Livre : Augustus Carp, de Sir Henry Howard Bashford

Augustus Carp, de Sir Henry Bashford… Voilà le titre que j’ai lu en flânant dans les rayons de la FNAC. Augus…tus… Carp, Sir, Henryy Bashhhford… J’aime la sonorité de ce titre, il me donne envie de le lire. La sonorité a l’air tellement travaillé que ce ne peut-être que bien écrit avec des doses d’ironie. Et moi j’adore l’ironie.

 Augustus Carp étant donc le livre pour moi. Pouf pouf, je l’achète.

« L’un des plus grands romans humoristiques du siècle. » Et l’on s’étonne de ce que cet opuscule singulier, objet de culte pour un large fan-club de lecteurs répartis d’un bout à l’autre de la planète, soit resté inédit en français jusqu’à ce jour.
L’auteur, il est vrai, n’avait guère poussé à la diffusion de son texte (paru d’abord, anonymement et très discrètement en 1924). Ce n’est qu’après sa mort en 1961 qu’on apprit, à l’issue d’une enquête menée par le Burgess qu’on vient de dire, que l’auteur en question n’était autre que l’honorable Sir Henry Howarth Bashford, médecin privé du roi, membre de l’Académie royale de médecine, lequel ne passait pas spécialement pour un rigolo.
Son livre, qui manqua faire mourir de rire trois générations de lecteurs et qui a désormais rang de classique, est une formidable claque envoyée sur les roses bajoues de la bourgeoisie british – et, pardelà, en plein dans la figure de la pire humaine bêtise : celle des gens « vertueux »… à qui, le livre refermé, on ne pardonnera jamais, espérons-le, d’avoir commis le bien.

Et la note du préfacier est tout à fait correcte. Ce livre est un gros mélange entre Candide de Voltaire et Le Tartuffe de Molière. Remplacer Pangloss par le père d’Augustus et l’optimisme par la foi protestante… Secouez le shaker… Hop ! Une grappe d’Augustus !

(Riez à ce jeu de mot, c’est un ordre).

Tout cela avec bien entendu une petite pincée des Confessions de Rousseau… Histoire de relever un peu le goût.

Et donc ?

L’histoire est excellente, les comiques sont bien rôdés, mais voilà je n’arrive pas à finir le livre. Je pense que c’est la note de Confessions de Rousseau que je n’arrive pas à digérer. En effet, chaque chapitre se déroule exactement de la même manière. On a un chapeau qui annonce ce qui va se passer, et tout se déroule comme annoncé dans le chapeau… et ainsi de suite.

Pourtant j’apprécie l’intrigue et je souris en lisant, mais quel est donc le problème ?

Le rythme…

Le rythme ce n’est pas qu’en poésie, d’ailleurs Zazie dans le métro (R. Queneau) en témoigne largement. Tel un Assassin’s Creed 1, le roman de Sir Henry Bashford se fait terriblement répétitif dans sa narration. J’en suis à la moitié de l’ouvrage et je commence à sérieusement m’ennuyer.

Et là c’est fichu, je crois que je ne réussirai pas à terminer ce roman distrayant, attrayant et plus que prometteur. Ou alors, lisez le d’une traite, vous réussirez à mieux le digérer que moi.

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

1 commentaire

  1. Ben mince… Je suis en train de me prendre de passion pour les livres comiques, celui-ci aurait été parfait pour continuer sur ma lancée. Mais je vais passer mon tour du coup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *