Très intime », Ina/Solange dévoile les femmes

Le livre Très intime de Ina Mihalache ou Solange (chaîne Youtube Solange te parle) est un album de témoignages de femmes qui parlent de leur intimité sexuelle. Nous entendons leurs voix et leurs réactions pendant qu’elles se confient à l’intervieweur venue là pour explorer ce que vivent les femmes.

Cela vous rappelle peut-être ce film avec Mel Gibson, Ce que veulent les femmes où le personnage principal acquiert soudainement le don d’entendre leurs pensées. Au fur et à mesure de l’histoire, il comprend que les femmes ne sont pas nécessairement des personnes à séduire ou qui veulent être séduites. Ce sont des individus qui expriment chacune des désirs et des aspirations différentes.

Dans Très intime, j’ai retrouvé cette manière de raconter des femmes plurielles. Pourtant on parvient à s’identifier car il y a des paroles parmi lesquelles on se reconnaît dans des situations plus ou moins vécues. Parfois on se rend compte que la femme ne se connaît pas elle-même, ne serait-ce qu’anatomiquement tant on lui a appris que le corps n’était pas une chose noble et qu’il fallait même la cacher. Les relations évoquées sont monogames, polygames, hétérosexuelles, homosexuelles, bisexuelles, jeunes, matures, expérimentées, maladroites. Chaque portrait est différent, où chaque femme se distingue par une personnalité bien à elle.

Aujourd’hui je pense que je lirais différemment Très intime. Chaque chapitre évoque une femme différente, et lire d’une traine cette collection de témoignage pourrait donner une impression de cacophonie.

Je préfère voir chacune des interventions comme une miniature que l’on pourrait explorer.

Aux éditions Payot, Très intime est disponible en librairie pour 15,00 €

 

 

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

4 commentaires

  1. « Aujourd’hui je pense que je lirais différemment Très intime. »
    Je ne comprends pas ce que tu veux dire par là.

    Toi qui l’a lu du coup, as-tu un avis sur la polémique qui a entouré ce livre rapport aux témoignages pas forcément prévu pour être autre chose qu’un éphémère passage radio ?

  2. @ Mealin : J’essaie de trouver une autre formulation. En fait je pense que maintenant, je ne le lirais pas d’une traite, mais je prendrais de temps en temps un chapitre.
    Sur la question des témoignages, je suis assez divisée. Je pense que c’est surtout un problème de maladresse, mais que légalement ça passe. J’ai cependant un peu du mal à admettre l’argument de « je pensais que ça serait éphémère » parce que maintenant, surtout dans les médias, tout s’archive. La réaction aurait-elle était la même si Le Mouv’ avait simplement édité sur papier les séries de chroniques ? Ou si Ina Mihalache avait édité son livre via Radio France et non pas avec son éditeur Payot ? Des personnes qui n’ont pas aimé voir leurs témoignages publiés ont dit qu’elles ne se reconnaissaient plus dans ces paroles anciennes et qu’elles avaient changées. Est-ce vraiment un problème ? D’autres disent que c’est du vol, mais est-ce du vol de répéter un témoignage déjà diffusé publiquement ? :/

    Et toi ton avis ?

  3. @Uty : Je n’ai pas lu le bouquin donc avis moins pertinent. Je pense aussi que c’est une question pour partie de maladresse, mais que vu les positions d’Ina, c’est difficilement pardonnable. Pour quelqu’un (ou du moins son personnage de Solange qui est affichée en auteur) qui parle de l’importance du respect de la sensibilité d’autrui, ne pas avoir établie explicitement les contours de l’utilisation des témoignages ou redemander l’autorisation de principe avant de les publier (et je suppose en tirer profit) me parait totalement schizo. Il me parait du coup d’autant plus compréhensible qu’un sentiment de trahison apparaisse. Après, le fait de ne plus se reconnaître dans son témoignage, cela procède d’autre chose et pour le coup aurait pu mérité une petite note d’intro cas par cas, mais pour cela il aurait fallut recontacter les gens.

    Pour la question du vol d’un témoignage public là, j’avoue que juridiquement je n’en sais fichtrement rien !

  4. @ Maelin : Oui en fait ce n’est pas du tout évident comme situation. Là où je trouve que cela n’est pas vraiment pardonnable, c’est le manque de professionnalisme que cela communique. Pour Ina d’une part qui aurait sans doute pu prendre le temps de contacter les personnes, mais aussi du côté de l’éditeur. Ce ne sont certainement pas les premières personnes à republier des témoignages déjà diffusés ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *