Raymond Depardon au Grand Palais : Une production multiple de documents autour d’une exposition peut-elle en gâcher la visite ?

L’exposition Raymond Depardon, Un moment si doux commence le 14 novembre 2013 au Grand Palais. Certainement très attendue par les amateurs et professionnels de la photographie, cela ne m’étonnerait pas qu’elle batte des records de fréquentions. Raymond Depardon est un de ces noms qu’on apprends récite et commenté à longueur de temps lorsqu’on suit des cours de journalisme. Tous les TPs y passent. J’ai appris et réappris sa biographie et étudié des parties de son travail autant en cours d’histoire du journalisme, que de histoire de la photo ou encore en culture de la photo. On peut dire que j’en ai mâché. Et comme cela ne me suffisait pas, j’ai assisté à une projection du film Journal de France et lu au passage le livre J.O. particulièrement intéressant si vous vous intéressez à la photographie sportive et politique.

Application iPad Raymond Depardon, un moment si doux
Application iPad Raymond Depardon, un moment si doux


L’annonce de l’exposition au Grand Palais pour la rétrospective Raymond Depardon a été l’occasion de nombreuses publications dans les journaux et en ligne. J’ai donc attrapé le hors-série des Inrocks consacré à l’exposition, au détour d’un trajet en train, fait d’interview et de reportages. Dans la même veine, j’ai téléchargée l’application éditée par le Grand Palais (RMN) sur iPad qui m’a permis d’accéder à des interviews (encore), des photographies et des vidéos qui suivent le photographes dans plusieurs villes du monde. Je me rends compte qu’avec l’énorme filmographie et bibliographie présente. J’ai beaucoup lu de Depardon à la première personne. J’ai beaucoup lu des témoignages où il parle dans de multiples situations de l’affaire Françoise Claustre ou encore du film Une partie de campagne autour de Valéry Giscard d’Estaing.

Extrait d'une vidéo de l'application Raymond Depardon, un moment si doux éditée par le Grand Palais
Extrait d’une vidéo de l’application Raymond Depardon, un moment si doux éditée par le Grand Palais


Quelque part, ma formation et mes centres d’intérêt ont participé à ce que je dois absolument inondée d’informations autour du travail de Raymond Depardon. Bien-sûr, je compte visiter la rétrospective à laquelle il a lui-même participé au Grand Palais. Aujourd’hui, je me rends compte que cette visite sera assez différente de celle que je fais habituellement. En effet, j’aime me renseigner de manière brève sur les grandes expo que je vais voir. J’aime finalement être débutante dans un sujet, à peine éclairée pour profiter pleinement de ce que je vais voir. Je me positionne alors dans la découverte totale, sans commentaires et sans a priori sur ce que je vais voir. Je ne doute pas que je vais découvrir de nouvelles choses lors de la visite de cette exposition.

Menu de l'application Raymond Depardon, un moment si doux
Menu de l’application Raymond Depardon, un moment si doux

Le Grand Palais promet des photographies inédites, et des aperçus du montage sur Instagram promettent d’immenses tirages, peu courant pour la photographie de presse originairement destinée au tirage papier sur journaux, magazine, papier et Web. Alors je suis à la fois impatiente et sceptique. J’aime réellement le travail de Depardon et j’essaie d’en avoir une vision qui demeure fidèle à ses écrits et interventions. J’aimerais pouvoir secouer ma tête de gauche à droite pour oublier tout ce que les professeurs ont dit, tous les commentaires que j’ai du apprendre par cœur pour ne garder que les paroles de Depardon lui-même et profiter de l’exposition telle qu’elle est présentée au public. Il me reste quelque jours pour me débarrasser de la dualité entre productions et commentaires.

Le 14 novembre, je serai donc au Grand Palais. J’espère vous y voir également !

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *