Le Fort de la Pompelle

Le soleil d’automne est un véritable réconfort. Les activités ont depuis bien longtemps repris après une trêve estivale pour certains, mais quelques rayons de lumière nous offrent le privilège d’être encore des nôtres. C’est le moment de profiter de ce climat aux airs d’été indien afin de faire des visites en extérieur. Aujourd’hui je vous parle du Fort de la Pompelle situé à une dizaine de kilomètres de Reims.

Historique du Fort de la Pompelle

Conçu pour être invisible par les ennemis, le Fort de la Pompelle est à moitié enterrée et camouflée par la nature. Cet édifice militaire fut malgré tout une place forte importante durant la Première Guerre Mondiale. Reims, verrou à percer par les troupes allemandes pour accéder à Paris, font du Fort de la Pompelle une cible à abattre afin de pouvoir rejoindre la capitale. Cela est presque ironique lorsque l’on sait que le Fort fut désarmé dès 1913 en raison de son obsolescence. Les Allemands l’occupèrent sans résistance française en 1914, mais les troupes du 138e Régiment d’Infanterie parvinrent à le reconquérir 20 jours plus tard. Repris en main, Reims, sa région, et le Fort de la Pompelle doivent tomber. Bombardement, attaques, combats aériens s’enchaînent. L’aide de l’armée russe et de la marine nationale permirent aux troupes logées dans le Fort de tenir non sans au prix de nombreux sacrifices.

Aujourd’hui le Fort de la Pompelle est un site extérieur à visiter, ainsi qu’un musée qui présente une collection permanente ainsi que des expositions temporaires.

La promenade actuelle autour du Fort de la Pompelle permet de se rendre compte d’un relief sculpté par les tirs d’obus.

Visiter le Fort de la Pompelle

On accède au Fort de la Pompelle en voiture ou en vélo pour les personnes motivées : RD 944 route de Châlons-en-Champagne Reims – Puisieulx.

L’Histoire du Fort à découvrir

Pour compléter la visite, il est possible de demander gratuitement une tablette sur laquelle on peut consulter des documents multimédias supplémentaires. L’ensemble de la visite est déjà très interactive, avec films et courts-métrages qui permettent de donner une dimension encore plus intéressante aux objets exposés. Bien sûr, les troupes allemandes et françaises sont décrites dans leur quotidien, ainsi que l’histoire de l’armement. Mais l’on apprend également les influences de l’infanterie russe ainsi que de la marine nationale. C’est également à cette époque qu’eurent lieu les premiers duels aériens, par des As de la voltige.

Brevet de pilote n° 17 273
Tourne la tête !

Un lieu de mémoire

Le Fort de la Pompelle est un site important de la Mémoire de la Première Guerre Mondiale, comme en témoignent un ensemble de plaques et de monuments.

La visite permet de se rendre compte du conflit qui eut lieu ici et les enjeux pour les belligérants. Uniformes, objets de la vie quotidienne et présentation de la vie des tranchées et du fort y sont présentés.

La collection Friese, du nom de Charles Friese, fait partie des parties à voir absolument. Elle rassemble plus de 300 coiffes militaires de cette époque, pour former une exposition unique au monde.

Certains soldats allemands mirent à profit les longues attentes pour transformer des boucles de ceinture, un artisanat des tranchées.
Collection Friese (une partie !)

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

2 commentaires

  1. Le patrimoine des GM1 et 2 n’est pas forcément ce qui m’attire le plus de base, souvent parce que j’ai du mal à dépasser les souvenirs de présentations vieillottes qui m’ont marqué gamin. Pour autant, ton article participe à ces petits + qui me donnent envie d’essayer de m’y ré intéresser.

    Rien à voir, mais j’ai vu dans les exifs de tes photos que tu as un X-T20 et comme il faut que je me reprenne un appareil et que c’est possiblement un des modèles entre lesquels j’hésite je serai curieux d’avoir ton avis dessus si tu avais le temps :)

  2. @ Maelin : C’est vrai que les visites GM1 et GM2 ont tendance à m’ennuyer aussi, comme des redites de plusieurs années de cours d’Histoire. Mais lorsque le lieu est bien fait, surtout sur les sites de mémoire, c’est vraiment intéressant. Et je trouve que cela participe d’autant mieux au travail de mémoire, en permettant de se rendre compte de ce qui s’est passé à l’endroit même où l’on se trouve.

    Pour le X-T20, je suis vraiment contente. Je voulais quelque chose de plus léger que le reflex que j’avais (un Canon 60D), mais pouvant faire de très belles photos. J’avais déjà un compact expert Fuji avant (un X-10) mais qui a fini par rendre l’âme après plusieurs années de loyaux services. Au final, je n’ai plus que le X-T20 avec un objectif 18-55mm qui ouvre à 2.8, ce qui est très honorable pour un tel équipement. Le X-T20 a quand a lui le même capteur que le 60D, alors il a vite été remplacé.
    Après j’ai toujours été séduite par les commandes Fuji. Le X-T20 a également des simulateurs de films argentiques dont je me sers beaucoup, et qui sont vraiment bien faits, en prenant directement pour référence les pellicules Fuji.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *