Presse féminine, pourquoi préfèrent-elles les blogs ?

Au début, je voulais m’interroger sur les raisons du succès des blogs féminins : mode, beauté, cuisine et déco. Puis finalement, je me suis plutôt penchée sur une autre question sans laquelle la précédente n’existerait pas : quelle est la place des blogs féminins ?

Explications

Oui les blogs fonctionnent bien, et certains portails Web de presse pourraient rougir du trafic de certaines blogueuses en vue. Mais ces blogs sont mis en place par des particuliers : seule ou à plusieurs, comment arrivent-elles à rivaliser avec la logistique de la presse professionnelle ?

Ciblons tout d’abord les thématiques. On attribue l’intitulé « magazine féminin » à la presse directement destinée aux femmes. Cette dernière couvrent plusieurs sujets : lifestyle, beauté, mode, minceur, déco, cuisine.

Les blogs féminins couvrent tous ces sujets. Pour ma part, je pense me situer plutôt dans la catégorie « Lifestyle », c’est un peu la thématique « fourre-tout » qui se résume à « comment survivre dans ce monde de brutes ».

Étrangement, ou pas tant que cela, on dénombre très peu de blogs minceur. Et même si vous en trouvez, il s’agira de témoignages et non pas de techniques pour mincir comme on l’entend dans les magazines. Peut-être est-ce une des preuves qui nous permettent d’identifier l’objectif minceur comme étant totalement artificielle.

En effet, comme je l’ai dit, les blogueuses sont des particuliers. Même si on dénombre quelques unes qui vivent de leur activité de blogueuse, elle ne se positionne certainement pas en tant qu’ « expert » comme c’est la mode sur Internet.

Un discours différent

Les lectrices de blogs, je les lis, reprochent parfois aux magazines féminins d’être en retard par rapport à la blogosphère féminine. Les tendances et les nouveautés sont annoncées en différé. Pourquoi parle-t-on de retard ?

Je pense que l’un et l’autre n’ont pas du tout le même objectif. En effet, le magazine féminins est un support de presse, il s’agit d’annoncer les choses au moment où elles sont effectives. À côté, les blogs ont une notion de confidentialité, les blogueuses parlent à leur lectrice avec un ton de confidence et de complicité. Une communauté se crée autour d’un blog de la même manière que sur un forum.

Sachant que l’effet est d’autant plus authentique puisque la blogueuse n’a pas besoin de feindre un discours qui permet l’identification. En effet, la blogueuse est souvent elle-même lectrice et n’est certainement pas journaliste. Pourtant on dénombre quelques journalistes de profession dans la blogosphère féminine. Mais celles qui fonctionnent, sont celles qui ont compris que l’univers n’était pas le même.

Vers une évolution ?

La presse féminine semble prendre conscience de l’intérêt des blogueuses. Lorsqu’un magazine féminin prendra un ton confidentiel ou intime, il ne sera pas toujours prix au sérieux. Derrière les mots employés, on pensera à l’entité du magazine qui nous parle d’une manière calculée pour nous séduire et nous faire lire. Tandis que lorsqu’on pose une personne dans la presse comme étant blogueur / blogueuse, cela prend un autre sens. Parce que cette personne n’est pas journaliste de profession et encore moins chargé de communication. Et même si c’est le cas, la manière de se présenter en tant que « n’importe qui » en apportant une note subjective aux contenus fait la différence.

Et si la plume blog rejoignait le panthéon de la presse ?

C’est peut-être l’essence même du projet mis en place par Paulette Magazine.

Paulette magazine, le lancement papier ! from PauletteMagazine on Vimeo.

Paulette Magazine est frais, collaboratif, écrit par toi et moi et elle. Il parle des tendances de tous les domaines, celle qui est dictée par les femmes au sens large.

Paulette, c’est votre magazine. Il reflète les tendances d’aujourd’hui, incarnées par de vraies filles et de vrais garçons qui se croisent tous les jours dans la rue, qui se sourient, qui se matent… Alors quoi de plus normal que vous participiez à son élaboration ?

Rebellion des lectrices contre une lignée trop conformistes de magazines féminins ? Tant mieux ! Plus on a un large choix en kiosque, mieux c’est. Et si vous voulez aider cette futur tempête numérique vers le papier, c’est par ici :

> Soutenir le lancement de Paulette Magazine.

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

4 commentaires

  1. J’ai pris mes distances avec la presse féminine. Je trouve qu’aucun magazine ne me correspond et qu’en fin de compte, ce n’est que du placement de produit.

    Je pense que les femmes préfèrent les blogs féminins aux magazines car les blogueuses sont a priori indépendantes, quand elles donnent leur avis sur un produit elles sont franches mais ça aussi, ça tend à disparaître et c’est bien dommage.

  2. Je rejoins l’avis de Diane, je ne me reconnais dans aucun mag féminin actuellement et je trouve qu’au final les blogs mode sont assez conformistes.

    Le seul l’unique qui me manque c’est 20 ans qui avait pour mérite de ne pas prendre les filles pour des dindes, de faire appel à des auteurs (Houellbecq, Diasdème…) et d’adopter un ton libre, ironique et 2nd degré.

  3. coucou Uty ! Ton sujet me ramène à une réflexion sans fin, en fait je pense qu’il faut cesser tout simplement de comparer blog et mag :-). La presse ne peut pas fonctionner comme un blog ou un site : un magazine se fait en amont, pas au jour le jour ; pour un mag il y a une équipe à gérer etc comme toute entreprise, derrière un blog il y a une personne qui se gère seule; le mag met en avant des infos, le blog met en avant une personne ou du moins sa vision perso.

    Les vrais pb des mags ? la politique annonceurs qui empêche une réelle diversité d’infos et le souci de coller à la légèreté attendue par les lectrices (qui c’est vrai en majorité préfèrent regarder des images, plutôt que lire des sujets).
    Les blogs ? ok ils apportent un autre ton, un autre rythme et d’autres idées. Mais les mêmes risques sont là : répétition et banalisation des sujets, fiabilité et intérêt des avis, souci de rentabilité ou durabilité…

    Bref, comme dans toute aventure humaine, il faut séparer le bon grain de l’ivraie. Car comme dit Julie, le conformisme est présent sur les blogs et çà c’est une épine empoisonnée ;-) qui hante toute la société d’ailleurs…

  4. Pour ma part, même si je suis d’accord avec tout ce que tu a écrit dans cet article, je considère la presse féminine et les blogs comme deux plaisirs bien distincts. Mais je me rend compte que les blogs ont pris une place plus importante et jouent le rôle de quotidiens (je m’informe, j’ai des avis sur les nouveautés, je me cultive, je flâne futilement…) alors que la presse, je vais la lire d’un point de vue plus pro’. Je vais considérer un numéro de cosmo’ ou de Elle comme un portail de pub. Dès que je l’ouvre, je pense avant tout stratégie marketing, coup de pub, orientation des articles. Mais ce n’est pas pour autant que je n’y prend pas plaisir. C’est juste devenu différend. Comme si les blogs avaient pris la place de la presse dans mon rituel de lecture :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *