La friche artistique de Reims a ouvert ses portes (2017)

Lorsque je suis arrivée à Reims, il y a bientôt 2 ans, j’étais avide de connaître la vie culturelle locale. On m’a beaucoup dit qu’en tant qu’ex-Parisienne, la transition serait rude. En effet, elle le fut, mais surtout parce que j’ai fait l’erreur de déménager en janvier et que partout dans le monde, en janvier il ne se passe pas grand chose. Progressivement, j’ai pris connaissance des évènements et des lieux qui seraient mes nouveaux rendez-vous. Et j’ai encore beaucoup de choses à découvrir, j’en suis sûre ! Parmi les belles surprises, l’existence même de la Fileuse m’a mise en joie. Cette ancienne fabrique textile a été repris et investi à l’initiative de la ville pour offrir un lieu aux artistes. C’est une véritable résidence artistique, une friche, où les artistes peuvent disposer de l’espace et des moyens nécessaires à leur expression. La réunion de ces différentes personnalités en un même lieu, pousse également aux échanges et aux entre-aides. Pour cette première Biennale de la Fileuse, Frichorama (octobre 2017) a ouvert ses portes aux Rémois et passants afin de leur montrer un aperçu du travail réalisé ici.

Ouvre de Jean-Christophe Hanché | Photo : Mairie de Reims

Montrer le travail des artistiques

Pour ces portes ouvertes qui constituent la première Biennale de la Fileuse, l’ensemble des expositions a été organisé pour montrer les processus de création. Il s’agit de se rendre compte l’activité qu’héberge ce hangar, lui-même autrefois destiné à un travail de manufacture. Une proximité se créé alors entre le visiteurs et les plasticiens résidents, même s’ils ne sont pas forcément présent, car on se rend compte des différentes expériences et aménagements qui sont nécessaires à la réalisation des œuvres exposées. Ce sont bien les résidents qui sont mis en valeur à travers leurs créations.

Le lieu lui-même est un curiosité qu’il ne faut pas manquer. Il n’est pas ouvert au public toute l’année, puisque la Fileuse est en premier lieu consacré à offrir un espace de travail optimal. Ces portes ouvertes sont donc très demandées. Tout est là pour que l’on y soit accueilli dans les meilleures conditions. Il y a même un bar pour se rafraichir, des spectacles, et des ateliers de découvertes. Pour ceux qui sont déjà passé sur le blog, vous avez dû voir les photos que j’avais faites de l’atelier de Céline Prunas, artiste plasticienne qui réalise entre autres des linogravures. Son projet Anima Mundi a bien sûr été un des sujets de cette Biennale de la Fileuse, et dans le catalogue à disposition de tous. (-> Voir photos ici)

On y retourne dans 2 ans, vivement !

Vue extérieur de la Fileuse. | Photo : Mairie de Reims
Catalogue Frichorama 2017
Catalogue Frichorama 2017
La Biennale de la Fileuse | Photo : Mairie de Reims

Écrit par

Je suis tombée amoureuse de la culture visuelle à la fac, lorsque j'ai découvert l'histoire de la photographie et son rôle social. Cela m'a inspiré ce blog que je tiens depuis 2009 pour partager mes découvertes avec vous.

Laisser un commentaire