Community management : manipulation des masses ?

J’aime pas Internet, il est hypocrite.

Twitter me sert ces temps-ci d’entonnoirs et de filtres à informations.

En effet, grâce aux super twittos que je suis, j’arrive à me tenir un peu au courant des diverses méthodes et stratégie du domaine de la rédaction Web et du community management. Non, ce ne sont pas des insultes.

Je suis souvent fort intéressée voir fascinée par les analyses des comportements des Internautes. Par contre tous ces « 5 méthodes pour avoir des commentaires sur son blog », les « 10 étapes pour être influenceur » ou encore « 5 choses à savoir pour réussir sa e-réputation », cela me gave un petit peu. Okay je l’ai fait aussi même si ma méthode n’est plus tellement valable depuis la sortie du nouveau moteur de recherche Google.

Néanmoins, j’oserais dire que je n’ai pas poser de méthodes hypocrites pour me faire bien voir sur le Net. Ma méthode se base uniquement sur une compréhension et un regard sur les pratiques du Web.

Je déteste le point de vue « fais semblant d’être gentil et souriant et tu seras aimé ». C’est de la manipulation 2.0 et calculée. Cela va totalement à l’inverse de la spontanéité du Web qui en fait sa richesse et son principal intérêt.


Les méthodes sont certainement bonnes, mais je ne pourrais ni les suivre ni les conseiller, je déteste faire semblant.

Et c’est surtout la première manière de se louper.

Si vous ne voyez pas d’intérêt à faire un peu de personnal branding, n’en faîtes pas ! Si vous n’êtes pas à l’aise avec les communautés Web et leurs fonctionnements, essayez d’abord de les comprendre et de les apprécier !

Je ne conseillerai JAMAIS à quelqu’un de se créer autant de compte qu’il n’existe de réseaux sociaux, c’est le casse-pipe assuré.

Il vaut mieux être présent sur peu de support qu’on maîtrise plutôt que de se retrouver avec des comptes inactifs partout.

Certes on vous retrouva plus facilement, mais on aura une vision moins bonne de vous.

Honnêtement, j’admire le métier de community manager, je n’aurais jamais les nerfs pour faire ça.

Parce que je déteste être gentille avec tout le monde tout le temps.

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

6 commentaires

  1. Bonjour,

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec le titre. Même si en effet, le community manager tend à remplacer le marketer et le publicitaire dont l’approche dite agressive séduit de moins en moins, les gens qui manipulent les masses ne me semblent pas aussi « gentils » que les CM. Je dirais plutôt que le CM a un devoir de réserve obligatoire pour préserver l’image de la marque, ça fait partie de son boulot. L’essentiel est de savoir prendre de la distance, se détacher des situations de conflits rencontrées dans le métier et gérées de façon frustrante lorsque l’on doit donner raison à quelqu’un de potentiellement borné, désagréable et malpoli (cad le client). Mais c’est loin d’être évident.
    D’ailleurs, je suis un peu comme (on se tutoie ou se vouvoie?) l’auteur du billet, je ne peux pas faire les choses si je n’y crois pas, je suis incapable de mentir (enfin en théorie, en pratique, soyons honnête, cela m’arrive). Mais si le métier que j’exerce ne rejoint pas un minimum mes valeurs, alors je ne peux pas l’exercer.

  2. « Honnêtement, j’admire le métier de community manager, je n’aurais jamais les nerfs pour faire ça. »

    Tu ne devrais pas.

  3. @Mag:
    J’admets que mon titre est un peu survendeur. Je suis en pleine réflexion sur la manière d’aborder mes titres de billets, j’en ai toujours plusieurs du plus soft au plus vif. Généralement je mets celui du milieu, là je me suis demandée quel effet cela aurait de mettre le plus vif même s’il ne correspond pas forcément rigoureusement à l’idée du billet.

    Les CM ne sont pas de grand requins, ce sont des communicants du Web. Mais traumatisée par la communication, je n’arrive plus à me faire à l’idée de vendre quelque chose qu’on ne supporte pas. Oh on peut se tutoyer, d’ailleurs le tutoiement sera le sujet d’un prochain billet. :)

    @O_Amande:
    Tout est relatif dans mon admiration. :)

  4. @Uty As-tu eu l’occasion, au moins une fois, de travailler en tant que CM, j’entends bien sur dans une agence et en étant rémunéré ?

  5. Le sujet n’est peut-être pas adapté en effet, mais le contenu est intéressant.

    Y a quelque chose d’hypocrite. Je ne suis pas sur que ce soit l’internet en lui-même: internet ne ment pas c’est qu’un réseau :D

    Mais tu tiens une idée là!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *