« Je t’ai vue ! » Ou la blogueuse dans la vie réelle.

Je t’ai vu de mes yeux vu !

Souvent des internautes et contacts Web me demandent ce que pense mon entourage de mon activité de blogging. C’est une question que je trouve toujours quelque peu étrange. En effet, je ne trouve pas que bloguer soit tellement exceptionnel. Il s’agit juste d’un moyen d’expression que j’ai trouvé et qui me convient.

[Photo prise lors de mes vacances.]

Alors je réponds quelque chose comme :

– soit ils ne le savent pas parce que je ne distribue pas l’url à chaque repas familial,

– soit ils le savent et consultent silencieusement les bêtises que je publie,

– soit ils se moquent gentiment de moi en m’appelant « la blogueuse » pendant les rendez-vous.

Au final, je ne prends pas plus que cela au sérieux mon blog bien que j’essaie de le tenir à peu près sérieusement. Mais cela m’a toujours étonnée d’entendre « comment tu as annoncé à tes parents que tu avais un blog ? ». Et bien, de manière moins grave que lorsque je leur ai dit que j’allais me donner une année de césure.

Il faut relativiser !

Oui je sais, je l’ai vu sur ton blog

Lors de rencontres entre amis, nous bavardons. Chacun parle un peu de soi, chacun raconte ce qu’il y a de neufs dans sa vie. On discute de nos dernières trouvailles, de nos récentes rencontres.

Et de temps en temps, lorsque vient mon tour de raconter un morceau de mon existence, je reçois une réponse qui s’apparente à « Oui je l’ai lu sur Ecribouille ». Alors que dire de plus ? Ils savent déjà tout de cela, peut-être savent-ils tout de moi ? Est-ce que j’en mets trop de manière inconsciente. Est-ce que sans le savoir je donne des indices au point où les lecteurs me connaîtraient autant que mes amis proches ?

Bon sang, j’espère que non !

J’espère bien garder un peu de mystères pour ceux qui ne me connaissent pas, sinon ils s’ennuieraient bien sur mon blog et en plus j’aurai la fâcheuse impression de perdre mon identité. Comme si elle s’étirait tel un élastique tendu entre le monde réel et mon écran.

Pourtant ma vie connectée est terriblement réelle, elle fait aussi partie de moi. Mince, y a-t-il une limite à tout ça ?

Ah bon tu n’as pas vu ?

Il y a aussi l’effet inverse où lorsque je sais que les proches avec qui je suis lisent mon blog, j’ai l’impression de leur avoir déjà tout dit. C’est comme si je partais du fait qu’ils avaient lu mon dernier billet et que donc je n’avais pas à raconter ce que j’ai mis dedans.

D’une part, cela me permet de les écouter un peu (pas trop, car je suis une star) et de me faire un peu discrète. D’autre part cela peut amener à ce que je ne parle plus beaucoup au point où certaines personnes de mon entourage ne connaissent pas vraiment mes centres d’intérêt.

Ou inversement, mes proches qui lisent le blogs voient les sujets dont je parle ici comme étant mes centres d’intérêt exclusif.

Une fiche

Alors mine de rien, quand tu as un blog tu es fiché.

Fiché par la mémoire d’Internet, fiché par tes proches qui ne connaissent pas le blog, fiché par ceux qui le connaissent trop et pense que tu n’es rien d’autre, etc.

Lorsque des amis blogueuses beauté (celles qui se tapent entre elles sans arrêt) m’expliquent qu’elles n’aiment pas se faire attaquer car cela devient parfois trop personnel, je comprends alors que la plupart des blogueurs considèrent leur plate-forme de publication comme une partie de soi.

Je lis dans toi comme dans ton blog

Alors il y a cette espèce de dérive où tu commences à juger à moitié les gens par leur manière d’écrire, de s’exprimer avec des smilies ou avec des illustrations. Quand un blog est vide, tu auras l’impression que la personne elle-même est vide d’intérêt ; quand le blog est fourni plusieurs fois par jour, tu te dis que la personne est bavarde.

Alors le blog c’est quoi ? Vous pouvez choisir plusieurs propositions.

– Web + Log = Blog = Journal de bord en ligne,

– Mimesis : un reflet de soi tout entier sur Internet,

– La partie « Centres d’intérêt » de son CV en plus développé,

– Une perte de temps.

Vous pouvez bien entendu faire votre propre propositon.


J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

1 commentaire

  1. Et oui Uty, on te connait par coeur maintenant :D

    Perso j’ai résolu le problème, je n’ai parlé de mon blog à pratiquement personne dans mon entourage. Et pendant très longtemps, je n’y ai pas parlé de moi dans mes écrits. Sauf que, quand j’ai fait un article un peu plus perso, je me suis aperçu qu’il a très bien marché, et que les lecteurs en ont redemandé. Au final, je pense que c’est aussi l’intérêt d’un blog, de donner du vécu et du « perso » à ses lecteurs, qui s’identifient à toi un peu comme à un ami.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *