À lire : Le Sans-Dieu, de Virginie Caillé-Bastide

Virginie Baillé-Bastide est une passionnée d’histoire qui a mis à profit son imagination et son goût pour l’océan dans Le ‘Sans Dieu’. Ce roman qui vient tout juste de paraître nous emmène dans les mers Caraïbes au bord d’un bateau de pirates. Son capitaine n’est autre qu’Arzhur de Kerloguen qui quitta ses terres et sa famille pour embrasser une vie illégale faite de luttes et de vols. Ce changement est motivé par la perte de ses enfants et la plongée dans la folie de son épouse à la suite d’une terrible famine qui frappa la France dans les années 1700. Durant l’attaque d’un vaisseau espagnol, il prit pour otage un prêtre jésuite nommé Anselme. Ce dernier essaie de remettre Arzhur sur le droit chemin, lui qui est devenu si cruel car devant les malheurs qui l’ont frappé, il est à présent persuadé que Dieu n’existe pas et semble même vouloir aller contre lui.

J’ai vraiment apprécié la lecture de Le ‘Sans Dieu’. C’est au premier abord un roman d’aventure qui nous transporte dans une époque dans un équipage de pirates. Loin des caricatures de pirates sanguinaires, les histoires de ces marins nous rappellent que certains sont simplement des hommes qui ont abandonné une vie au profit d’une existence où chaque jour est un nouveau défi. Arzhur se plaît dans ce quotidien où la fin justifie les moyens, et où on a beau être méchant et cruel, autant en profiter puisque rien ne nous attend de bon ni demain ni dans l’autre monde. Croire ou ne pas croire en Dieu, le débat entre Arzhur et Anselme rythme une intrigue où chacun parlent de faits qui pourraient leur faire changer d’avis dans un sens ou dans l’autre. Mais on se rend compte facilement qu’il ne s’agit pas tant de religion, mais tout simplement de croire à la vie ou au futur.

> Le ‘Sans Dieu’, Virginie Caillé-Bastide, éd. Héloïse d’Ormesson, 20 €

L’image d’en-tête est un tableau Agostino Brunias, ce peintre est né en 1728 alors que l’histoire de Le Sans-Dieu a plutôt lieu dans les années 1715 si j’en crois un fait historique mentionné dans le roman.

Merci Cultura pour cette lecture.

Écrit par

Je suis tombée amoureuse de la culture visuelle à la fac, lorsque j'ai découvert l'histoire de la photographie et son rôle social. Cela m'a inspiré ce blog que je tiens depuis 2009 pour partager mes découvertes avec vous.

Laisser un commentaire