Autoportrait, Selfie, Datasexuel : Retour sur l’image de soi par soi

Il circule ces temps-ci sur la toile le compte Instagram d’un homme se prenant en photo continuellement. La photographie est quasiment toujours d’exacte même composition, il s’agit du selfie. Ainsi, mrpimpgoodgame ((http://instagram.com/mrpimpgoodgame)) s’auto-proclame Leader of the selfie movement ce qui nous amène à croire qu’il s’agit d’une initiative entièrement ancrée dans l’auto-dérision. Du moins, on l’espère. Mais pourquoi au juste ? Parce que c’est ridicule, qu’on ne comprend pas, qu’on le trouve laid ? On se dit alors qu’il faut être un peu fou pour vouloir se prendre en photo quasi-quotidiennement.
En offrant à l’Internet une image de soi, on en construit finalement une autre basée sur une forme de narcissisme poussé. Pourtant se prendre en photo est plutôt sain, n’est-ce pas ?

L’autoportrait

L’autoportrait est une pratique artistique qui paraît classique aujourd’hui quel que soit le medium. Je me suis moi-même très régulièrement mise en scène dans des dessins narratifs de style bande-dessinée. Mais j’ai également pratiqué l’auto-portrait de manière plus classique en recherchant sur les traits de mon visage leurs détails qui permettrait de me reconnaître. L’idée pour moi était que j’étais le modèle le plus accessible. Il suffisait d’une photographie ou d’un miroir pour me permettre de m’initier au portrait. C’est très pratique, parce que je suis toujours d’accord.

Il est alors facile de comprendre comme l’art de l’autoportrait s’est réellement développé au temps de la Renaissance, lorsque les procédés de miroiterie se sont perfectionnés.

Jan Van Eycke, Les Époux Arnolfini, huile  sur bois, 82,2 cm × 60 cm, 1434, National Gallery, Londres, Angleterre / Détail à droite.
Jan Van Eycke, Les Époux Arnolfini, huile sur bois, 82,2 cm × 60 cm, 1434, National Gallery, Londres, Angleterre / Détail à droite.

Voici une série d’autoportraits. Nous avons dans le sens de lecture habituel :

  • Autoportrait à la fourrure d’Albrecht Dürer, huile sur panneau, 67 × 49 cm, 1500, Munich
  • Autoportrait de Paul Cézanne avec une palette, huile sur toile, 92 × 73 cm, vers 1890, Sammlung E. G. Bührle, Zurich
  • Autoportrait de Dominique Ingres à l’âge de 24 ans, huile sur toile, 77 × 64 cm, 1804, Musée Condé, Chantilly, France
  • Marie-Denise Villers, Charlotte du Val d’Ognes, huile sur toile, 161.3 × 128.6 cm, 1801, Metropolitan Museum of Art, New York City. On suppose que c’est un autoportrait de l’artiste.
4 autoportraits
Quatre autoportraits

Le rituel du selfie

Avec l’apparition massive des profils sociaux à travers le Web, il est logique que le Selfie soit devenu de plus en plus courant. Cette pratique consiste tout simplement à prendre une photographie de soi-même. Le procédé technique est la cause directe des codes qui font le selfie : le type d’appareil utilisé, la position de la main induit la pause qu’on prend, le mode miroir des smartphone rend souvent une photographie de mauvaise définition.

Le selfie est un autoportrait et c’est aussi une manière de communiquer ((Scott, Ronnie. Face value [online]. Meanjin, Vol. 72, No. 2, Winter 2013: 76-83. http://search.informit.com.au/documentSummary;dn=449839748130340;res=IELLCC>ISSN: 0025-6293)) / ((Fausing Bent, Selfie and the search of recognition : See for your selfie, Københavns Universitet, Faculty of Humanities, Department of Scandinavian Studies and Linguistics, URL : http://forskningsbasen.deff.dk/Share.external?sp=S80e0e392-30e3-4ba5-9fec-e5835ef9457e&sp=Sku )). Elle permet de donner une information sur sa tenue du jour, son maquillage du jour, son humeur du jour, sa coiffure du jour, son rhume du moment ((#ootd = outfit of the day, #muotd = make up of the day, #hotd = hair of the day, etc.))… En somme, le selfie a une valeur éphémère et permet de donner quelque chose de singulier à la constante de son image.

On est toujours soi, mais le selfie permet d’identifier des moments précis de la vie.

J’admets pour ma part faire un selfie de moi à chaque nouvelle coupe de cheveux ou changement de paire de lunettes ((Mon dernier selfie pour mes nouvelles lunettes de vue, http://instagram.com/p/ePNEhnClH/http://instagram.com/p/fdbM2bnCp2/)). Mais depuis Snapchat ((Snapchat est un service disponible sur smartphone qui permet de communiquer grâce à une photographie. Cette dernière a pour particularité de disparaître ensuite.)), je pense qu’il n’est plus tant utile d’argumenter sur la valeur de communication d’une photographie par son caractère éphémère.

Le Caravage, Narcisse, huile sur toile, 110 × 92 cm, 1594-1596, Galleria Nazionale d'Arte Antica, Rome, Italie
Le Caravage, Narcisse, huile sur toile, 110 × 92 cm, 1594-1596, Galleria Nazionale d’Arte Antica, Rome, Italie

C’est également pour cela que le compte Instagram de mrpimpgoodgame a tant été remarqué. Il n’est absolument pas rare de voir des autoportraits sur cette plateforme sociale, pourtant il est exceptionnel de voir une telle uniformité dans la série de selfies.

Le contrôle de sa propre image

Le selfie est également une manière de contrôler son image. Comme les rumeurs, plutôt que de laisser circuler des idées sur soi-même, il vaut mieux donner en pâture des informations qui pourront être exploitées. Communiquer est une des meilleures manières de contrôler ce qu’on communique à propos de soi.

Ainsi, donner aux réseaux sociaux et à Internet en général une photographie de soi permet de noyer dans la masse celle qui sont moins flatteuse et qu’on voudrait un peu faire oublier.

Pourquoi trouve-t-on le selfie ridicule ?

Le problème du selfie et de l’autoportrait en général se situe dans l’auto-centrisme ou le narcissisme qu’il peut communiquer. En effet, se mettre au centre du sujet d’une image et potentiellement y passer beaucoup de temps peut être mal perçu.
Lorsqu’on se remémorre le mythe de Narcisse qui tomba dans l’eau tant il trouvait son reflet beau, on peut difficilement s’empêcher de penser que Narcisse était un bel idiot et que c’est bien fait pour lui !

Le DataSexuel

Un DataSexuel ((Meet the datasexuel, Spectrum, Octobre 2013, lire cet article ici)) est une personne obsédé par ses propres données. Il s’agit d’une personne qui va conserver, archiver et enregistrer un très grand nombre de données sur soi et qui va même trouver ça plutôt amusant. C’est quelque part ce que je fais avec mon fitbit ou encore avec l’application Nike+ Run. Il s’agit de données que je garde pour moi, mais je peux également les communiquer de manière ponctuelle.

Cet enregistrement permanent a donné des projets qui ont eu un certain succès sur Internet. Il n’est pas difficile de trouver des montages vidéos à partir de séries de photographies 1 fois par jour, ou sur les étapes d’une grossesse.
Cette tendance est également l’occasion de créer du contenu pédagogique. La guru beauté du Web Michelle Phan  n’hésite pas à tourner un guide How to take the perfect selfie ((http://www.youtube.com/watch?v=vbqIQcKNE7E)). Oui, il y a bien une technique spécifique, du moins il semblerait !

Et de votre côté ? Selfie or not selfie ?

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *