LeWeb’13 : Google nous fait raconter la culture avec Open Gallery

20131212-135429.jpg

Google a l’ambitieuse idée de mettre à disposition ses services aux instituts culturels mais aussi aux particuliers pour rendre la culture accessible. Mais qu’est-ce qu’accéder à la culture ? Est-ce le fait de pouvoir de payer une entrée dans un grand musée, ou est-ce la possibilité de se documenter et de prendre connaissance de productions artistiques et culturelles où qu’on soit ? Il semblerait que pour Google la deuxième possibilité soit une solution adéquate. En montrant une photographie de la foule devant La Joconde au musée du Louvre, Google cherche à démontrer qu’un accès physique à une œuvre ne suffit pas toujours. On ne voit pas bien, on ne peut pas s’approcher.

C’est le service que veut fournir le Google Art Project en offrant la possibilité de zoomer précisément pour voir les détails de l’œuvre d’art pendant autant de temps qu’on le souhaite ce qui n’est pas possible sur place par moment. Pour ce faire Google dit disposer de matériel de précision pour photographier et capturer les œuvres, même pour les œuvres en trois dimensions.

L’idée globale du Google Art Project et de Open Gallery est de fournir un outil qui permet aux institutions et particuliers (pour Open Gallery) de mettre en œuvre des scenarii grâce aux ressources Google. L’objectif est de fournir avec les reproductions d’œuvres en ligne, dans les galeries virtuelles, des ressources complémentaires qui précisent le contexte. Google street view peut par exemple être utilisée en parallèle de plans, de tableaux et de photographies d’archives pour présenter un monument.

À l’heure actuelle, les descriptions disponibles dans le cadre du Google Art Project sont fournis par les institutions muséales et l’UNESCO. Des visites des musées sont également possible grave à un croisement des technologies utilisées dans Google Street View, et Google Art Project. On peut ainsi se promener dans un musée à distance et approcher une œuvre pour en voir ses détails.
Ces visualisations prennent alors des airs de cartes de jeux vidéo, cela illustre bien la volonté de rendre ces contenus accessibles par une mise en forme intuitive et ludique. J’admets être particulièrement séduite par cet outil.

20131212-135723.jpg

Découvrir de nouveaux contenus

Le concept de Google Cultural Institute est de rassembler sur la même plateforme les contenus disponibles grâce aux divers projets culturels de Google. Google annonce 7 millions d’items disponibles sur leur plateforme.

Les possibilités de storytelling, scénarisation, fournies avec Google Open Gallery font son plus grand intérêt. Des fonctionnalités de recherche et une interface d’édition visuelle permet de créer des pages de contenus multimédias. On peut alors pour le monument Stonehenge poser en parallèle les plans de Street View, des photographies, des archives, des peintures.
Cette manière de concevoir l’histoire d’un monument grâce à de multiples sources me rappellent donc les méthodes de recherche en littérature comparée et en culture visuelle.

Point intéressant, on peut également créer ses propres galeries dans une optique de curation ami de conserver sur un profil les documents qui nous intéressent où qu’on voudra intégrer à un projet de contenus.

Parmi les réalisations déjà en ligne, je vous invite à consulter le site Internet du Google Cultural Institute. Open Gallery est en ce sens le service ouvert aux particuliers, artistes, galeries musée, etc pour créer leurs propres galeries qu’ils pourront enrichir avec des contenus fournis par Google.

Trois projets déjà effectifs ont retenu mon attention

Projet avec le musée d’Orsay : la gare du musée d’Orsay rénové

Grâce à cette collaboration entre le musée d’Orsay et Google, une exposition virtuelle riche en contenus a été mise en place. Sur une même images, différents discours sont accessibles pour un accès à des contenus commentés et une approche enrichie. On veut ici raconter la culture.
A consulter ici

Tour Paris 13

La tour Paris XIII a pendant un mois berce l’actualité culturelle parisienne. Ce bâtiment voué à la destruction a été le terrain de création de street artists pour une expérience unique. Une galerie virtuelle alliant Street View, cartographie et photographie a permis d’immortaliser ce lieu.
À consulter ici

Inside the german trenches

Un homme trouva dans son grenier des photographies datant de la première guerre mondiale. Une numérisation de ces images d’archives a permis la création d’une galerie en ligne autour du point de vue allemand dans les tranchées.
A consulter ici

Pour le moment Open Gallery disponible sur invitation. Je suis assez convaincue que les instituts culturelles ont intérêt à rendre vers de la dématérialisation de leurs ressources. Pour la plupart publiques, cela fait également partie de leur mission de rendre accessible les documents et les œuvres. Mais je ne suis pour autant pas convaincue que cette mise en place de supports d’accès aux contenus culturels doit nécessairement passer par Google. Des initiatives sont déjà mises en place grave aux fabuleux travail des charges nouveaux médias des musées. Ce sont des projets à encourager et à diffuser.
L’avantage de Open Gallery est néanmoins la possibilité d’édition et de créations de contenus en ligne par des particuliers qui souhaitent partager leur patrimoine. Les artistes contemporains débutants pourront également s’en servir pour une mise en avant de leur production.

Google Open Gallery : http://www.google.com/opengallery
Google Cultural Institute : http://www.google.com/culturalinstitute
20131212-135459.jpg
20131212-135659.jpg

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *