La chaise musicale des locataires avant le Paris Haussmanien

Mort aux locataires, Assez de canailles pour ne pas payer leurs termes fait partie des livres qui m’ont attirée par l’habileté du titre. La couverture est sobre et monochrome, toute grise avec un dessin de presse. La couverture n’était graphiquement pas faite pour moi, qui suis plutôt attirée vers les objets  travaillés comme des prototypes de design du livre. Parfaitement, moi qui n’ai aucune peine à lire un livre sous son format numérique sur une liseuse, je suis attachée à la forme des livres. Je veux que ceux que j’achète soient jolis et que leurs formes soient à la hauteur de leur contenus lorsque l’image en est un sujet principal. Pour le reste, lire un classique à 50 cents acheté chez Gibert ou en format numérique gratuit, ou en Flammarion neuf à 5 euro… ne fait pour moi aucune différence.

Apparté plus tard, j’ai donc emporté avec moi Mort aux Locataires !, le livre au deux titres. Il y a celui qui est long et complet cité en début de billet, puis celui imprimé sur la couverture comme une Une de journal. Le titre mon ami, c’est de la poésie. Lorsque le choix des mots permets de donner un rythme graphique et phonétique, c’est de la poésie au sens propre du terme.

Le Paris que nous connaissons aujourd’hui, avec ses bâtiments blancs et ses particules fines, est le résultat d’une longue, très longue série de travaux à travers la Capitale. 120 000 logements détruits sont remplacés par 215 300 logements dans 34 000 immeubles. C’est un progrès mais la période de transition est plus que rude. On assiste la valse des locataires qui vont d’appartement en appartement et qui sont tout simplement dépendants des propriétaires… et des travaux. Les contrats durent 3 mois, période au bout de laquelle le locataire peut librement être expulsé ou voir son loyer sérieusement augmenter. Les conditions de location sont strictes, difficile si on a des enfants, et on vend des pièces miteuses comme étant de véritables palaces.

J’ai l’impression que ce qui s’est passé durant cette période a figé la tradition de la toute puissance du propriétaire pouvant se permettre des demandes qu’on peine à comprendre. Quoi ? Tu veux savoir si je cuisine régulièrement de la friture ? C’est le genre de déboires que rencontrent entre autres les étudiants dans leurs recherches de logement, que ce soit seul ou en colocation.

Ne nous y détrompons pas, le livre que je vous présente est une compilation. Elle met en parallèle les textes de Paris-Propriétaire écrit par Taxile Delord, Edmond Texier, Arnould Frémy et les dessins de Honoré Daumier. Les légendes sont quant à elles écrites par Charles Philippon.

Un livre à consulter si vous êtes amateur de l’histoire de Paris ! Ou si vous y cherchez un appartement, vous pourrez relativiser.

> Mort aux locataires assez canailles pour ne pas payer leurs termes, Les Éditions du Mécène, la passion de paris, 17 €

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

5 commentaires

  1. Un livre qui a l’air très intéressant, c’est vrai que son titre et sa couverture attirent immédiatement l’œil.
    Il n’y a pas de débat à avoir concernant la liseuse ou non, car sauf erreur de ma part, le livre n’existe qu’au format papiers. ;)

  2. Comme quoi les galères de logement à Paris ça n’est pas nouveau !
    Et finalement en tant que locataires on est quand même bien mieux lotis aujourd’hui :)

  3. @Aurélien : Le livre oui, c’est juste que je ne snobe pas le support, tant que j’ai le texte !

    @Peccadille : Tu pourras le feuilleter prochainement à mon retour d’Italie ^^

    @ NoLevel : C’est vrai qu’on est mieux lotis aujourd’hui ! De quoi se plaint-on ? ;-) D’ailleurs le livre explique que les premiers blocages de loyers ont eu lieu après cette fameuse période de travaux pendant le Second Empire.

  4. Tiens, je repasse par là au gré de ta liste des critiques de livres sur ton blog. Je n’ai toujours pas feuilleté l’ouvrage décrit (même si je connais beaucoup des caricatures de Daumier sur ce sujet)… Je crois que je connais cette série de livre sur l’histoire de Paris, qui a l’usage, m’ont beaucoup déçu : je regrette que les textes et images compilés n’y soient pas décrits, expliqués, commentés et surtout… je déteste leur mise en page, le degré 0 d’une bonne édition :)

    C’était le commentaire du matin :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *