« Persona non grata » au Salon International du Livre Ancien 2010

Hier j’ai eu la chance de pouvoir visiter le Salon International du Livre Ancien, de l’estampe et du dessin. J’en étais bien contente d’ailleurs parce que même si je lis un peu moins qu’avant, j’aime regarder les livres. Et ce fut là une belle occasion pour moi d’admirer de sublimes éditions.

Ceux qui me lisent depuis quelques temps sauront (Sauron !) que je ne me contente jamais de juste visiter. Il a bien entendu fallu que je me fasse remarquer.

Entre Rimbaud, une dame à qui j’ai pu donner une petite leçon de jugement, et deux belles démonstrations de gravure taille-douce et lithographique…

Découverte de François Houtin et « Les jeunes sont vilains »

François Houtin, voilà un peintre paysagiste dont je n’avais jamais entendu parler. Il n’était pas là mais une de ses oeuvres était en vente. Admirative du travail technique autour de ces magnifiques estampe à l’encre de Chine, je me suis dit que j’allais acheter un petit catalogue avec des reproductions des tableaux.

J’adore les Art Books. J’en ai beaucoup (à défaut d’avoir un jour les moyens de m’offrir une oeuvre originale).

Je saisis un des catalogues à 10 euro en me disant « Oh pour ce prix là, je vais me faire plaisir ». J’approche la dame assise au stand en lui disant gentiment et poliment : « Bonjour, J’aimerais prendre ce catalogue ». Elle me regarde interloquée puis me répond mielleusement mais sèchement « Mais on les vend ».

Je réfléchis cinq secondes et lui répond « Oui, c’est pour cela que je viens vous voir, sinon je l’aurais pris et serais partie aussi vite ».

Il s’avérait que je n’avais pas assez d’argent liquide sur moi, je l’informe donc que je reviendrai dans la journée avec des sous et qu’elle me garde un exemplaire du catalogue si jamais il se vendait bien.

Deux heures plus tard, je reviens accompagnée d’une connaissance à l’apparence honorable et plus âgée qui m’avait avancé de quelques sous afin que je puisse prendre le catalogue sans ressortir du salon pour chercher un distributeur de billets.

Je cherche la dame des yeux… Elle arrive de derrière moi en me disant « C’est moi que vous avez vu tout à l’heure ! C’est pour le catalogue ? ». Je lui réponds tout simplement « Oui ». Elle voit alors la personne qui m’accompagne et s’exclame de manière très gênée « Oh si j’avais su que vous étiez accompagnée… Je suis désolée vous comprenez… ».

En résumé elle ne me faisait pas confiance et se méfiait de mois parce que je devais sûrement être une des seules personnes de moins de 25 ans au Salon du Livre Ancien. Je dis cela mais la moyenne d’âge là bas doit être de 45 ans. Son ton disait bien « si je savais petite que tu étais accompagnée de personnes qui semblent honorables, je te l’aurais pris ton chèque même si c’était pour 5 euro ».

Courbettes, excuses, sourires gênés… Bon au moins, je me dis qu’elle aura appris quelque chose.

Attention les jeunes sont vraiment des vilains, ils vont casser tous les livres, voler les stands…

À mon avis, déjà, il y a peu de jeunes voleurs au Salon du Livre Ancien, ils ont autre chose à faire. :D

J’ai vu la photographie de Rimbaud adulte.

La fameuse photographie dont on parle tant en ce moment. Celle de Rimbaud à l’âge adulte sur la terrasse d’un hôtel à Aden.

Je trouve cela relativement impressionnant la manière dont on peut identifier quelqu’un sur une photo aussi petite, aussi jaunie et aussi floue.

Mais bon, cela fait une bonne publicité pour les libraires qui ont trouvé la photo. Ils ont fait des cartes de visites avec le portrait de l’ancien poète. « J’en ai fait imprimer 2 000 mais j’ai peur de ne plus en avoir à la fin de la journée » nous a dit l’un d’eux.

Parlons de choses plus sérieuses,

Éditions originales du Seigneur des Anneaux de Tolkien, 42 500 euro, qui me les prête ? :D

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

3 commentaires

  1. Ralala, on est pas près de se débarasser des jugements hatifs type « délit de sale gueule »….

  2. Sympa ce petit compte rendu !

    En même temps, comme aurait pu dire Rimbaud, on a pas l’air sérieux quand on a moins de vingt-cinq ans :)

  3. Je comprends ton désarroi face à la mégère qui ne voulait pas te vendre le catalogue… Mais je te rassure, tu n’étais pas la seule « de moins de 25 ans » présente sur ce salon car j’y étais aussi, mais en tant qu’attachée de presse (je bossais avec un des collectionneurs de cartes postales anciennes qui avait d’ailleurs un joli stand).
    Néanmoins, la population est vieillote, peu d’étudiants en graphisme étaient présents (je ne sais pas si ce genre d’expos les intéresse?) ce qui est dommage car ça valait le coup d’oeil !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *