Les origines des peuples de la Réunion à la création de Saint-Denis

Les Salazies et le piton des neiges : vue prise du cirque de Salazie. Dessin par P.G. Cassien en 1875
Les Salazies et le piton des neiges : vue prise du cirque de Salazie. Dessin par P.G. Cassien en 1875

Origine de l’île de La Réunion

La Réunion est née d’un volcan qui a déversé sa lave dans l’Océan Indien, laquelle, en refroidissant, a formé une ile. Au cours de million d’années, le volcan, nommé le Piton des Neiges,  s’est élevé jusqu’à 3069 m d’altitude, offrant des paysages grandioses  formés par des effondrements et des ravines. La végétation luxuriante a fait son apparition rendant l’endroit accueillant pour y vivre.

Les premiers habitants de la Réunion

L’île fut découverte en 1512 par le navigateur Pero Mascarenhas. Elle resta inhabitée pendant plus de 150 ans, seulement abordée par des navigateurs anglais, hollandais, portugais et français, qui s’émerveillaient de sa beauté.

Et en 1638, le capitaine du « Saint-Alexis » jeta l’ancre dans une baie et en pris possession. Douze hommes y furent exilés. Puis en 1649, le capitaine Lebourg la nomma Île Bourbon en hommage à la royauté française. Elle fut ensuite abandonnée jusqu’en 1663, date d’arrivée de deux français et 7 malgaches ; puis en 1665, 20 nouveaux colons qui plantèrent du riz, du blé et du tabac. La vie sur l’île prenait forme et bientôt Saint Denis était reliée à Paris.

Le voyage de Sieur Olivier Du Bois sur les îles du Dauphine, Madagascar, et Bourbon, 1897
Le voyage de Sieur Olivier Du Bois sur les îles du Dauphine, Madagascar, et Bourbon, 1897
Ile de la Réunion / carte dressée par Paul Lepervanche ; complétée et mise à jour par M. Ulysse Robert. 1906, Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE C-3624
Ile de la Réunion / carte dressée par Paul Lepervanche ; complétée et mise à jour par M. Ulysse Robert. 1906, Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE C-3624

Évolution de la population

200 personnes, malades, furent envoyées sur l’île en convalescence. Parmi elles, 5 femmes qui eurent des maris et des enfants. Vers 1689, la France a abandonné ces gens, composés d’européens, flibustiers retraités et d’esclaves jusqu’en 1715, date des premiers plants de caféiers déposés lors d’une escale par un navigateur  De nouveaux colons affluèrent (580 en 1735 et 2538 en 1744) attirés par le succès du café. Des routes, des casernes, la rade de Saint Denis furent édifiées.

La mixité

Les « petits blancs » de l’île ne voulaient pas faire de travaux agricoles et artisanaux. Alors, ils ont vécu pauvrement en vendant leurs terres. En 1779, on comptait 22 611 esclaves  (malgaches et africains) pour 6 500 blancs. L’île a connu des épidémies qui ont décimé cette population. Alors arrivèrent des Indiens et des Chinois qui ont mis la main sur tous les commerces et presque la moitié des ressources de l’île.

La Réunion d’aujourd’hui

C’est un subtil assortiment de couleurs de peau, mais aussi de langues d’où est né le créole. De l’Afrique, il reste le maloya et le sega.  Prenez un billet avion St-Denis de la Réunion et venez visiter l’île : vous serez enchanté.

Article invité

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *