Qu’attendons-nous d’un blog ?

Après 5 années de blogging ici, beaucoup d’évolutions et de nombreuses expériences, je me demande quoi faire de mon blog. Loin de moi l’idée de l’arrêter, j’admets que l’écriture est tellement ancrée dans mon mode de vie que je me demande ce que je ferais de tout ce temps gagné sans écrire. À l’inverse, je ne saurais pas quoi faire d’une voiture si jamais j’en avais une.

Alors justement après 5 ans un peu monotones ici, j’ai envie de tester de nouvelles choses. Par exemple, j’aimerais faire bien plus d’interviews pour partager mais aussi continuer à rencontrer des personnes intéressantes dans les domaines que je traite ici. Mon projet de couverture de la Biennale Internationale Design de Saint-Etienne est quant à lui une manière d’aller plus loin que ce que j’ai pu faire. Au-delà d’aimer écrire, j’aime chercher de nouvelles manières de raconter les choses avec ce support pourtant limité qu’est le blog. J’aime bien dire que je compose, plutôt que je n’écris.

Mais lorsqu’on a un lectorat fidèle (salut les copains !), est-ce bien le lieu pour expérimenter ? Est-on légitime à considérer son blog comme un laboratoire, ou un journal de ses expériences ? La réponse semble logiquement oui. Après tout ce qui a fait le succès des blogs c’est aussi cette part de personnel, le fait qu’il s’agit de quelqu’un en particulier qui parle et non pas une entité rédactionnelle un peu vague. Cela peut être à la fois quelque chose de très normée avec ligne éditoriale bien définie, ou bien un espace de liberté si on considère les blogs de marque qui peuvent par là produire du contenu éditorial complémentaire et enrichissant pour leur enseigne et fidéliser leur clientèle (salut les clients !).

Alors dans le cas d’un blog personnel, à soi, qu’en attendons-nous ? Parfois j’ai l’impression qu’on en attend peut-être beaucoup trop des blogueurs et blogueuses. On se fait une illusion de l’influence des personnes qui génèrent un très fort trafic, ou on balaie d’un revers de la main des personnes plus qu’intéressées avec une communauté soudée. Les perles sont ceux qui arrivent à générer un équilibre entre quantitatif et qualitatif, je parle de ceux qui ont un trafic plus que correct mais qui en plus ont des abonnés, des commentaires, des interactions sur les réseaux sociaux…
Mais on oublie un peu qu’un blog commence simplement par l’achat d’un nom de domaine pour certain, ou par l’ouverture d’un compte over-blog pour d’autres. C’est si simple, alors en quoi cela fait-il du blogueur une personne différente ?

Pourtant j’ai un sentiment où on a envie d’avoir des blogueurs parfaits. Il faut qu’ils répondent « oui » à tout, ou « non » à tout. Il faut qu’ils soient transparents et sans partenariats sinon ils sont malhonnêtes, mais s’ils n’en font pas c’est certainement qu’ils n’en valent pas la peine et sont sans intérêt. Je me suis récemment posée la question de faire appel à du sponsoring pour mener mes projets de contenus. Je suis prête à donner de mon temps sans compter pour le blog, cependant mon compte en banque doit-il y passer entièrement ? Les passions demandent des sacrifices, mais à quel point ?
Hors considérations marketing ou financières, je constate des commentaires souvent outrés par ci ou par là (pas forcément chez moi) par un lectorat qui reproche des écarts dans les lignes éditoriales. Est-ce le lecteur qui établit le cahier des charges, qui doit juger de la légitimité d’un blog ? Bien-sûr on pourrait dire que sans lecteur le blog n’est rien, et donc qu’en conclure ?

C’est le serpent qui se mord la queue, il n’y a pas qu’une seule réponse possible. Récemment un attaché de presse m’a dit « nous vous considérons comme un véritable média ». J’ai senti une forte demande derrière cette déclaration. Un véritable média, c’est quoi ? Comment pourrait-on être un véritable média, en tenant un journal (web log) ? Est-ce que cela veut dire que je devrais avoir un manifeste à suivre ?

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

8 commentaires

  1. En vivant des deux côtés du tableau, je pense que l’expression  » vous êtes un média » signifie surtout que certains blogs sont des véritables sources d’influences, plus mêmes que certains magazines.

    Après certaines agences préfèrent avoir un noyau dur de blogueuses, pas forcément très influentes mais fidèles. Un one shot, faut le faire avec une big blogueuse, mais une relation de confiance, un vrai partenariat c’est comme en amitié, ça prends du temps. Et c’est là que les blogueuses qui ont moins d’influence mais une véritable opportunité de partenariat sur le long terme peuvent faire la différence.

    Après, en tant que blogueuse, oui j’aimerai bien faire les voyages en Australie tout frais payé et passer une semaine à prendre en photo des koalas au frais de la princesse. Mais derrière, pour certaines, il y aussi beaucoup de travail, et à ce moment là le blog devient une entreprise : mais peut-on encore vraiment appeler ça un blog ?

  2. C’est amusant, de plus en plus de blogueurs se remettent en cause ou remettent en cause leur support de liberté. C’est dommage ! Tes écrits sont justement là pour interpeller tes lecteurs qu’il soit positif ou non.

    Que les gens aiment ou n’aiment pas ce n’est pas grave. C’est toi qui doit être à l’origine de ta ligne éditoriale. Si tu réussis à faire aimer ce que tu voulais retranscrire c’est le top ! A l’inverse si tu fais aimer quelques choses dont tu n’es pas l’auteur alors tu n’es sera jamais fière !

    Pour ma part, je suis aussi en réflexion sur que proposer à mes lecteurs pour surprendre et plaire (et surtout pour me démarquer).

    Affaire à suivre…

  3. Déjà tu commences mal ton article :)
    Au lieu de dire « Qu’attendons-nous d’un blog ? », dis-toi plutôt « Qu’attends-je de mon blog ? ».

    Parce qu’en ce qui me concerne je n’attends rien de ton blog. Ni du mien accessoirement.

    Ensuite, pose-toi ces deux questions :
    – Écris-tu pour toi ou pour tes lecteurs ?
    – Souhaites-tu rester indépendante dans ta ligne éditoriale (quelle qu’elle soit) ou devoir te censurer si l’article proposé par ton sponsor ne te convient pas mais qu’il permet de rajouter du beurre sur les épinards ?

    Cela devrait t’aider dans ton orientation future, et placer des limites à ta passion sans avoir à faire de sacrifices. Sinon ce n’est plus une passion, mais une contrainte.

    Et pourquoi trouves-tu que ces cinq dernières années ont été monotones ? J’ai trouvé tes articles plutôt éclectiques, me faisant découvrir des univers qui ne sont pas les miens, me donnant l’envie d’y revenir.

  4. @Z : En fait j’ai envie qu’on se demande ce qu’est un blog sans l’aspect market/marque etc. Recentrer la chose sur le rapport entre une personne qui a décidé d’avoir un journal en ligne qui publie régulièrement et son lectorat. On assiste à un paradoxe entre le blogueur « gentil » (honnête, sans rapport aux marques, indépendant ?), et le blogueur « méchant » (un vendu !). Sauf que si t’es pas un peu vendu, t’as l’air tout nul ?
    Je ne comprends pas tout le temps les attentes qu’un lectorat a vis-à-vis d’un blog. Pas forcément pour le mien, mais d’un point de vue global. Comment les gens perçoivent-ils les blogs ? Est-ce que pour eux c’est la voisine qui partage ses recettes, ou une bande d’enfants gâtés ? Ou rien de tout ça ? Après il y a autant de type de blogs que de type de public… En fait cela fait tellement longtemps que j’ai le nez dedans, que j’aimerais bien parfois connaître le sentiment de quelqu’un qui est juste lecteur.

    @Victor : Être content de soi, c’est le plus important ! :)

    @kowalsky : Je n’écris ni pour moi, ni pour mes lecteurs, mais pour partager. Du coup j’écris un peu pour tout le monde y compris moi. Cependant avoir un blog est un vrai levier (tremplin ?) pour accéder à des opportunités qui font qu’on rencontre des gens formidables. Mais personne n’a attendu d’avoir des blogs pour satisfaire ses passions non plus. Il y a énormément de personnes passionnantes, avec beaucoup de choses à raconter, qui n’ont pas de blog.
    Sur le sponsoring, je regrette qu’on ait actuellement des mécaniques aussi restreintes que « le billet sponsorisé ». Pour ma part, cela me gonfle particulièrement car cela demande beaucoup d’effort et on n’écrit qu’à moitié convaincu (chez moi), sauf s’il y a une réelle expérience et qu’on y trouve aussi son compte intellectuellement.

  5. Alors en tant que lectrice, j’aimerais toujours retrouver la même ligne édito tout au long de mes années de lecture d’un blog. Ca ne me dérange pas s’il y a collab avec une marque à partir du moment où il y a franchise du côté du blogueur. Et pour ceux qui râlent parce que « ouai t es une vendue maintenant », je pense qu’ils ne sont plus en phase avec la réalité du blogging aujourd’hui, et que passer à côté de belles opportunités ça serait vraiment trop bête.

    Après, malheureusement je suis passée du côté obscur, et dès que je vois un article, je peux pas m’empêcher de me demander s’il y a du sponso derrière, comme la blogueuse a été approchée,etc..

  6. Je trouve dommage que tu te remettes en cause et que tu te demandes si tu as « légitimité à ». Un blog n’a pas de définition, il est juste un moyen d’expression POUR TOI. Si t’as envie de parler de ton chat, de ton patron ou de quoi que ce soit ca reste ton espace et je te rejoins complètement sur le fait que « si on reçoit des cadeaux on est malhonnêtes » si on en reçoit pas c’est parce que l’on n’est pas influents :(
    C’est carrément ça. Au départ je ne savais même pas que ces trucs là existaient, Maintenant je reçois des cadeaux et je donne mon avis honnête, si les gens pensent que je ne suis pas honnête alors qu’ils ne viennent pas parce que je ne sais vraiment pas comment leur prouver… Pour moi ton blog devrait traiter de tout ce dont tu as envie (cadeau ou pas cadeau tant que ça t’emballe assez pour en parler)

  7. Il y a des fois, je me pose la même question.

    Je pense que tout part de la définition même que l’on a donné au mot « blog ». Pour ma part, je voulais être sincère et honnête avec moi-même et partager mon ressenti dans mes démarches artistiques sur l’apprentissage du dessin. Comme je suis rempli de doutes, mon blog est rempli de billets avec beaucoup de questionnement et de remise en cause… Mais je n’ai jamais attiré un lectorat très important. J’ai du mal à accepter que le lectorat de mon secteur soit intéressé par des raccourcis plutôt que de donner du sens à leur démarche.
    Mais c’est comme ça.
    Cependant, je pense que c’est le seul moyen de faire une différence dans ce monde. En respectant notre identité et nos passions, on ne peut pas se mentir.

    Aujourd’hui j’ai changé la définition même de mon blog en essayant de me rappeler pourquoi je l’ai créé au départ et mon contenu change. J’essaie de m’adapter. De trouver un juste milieu entre attente du lectorat et respect de mes valeurs. Pas facile :).

    Merci pour ton blog, il est vraiment très beau !

  8. c’est drôle j’avais loupé cet article lors de sa publication, pour finalement avoir écris un truc similaire il y a quelques semaines… En fait je crois que c’est comme le sport, le blog t’oblige à sortir de ta zone de confort, à t’exposer, et c’est normal qu’au bout d’un moment, quand tu as trouvé ton rythme et un certain confort de publication, tu aies envie d’autre chose… fais toi plaisir avant tout!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *