Dynamo au Grand Palais, une exposition à vivre

À chaque fois que je suis passée devant le Grand Palais depuis le début de l’exposition Dynamo, je me disais « la prochaine fois ». Pourtant, c’est au bout de la semaine précédent la dernière journée que je me suis enfin décidée.

Il faut dire que j’avais eu deux tentatives infructueuses précédemment, tout n’est pas de ma faute !

L’exposition Dynamo, c’est aucun doute celle qui rend le moins bien en photographie, et encore moins bien dans un compte-rendu écrit. On y voit sur les cartels des noms connus tels que Felice Varini,Julio Le Parc, François Morrelet, ou encore Yayoi Kusama et bien d’autres. Oui, tous ces noms qu’on nous rabache en cours d’introduction à l’histoire de l’art. Alors même si je ne me rappelle pas de toutes mes notes prises en amphi, je ne pouvais que me dire que c’était effectivement du sérieux.

dynamo-ann-veronica-janssens
Une oeuvre d’Ann Veronica Janssens
dynamo-carlos-cruz-diez
Oeuvre de Carlos Cruz Diez

Muni de mon appareil photo avec un objectif 30 mm, j’ai tenté de capturer quelques sensations que j’ai moi-même ressenti. Parfois j’ai abandonné toute tentative d’avoir une image fixe pour privilégier le mode vidéo car les œuvres présentées sont de celles qu’il faut vivre et ressentir.

En passant d’une œuvres à l’autre, les sens sont défier. Les spectateurs se demandent d’abord comment l’aborder, où il faut se placer, dans quel sens et surtout… que va-t-il se passer ?
C’est ainsi que j’ai pu entrer dans une pièce plongée dans le noir complet avec des panneaux de couleurs qui me donnaient des impressions de vide déroutant. C’est de la même manière que je me suis sentie transportée dans une autre dimension à plusieurs reprises tant les jeux optiques et sonores étaient forts.

Dynamo, ça se termine le 22 juillet, il est encore temps !
Pour vous motiver, sachez que la file d’attente est quasiment inexistante et que vous en ressortirez avec des choses à raconter !

C’est un bel hommage à l’art optique et cinématique pour une expérience intitulée modestement Un siècle de lumière et de mouvement dans l’art. 1913-2013.
Et surtout, c’est une exposition réellement ludique et accessible. Ici on invite le visiteur à expérimenter et à se servir de ses sens. Les enfants vont adorer, et les grands enfants aussi.

Quelques vidéos seront disponibles sur ma page Facebook. :-)

> Informations Pratiques

dynamo-conrad-shawcross
Conrad Shawcross, Slow Arc Inside A Cube IV, 2009
dynamo-dan-flavin
Dan Flavin, Sans-Titre, 1973

dynamo-expo01

dynamo-expo02

dynamo-expo03

dynamo-expo04

dynamo-expo05

dynamo-expo06

dynamo-expo07

dynamo-expo08

dynamo-expo09

dynamo-expo10

dynamo-expo11

dynamo-felice-varini
Felice Varini, Ving-trois disques évidés plus douze moitiés et quatre quarts, 2013, Peinture acrylique orange sur feuille d’aluminium autocollante
dynamo-fujiko-nakaya-2
Fujiko Nakaya, Cloud Installation #07156 Grand Palais, bassin de brume, 2013

dynamo-fujiko-nakaya-3

François Morellet, Triple X neonly, 2013

dynamo-julio-le-parc-02

dynamo-morrelet
François Morrelet, Sphère-Trame, 1989
dynamo-julio-le-parc-03
Julio le Parc, Continuel – Lumière cylindrique, 1966

dynamo-expo12

dynamo-varini-grand

dynamo-stephen-antonakos
Stephen Antakonas, Hanging Neon, 1962
dynamo-shawcross-kempinas
À droite, Kempinas, Beyond the Fans, 2013
dynamo-xavier-velhan
Xavier Velhan, Le Mobile du Grand Palais, 2013
dynamo-yaagov-acam
Yaacov Agam, Double métamorphose III,
dynamo-yayoi-kusama
Yayoi Kusama, Invisible Life, 2000, 2011 – et moi dedans

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

5 commentaires

  1. Je vois qu’on a aimé les mêmes oeuvres :)
    Le Kempinas m’a fasciné, je ne sais pas pourquoi et je suis fan de Varini. Je découvre Morellet avec enchantement depuis l’expo Pompidou mobile et le Agam m’a captivé. Sans parler de Calder, mais j’aurais bien aimé voir les mobiles en mouvement.

  2. Moi aussi j’ai adorée l’exposition, découvrir des artistes et pouvoir interagir avec certaines œuvres, quel plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *