Balades dans les estampes et la perspective atmosphérique

Durant une de mes séances de sérendipité ouebesque, je suis tombée sur les illustrations de Gracia Lam. Sa manière de traiter la perspective me rappelle alors les estampes japonaises. C’est pour moi un prétexte pour vous parler de perspective.

Gracia Lam est illustrateur et travaille notamment pour la presse et les magazines américains. Ses réalisations très graphiques jouent sur les symboles, les jeux de mots et les jeux optiques.
Illustrations personnelles de Gracia LamLes teintes sont pastels et les paysages ne sont pas sans rappeler ceux des montagnes chinoises. La perspective du paysage est traitée par variation des tailles et des teintes des sujets. Le principe de la perspective atmosphérique fonctionne ici parfaitement en donnant des couleurs plus clairs pour les éléments du fond. Les yeux exercé verront également l’usage de ce qu’on appelle le sfumato, qui consiste à adoucir les conteurs des objets éloignés.

Dans les oeuvres asiatiques – japonesques comme diraient certains – cette perspective se faisait alors en jouant avec la concentration d’encre dans le pinceau à lavis. Il s’agit d’un pinceau très dense à la base épaisse et à la pointe fine, très connu pour la calligraphie et extrêmement utile pour l’aquarelle. Plus le pinceau se vide de son encre, plus la couleur posée est clair. Ainsi en trempant une seule fois le pinceau, on peut avoir plusieurs teintes. La maîtrise de cette technique donne des rendus particulièrement intéressants. Parmi les contemporains qui savent bien le faire, il y a notamment François Houtin.

En dessin, la perspective atmosphérique est souvent un peu exagéré par rapport à ce que verrait l’oeil humain, afin de pouvoir reconnaître les différents plans. C’est quelque part de la triche ! Mais elle fonctionne bien.

Dans les photographies de paysage, la perspective atmosphérique se voit mais n’est pas aussi présente que sur des représentations picturales. J’ai réussi à en trouver une où on la distingue nettement. Néanmoins il s’agit de montagne et cela fonctionne aussi parce que les distances sont très grandes et les différences d’altitude jouent également beaucoup. Naturellement ce qui est très loin apparaît plus flou à l’oeil humain. Cette constatation optique faite il est possible de réutiliser ce principe dans la peinture et le dessin pour apporter du relief même si, en théorie, les deux éléments qu’on représente devraient être sensiblement de même teinte.
Perspective atmosphérique en photographie

Parmi les oeuvres picturales connues utilisant ce procédé, il y a La mer de glace de Caspar David Friedrich (1824), ou encore La vierge aux rochers de Leonard de Vinci (1483-1486) maître jedi de l’optique.
La perspective atmosphérique dans la peinture

Je rêve de voir La mer de glace en vrai.

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *