Réalité augmentée et publicité : quel est le produit ?

La réalité augmentée dans la publicité, c’est un peu la nouvelle tendance qu’il faut adopter.

Il y a quelques semaines, le bijoutier Boucheron m’envoie le communiqué de sa toute nouvelle application téléchargeable sur son ordinateur : myboucheron.

Le principe ? Il est très simple : on installe l’application magique et on imprime chez nous des motifs de bagues, de montres, etc. Lorsque tu lances l’application, tu peux essayer un des bijoux grâce au superbe programme qui reconnaît le motif de la bague et va l’incruster sur l’image de ta webcam.

C’est magnifique, c’est fantastique et surtout… c’est magique.

Boucheron nous propose sans modestie : « Vivez l’expérience ! »…

Et bien pourquoi pas ? Honnêtement, j’aime beaucoup ce genre d’initiative ludique qui permet de se mettre en scène afin de tester un produit.

Quel est réellement le produit vendu ?

J’ai trouvé l’application Myboucheron fort sympathique, mais cela ne m’a pas DU TOUT donné envie de m’acheter une bague ou une montre. Par contre ce qui est sûre, c’est que je me souviendrais de Boucheron comme la société qui utilise de la réalité augmentée.

Mais est-ce parce que je n’avais tout simplement pas envie de bijoux ? Une campagne marketing ratée qui n’a pas su me donner le désir de porter un bijou ? Pas si sûre…

Décortiquons un peu la vidéo de démonstration

Les phrases « Vivez l’expérience […] une expérience inédite… […] Rêver la réalité augmentée » sont mis en scène dans un intérieur boisé. La jeune femme parfaitement manucuré à la coiffure classique est assise à un beau bureau orné d’un magnifique ordinateur portable et d’une vieille lampe. Le fond du décor a la chance de supporter une jolie bibliothèque décorée de livres anciens.

Le contexte est posé, Boucheron n’a pas la même campagne de publicité que Kinect… Myboucheron ne cible pas les familles de classe moyenne et les individus de 7 à 77 ans.

Alors pourquoi m’avoir envoyé – à moi Uty, la fille qui ne parle jamais sérieusement – un communiqué pour vendre des bijoux ?

Justement parce qu’on n’a pas cherché à me vendre des bijoux

Les phrases d’accroche de la campagne pour Myboucheron nous donnent un indice. En effet, Myboucheron a l’air de vouloir vendre Boucheron, plus que les bijoux eux-mêmes.

Dans ce cas, on se situerait plus dans une volonté de promouvoir la marque. Ainsi, entre copines sur la terrasse enneigé d’un café parisien, je pourrais dire :

« Ohlala, tu cherches une bague ? Mais essaye Myboucheron, c’est un site où tu peux tester des bijoux en réalité augmentée ! J’te juuuuure !

– Ah ouais ? Mais c’est quoi la réalité augmentée ?

– C’est un truc où tu te mets en scène, les éléments virtuels apparaissent sur toi…

– Noooon ? Sans déconner ?!

– Mais si ! je te le dis ! Vis l’expérience réalité augmentée avec Myboucheron !

– Trop bien ! Je vais essayer !! Gniiiiiii [cri hystérique féminin]  »

Et là, comme la boule de neige que je me suis prise hier soir, l’effet de surprise et d’innovation va être le moteur d’une visite supplémentaire sur le site de Boucheron pour peut-être… vendre. Dîtes M. Boucheron… tes ventes ont augmenté depuis la sortie de cette application ou pas ?

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

2 commentaires

  1. très marrant ton point de vue, pas faux. Les vieilles maisons comme Boucheron ou d’autres ont un besoin essentiel de s’insérer dans la mémoire des nouvelles générations qui ont plus grandi avec les fantaisies abordables d’Agatha ou les 3 ors sacrés de Cartier ;-)… Juste une remarque Boucheron est plus un joaillier qu’un bijoutier… ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *