Les vacances, les congés et les jours de repos.

J’écris ce billet durant un jour férié, même si vous n’allez pas forcément vous en rendre compte puisque la plupart des publications ici sont programmées et dispersées dans le temps. Je crois que c’est en grande partie pour ne pas vous assommer, ou bien pour ne pas révéler mon véritable rythme. Car bien qu’on ait toujours quelqu’un pour nous rappeler que l’on fait bien ce qu’on veut, il y a aussi toujours ce quelqu’un qui pense qu’on ne fait pas ce qu’il faut. J’aimerais aujourd’hui donc parler de la notion de repos et de celle qui s’applique plus particulièrement à moi. Juste pour dire que ce n’est pas aussi simple. Tout ce que je vais raconter sur moi dans les prochaines phrases n’est qu’une illustration de ce que j’essaie de raconter plus ou moins. Soit le fait que : faites bien ce que vous voulez, tant que vous vous sentez bien et que vous évitez de tomber dans le piège du bon rythme de vie admis par notre société moderne.

La notion de coupure.

Je suis un peu comme cette caravane mise en image d’illustration. J’emporte tout avec moi. Intellectuellement du moins, je n’ai pas réellement de compartiments bien délimités dans le temps. Dans la même journée ou dans la même heure, je peux penser à des choses très différentes. Cependant, une fois que je suis plongée dans un sujet, j’ai une relative faible tolérance au fait d’être interrompue. Le fait que l’on interrompe mes pensées ou ce que je suis en train de concevoir mentalement génère en moi un sentiment de frustration qui peut même se transformer en colère. Comment cette personne ose-t-elle couper le flux de pensées qui était en train de s’opérer dans ma caboche ? Les bonnes manières et un minimum d’empathie font que je pardonne facilement le fait que l’on m’interrompe, sauf tout de même quand je pense avoir assez mis en scène mon activité pour ne pas supporter que l’on n’ait pas détecté un ensemble d’indices. Comme un casque sur les oreilles, un regard plongé dans un livre ou encore une cadence accélérée sur mon clavier affirmant le fait que quelque chose se passe.

Alors je me demande bien si je suis réellement capable de coupures longues vis-à-vis du travail. Je me demande même si j’apprécierais vraiment cela. En fait, je fais partie des gens qui ont composé une activité professionnelle comme un patchwork des différents éléments qui me plaisent dans la vie. Parfois, je me dis que ma faible gestion de la frustration fait que je n’aurais pu faire autrement. Certes, j’ai progressé sur ce point (ou alors je suis devenue adulte), mais il est vrai que les frontières entre ma vie professionnelle et personnelle sont d’autant plus faibles, que certaines activités de loisirs ne montrent aucune différence avec ce que je fais au travail. La seule chose qui pourrait signifier que ce n’est pas du travail, c’est que je développe un sujet pour moi et pas pour une autre personne.

C’est là que j’ai finalement compris ce qui était pour moi le travail et ce qui me fatiguait réellement : c’est la prestation. Pour des raisons économiques et pour créer des opportunités nouvelles, j’ai créé une agence prestataire de services. Même si a priori cette agence a des activités qui ressemblent beaucoup à mes loisirs, elle réalise surtout des choses pour les autres. Faire pour les autres, ce n’est pas seulement leur servir quelque chose que l’on a fabriqué soi-même. C’est aussi en grande partie, si ce n’est la majeure partie, le fait d’accepter que les attentes de l’autre ne sont pas les nôtres. Même s’il a fait appel à nous pour certaines raisons, ces raisons ne comptent pas tant que cela et elles doivent même être modelées dans le but de servir les intérêts d’une autre personne. Ce qui est réalisé dans le cadre d’une prestation s’échappe de nous et appartient finalement à quelqu’un d’autre, car nous-mêmes. Dans certains cas, cela crée des moments de doute et de réelles remises en question sur les raisons pour lesquelles on fait cela. Cela peut même un peu (beaucoup) nous dégouter de l’activité elle-même. Pourtant le fait de faire des choses que l’on n’aime pas est aussi un bon exercice pour voir le monde sous d’autres perspectives. Il y a des moments où ce qui sort réellement de ce travail soit quelque chose que l’on n’apprécie pas du tout. Ou même qu’on aurait fait autrement si nous étions seuls. Mais voilà, ce n’est pas le cas. Le consultant n’est pas un saint ou un dieu omniscient capable de connaître et prédire l’ensemble d’une mission. Je dirais même qu’il n’est personne pour imposer son point de vue. Le consultant est là pour son conseil et pour ses connaissances, libre à chacun de ne pas les suivre et parfois pour des raisons qui n’ont même pas besoin d’être justifiées. Parfois c’est dur à entendre et à vivre, mais c’est ainsi. Cependant, c’est aussi le fait d’être prestataire qui nous protège. Car tandis que nous n’avons pas le contrôle total sur ce qui se passe, les choix des autres demeurent justement ceux des autres. Nous sommes sollicités par exemple pour promouvoir un service, mais la qualité et la pertinence dudit service n’est pas de notre ressort. Vous pouvez être photographe pour un mariage que vous devez montrer comme étant plein d’amour, mais vous n’êtes certainement pas responsable du fait que ce couple divorcerait dans 2 ans. Si le consultant était une personne omnisciente, alors tout serait également de sa responsabilité. Je pense que je n’ai aucune envie d’assumer quelque chose de tel.

Contexte posé, je ne souhaite pas être hypocrite avec moi-même. Évidemment que je suis actuellement en train de rédiger un article qui parle de mon travail en partie sur un blog qui fait partie de mes moyens de gagner mon pain chaque jour (je ne mange pas tant de pain que ça). Pourtant, comment nier aussi que c’est un plaisir pour moi d’écrire ici et de composer de nouveaux sujets depuis plus d’une décennie ? Est-ce que je devrais pendant mes congés abandonner le fait de penser et de réaliser des choses qui me plaisent parce qu’il s’avère que ce sont aussi devenues des activités professionnelles pour moi ? Dans ce cas, lorsque je visite un lieu, j’arrête aussi de prendre des notes sur ce qui m’a plue, faire des photos, et croquer les parties précises qui m’ont le plus touchée : parce que je sais pertinemment que cela donnera plus tard un article ou que cela enrichira une autre de mes publications ou interventions publiques.

Je réalise alors que ce billet devient à peu près une déclaration publique pour qu’on me laisse tranquille et que j’ai bien le droit de lire ce que je veux et d’écrire ce que je veux même si ça parle d’intelligence artificielle ou d’histoire de l’écriture. Parce que la coupure dont j’ai besoin quand je suis en congé n’est pas forcément celle qui serait la vôtre. Ma coupure à moi, c’est le fait de faire ce qui me plaît et pas dans le cadre d’une prestation. C’est la liberté de penser, de fabriquer ce qui est beau pour moi.

J’écoutais une version audio de Une chambre à soi de Viginia Woolf, lorsque ce passage m’a marquée. Je trouve qu’il correspond bien à ce que j’essaie de dire ici. Il disait en substance que le temps libre n’était pas celui permettant de ne rien faire, mais celui de faire ce qu’on veut. Parfois, la seule chose dont j’ai envie, c’est effectivement d’être sur mon canapé en train de bouquiner et de laisser les pensées et les idées s’entre-mêler.

Il y a bien des gens qui profitent de leurs vacances pour faire leurs travaux chez eux. Pourquoi ne pourrais-je pas profiter des miennes pour lire et écrire chez moi ce que je veux, lorsqu’une grande partie des heures que je passe habituellement sont dédiées à ce que je lis et écris pour les autres ?