Au coeur du mot

Traîner dans la librairie du Centre Pompidou est toujours une bonne idée, ou bien une très mauvaise. J’en sors toujours avec un nouvel ouvrage à cause de leurs saletés de soldes. Cette fois-ci j’en suis sortie avec cet ouvrage à la couverture de carton : Au cœur du mot / Inside the word. Ce livre est un entretien rythmé de visuels avec le graphiste Philippe Apeloig.
Livre Au Coeur du Mot
Philippe Apeloig y parle d’abord de son parcours. Mise en situation nécessaire, le designer graphique et typographe français qui a un moment partagé sa vie entre la France et les États-Unis où il a notamment enseigné. Élève de l’École Duperré puis de l’ESAD de Paris, il cultiva un intérêt fort pour la typographie à travers ses expériences professionnelles.

Dans cet entretien on découvre les débuts du jeune graphiste au Musée d’Orsay. On découvre un point de vue sur le métier de graphiste et le rôle de ce dernier mais aussi une vision plus large de la profession.

À mon avis, c’est un bel ouvrage pour comprendre le métier de graphiste tant dans la démarche que dans les objectifs. Entre artiste et artisan, le but demeure la communication ce qui n’empêche pas de l’enrichir par des compétences créatives pour qu’il soit le plus efficace et le plus adéquat.

Enfin, j’ai lu dans Au cœur du mot un point de vue clair sur la qualité de la publicité actuelle – qui m’a rappelée cet article de Télérama au sujet de la culture graphique française – et la notion d’engagement dans le graphisme.

J'ai créé ce blog en 2009 pour parler de mes découvertes et de tout ce qui m'émerveillait au quotidien. Aujourd'hui je cherche à partager mes sources d'inspiration, ainsi que mon retour d'expériences dans ma vie d'entrepreneur freelance.

1 commentaire

  1. Bonjour,
    très beau livre, les quelques pages que tu montres donnent envie.
    Bizarrement je n’ai jamais mis les pieds dans la librairie du centre Pompidou alors que j’ai passé des heures dans la bibliothèque en haut.
    Peut-être que finalement ce n’est pas plus mal pour mon porte-monnaie et mes bibliothèques surchargées ^^.
    Pour revenir au « problème graphiste », ce métier est à mon avis très sous-évalué dans l’inconscient collectif : ce n’est pas juste un peu de bidouille sous Photoshop. Ça je sais faire mais je suis loin d’être une graphiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *