Des recherches avec Wikipédia sans seulement surligner une fiche

Il y a longtemps de cela, je posais la question sur ce blog de l’impact de la recherche sur Internet sur la qualité des rendus scolaires, et des recherches en général. J’avais conclus à ce moment que le problème venait du fait qu’on ne savait pas assez bien utiliser Internet. En d’autres mots, nous ne sommes pas vraiment formés – en France ? – à chercher des informations et à aller plus loin dans des recherches, mais plutôt à savoir simplement. À mon avis, le format de contrôle de connaissance Question/Réponse bête avec une seule solution possible n’est pas étranger à ce fait. On nous habitue très tôt au fait qu’une seule vérité existe et qu’elle ne peut être nuancé. Lancez donc un débat politique à table, vous verrez le nombre de faits et d’idées préconçues on a en tête. Un fait est un fait.

Alors lorsque je demande à une encyclopédie de me donner l’histoire de l’invention du vélo, je pourrais me contenter de la fiche Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Vélo déjà très riche en informations. Et si on allait plus loin ?

Voici donc un petit point méthode pour sortir de Wikipédia plus d’informations qu’on n’en soupçonne au premier coup d’oeil.

Ce n’est pas une révolution, c’est même tellement simple que vous allez me dire qu’on y a tous pensé. Regardez les sources !

source-bicyclette

Que peut-on en tirer ?

La fiche Wikipedia est un condensé éditorialisé de tout ce que l’on trouve dans les sources. Une information sur Wikipedia n’a pas de sens sans sa source et c’est même là presque une question de survie et de crédibilité.  Ces notes de bas de fiche correspondent donc directement à une info décrite dans la fiche. Un simple clic permet donc de trouver plus de choses sur un sujet précis.

Ensuite, ces notes donnent des pistes pour d’autres recherches complémentaires et qui peuvent s’avérer très enrichissantes. Pour cela, faîtes des recherches sur l’auteur d’une des sources, ou sur les autres écrits qui ont cité cet auteur. Au bout d’une vingtaine de minutes, vous aurez une belle base bibliographie à fouiller et sur laquelle vous appuyez. C’est bien mieux qu’une fiche Wikipédia simplement imprimée et surlignée, non ?

Copier/Coller du nom d’un des auteurs cités dans les sources dans Google Scholar.

dl-robinson-1

La même recherche avec la syntaxe utilisé par Google Scholar pour le nom avec citation du nom « bicycle ».

dl-robinson-2

Les articles ayant cité le premier article, on peut faire une recherche plus fine parmi cette sélection

dl-robinson-3

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

3 commentaires

  1. C’est vrai qu’on ne nous apprend pas vraiment à approfondir (du moins pas jusqu’au bac il me semble, j’ai appris à aller plus loin en prépa, et encore, à cette époque je n’utilisais pas Internet) nos recherches.
    J’avoue que je ne connais pas du tout Google Scholar par exemple, et je suis sure que des outils comme cela il y en a plein d’intéressants qui permettent de ne pas se limiter à Wikipedia !

  2. C’est vrai que au lieu de recopier la première phrase de l’article, on trouverai bien plus d’infos en allant voir les sources.
    Mais, sans vouloir caricaturer, ceux qui reprennent Wikipédia sans chercher à étoffer ou approfondir sont flemmards, alors ils ne risquent pas d’aller voir par là puisque ce qu’ils cherchent est juste sous leur nez !
    Peut-être qu’au lieu d’interdire et maudire Wikipédia, les profs pourraient expliquer à leurs jeunes élèves que lire la page permet d’avoir une compréhension globale, et qu’ils peuvent ensuite approfondir grâce à ces sources.

  3. Il ne faut blâmer personne, ce n’est qu’une question de méthode et d’objectif. Une fiche encyclopédique que ce soit celle du Larousse ou du Wikipédia peut suffire. Seulement je trouve dommage qu’on se contente de dire des phrases du type « maintenant ils ne sont pas curieux ils ne savent pas chercher », alors qu’on passe des années à demander des synthèses. L’esprit de synthèse c’est bien, mais il faut bien avoir une matière brute à synthétiser aussi. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *