Mon choix pour une licence FFCT

J’ai entrepris en arrivant dans ma nouvelle ville de rechercher un groupe pour faire du vélo. Ce n’est pas si évident que cela ! J’ai finalement opté pour une association affiliée à la FFCT, la fédération française de cyclotourisme.

Ma carte de contrôle du Rallye des Neiges (Reims) organisé par le CCR.

Rechercher un groupe à son niveau

Faire du vélo en groupe a plusieurs avantages. Outre la motivation et le plaisir de nouer des liens avec des personnes qui ont le même hobby que toi (très important quand même !), être avec un groupe permet de s’entraîner d’une autre façon. Dans le vélo, j’aime particulièrement la notion de coopération. Pas obligé de se parler beaucoup pour bosser en équipe, il suffit de faire quelques relais, ou de pousser quelqu’un du plat de la main lorsqu’il est vraiment en difficulté. J’ai eu la chance de toujours rouler avec des personnes bienveillantes, hommes ou femmes. Quand je pars rouler, je ne suis pas dans une idée « je vais faire du sport », je me dis juste que je vais faire un tour avec des gens que j’aime bien. C’est vrai que cela peut être sportif, parce nous essayons d’aller quand même un peu vite ensemble, et nous n’hésitons pas à prendre des chemins plus ou moins pentus, ou simplement très raides ! 

Être avec un groupe plus fort que soi, cela permet aussi de se pousser de faire ce que l’on n’aurait pas fait autrement. Seulement pour ne pas contraindre trop le rythme du groupe, il est bon de se mettre d’accord sur la thématique du jour. C’est également très bien de varier les sorties, et en faire avec des gens différents !

L’ambiance qui te va bien

Pas vraiment de lien avec le choix de sa fédé, mais trouver l’ambiance qui te va bien, c’est surtout être dans le même mouvement que le groupe dans lequel tu roules. Envie d’aller vite, envie d’être tranquille, vitesse moyenne, nombre de pauses… autant de petites choses qui font que lorsque l’on est d’accord, les sortie sont plus agréables.

Pourquoi la FFCT et pas la FFC (fédération française de cyclisme)?

La FFCT, fédération française de cyclotourisme, évoque les voyages en vélo avec bagages et famille, les tours pour visiter des lieux avec beaucoup de pauses, mais c’est aussi le cyclosport. C’est un terme auquel je m’identifie relativement, car il s’agit d’être détendu, sans compétition, mais de façon tout de même sportive. Ce n’est pas parce qu’on ne vise aucune compétition, qu’on n’a pas envie de faire du cyclisme su route !

J’admets avoir un tempérament de compétition en-dessous de zéro. Gagner des trucs, c’est pas mon truc, et c’est peut-être d’ailleurs une forme de résilience qui me pousse à une fainéantise aigüe dès que l’on me parle de compétition. Cela dit, les cyclosportives, les courses organisées, sont souvent pas du tout chronométrées. Il s’agit de réaliser un parcours, dans une bonne ambiance et profiter de l’évènement comme lors d’une super kermesse. Pour cela, il y a notamment les brevets, ou encore les cyclo organisées un peu partout. Sur ma licence, j’ai la mention « cyclisme en compétition » car j’ai demandé à mon médecin de le mettre sur mon certificat médical. Cela me permet ainsi de participer sans soucis à des évènements non FFCT qui demanderaient une telle mention.

Lancer son propre groupe

Tu peux aussi rejoindre ou lancer un groupe qui n’est pas lié à une fédération. Être dans une association affiliée à une fédération, permet non seulement de rouler avec d’autres personnes, mais c’est aussi un moyen d’être couvert avec une assurance spécifique. Les garanties concernent alors les dégâts physiques, mais aussi matériel notamment si tu casses ta paire de lunettes, ou une roue.

J’ai moi-même lancé le groupe Reims Women CC qui propose à celles qui le veulent de faire du vélo de route de façon conviviale. Il s’agit surtout de se retrouver, partager un bon moment, et découvrir ensemble des lieux où on ne serait peut-être pas allées seules. Cela a permis de rassembler à Reims des filles qui n’ont pas la disponibilité pour être dans une association, ou qui sont simplement trop timides pour en rejoindre une. Dans ce cas, chacune est responsable de sa propre sécurité, et chacun a son assurance. Mais d’une façon générale, chacun est toujours responsable de soi-même, la prudence, c’est plus important que d’avoir l’air fort !

 

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *