7 raisons d’aller à la Biennale du Design de Saint-Étienne

Pendant 1 mois, du 6 mars au 6 avril 2017, aura lieu la Biennale internationale du Design. Saint-Étienne, la commune de France où la différence entre un poteau carré et un poteau rond a influencé l’opinion publique durant des années. Quel meilleur lieu pour un rendez-vous autour du design ?

Si tu n’es pas encore convaincu, j’ai quelques éléments supplémentaires à te communiquer.

1 – Détroit, ville invitée

Détroit, c’est The Motor City. Ce surnom provient de son activité industrielle fortement tournée vers l’automobile. Or, ce secteur a vu les mutations du travail s’opérer. Rappelez-vous le fordisme, du nom de Ford, le constructeur automobile. Nous le prenons encore aujourd’hui comme exemple parfait d’une certaine organisation du travail. Il s’agit du cercle vertueux dans lequel les bénéfices de l’entreprise sont en partie redistribués aux travailleurs, pour les motiver à produire plus, et donc engendrer des bénéfices.

2 – Thématique plus qu’actuelle

Aujourd’hui encore, j’entendais dans le journal de 13h de France Inter un sujet qui traitait du burn-out. Le syndrome d’épuisement professionnel est malheureusement une tendance qui coûterait de 2 à 3 milliards d’euros aux caisses sociales en France. Épuiser une personne professionnellement n’est rentable ni pour la communauté ni pour l’entreprise.

Nous avons aussi une exposition du mode de vie de travailleur indépendant, qui est parfois idéalisé par les médias, ou dénoncé par d’anciens freelance. Le travail change, bouge, il se cherche. À une époque où on parle de la mise en place potentielle du revenu universel en France, le sujet est plus qu’actuel.

3 – Juste pour voir la Cité du Design

Elle est belle, mais qu’elle est belle !

C’est tout.

4 – Le puits couriot vous attend

Le parc-musée de la Mine de Saint-Étienne est à voir absolument. À l’occasion de la Biennale, le musée accueille des expositions que vous pourrez voir. Faites un détour par les expositions permanentes également. Vous découvrirez des bâtiments encore empreints de leur passé minier.

Le musée de la mine de Saint-Etienne ne se trouve qu'à une dizaine de minutes du centre-ville. Son parc, son puit, et sa…

Publié par Ecribouille.net sur samedi 14 mars 2015

5 – Territoire d’expérimentation

Tout Saint-Étienne devient un lieu d’expérimentation dans les murs, et hors les murs.

6 – Pour poser ses fesses

Banc d’essai, un jeu de mots pour les objets urbains posés dans l’agglomération. Vous pouvez les tester, vous asseoir, apprécier les nouvelles courbes de ces assises originales. C’est une initiative qui avait déjà été entreprise en 2015. Elle est renouvelée cette année. Jouez à trouver les bancs à travers la ville !

Il s’agit également de rendre visible la Biennale même pour les personnes qui ne sont pas du tout intéressées. Le design devient accessible grâce à une application concrète dans le quotidien des habitants.

Voyez également l’exposition IN intitulée Bancs d’utopie de Francis Cape.

7 – Pour les expositions OFF

Parce que c’est cool, que c’est original. Bon il y a de tout, il faut sans doute faire le tri selon ce que l’on a envie de voir ou pas. Mais c’est revigorant et il y a de quoi s’occuper pendant 1 mois.

Et si t’es trop occupé…

Si t’as pas envie d’aller à Saint-Étienne parce qu’il y a 2 ans il y a eu de la neige pendant la Biennale, ou que t’as pas le temps, tu n’as qu’à continuer à me suivre ici et je te tiendrai au courant !

 

Photo à la Une : Panorama des mutations du travail 2.2 Digital Labor À brancher chez soi et à orienter pour mieux en profiter : manipulons les ondes ! Mars 2015. © Juliette Gelli

Écrit par

Je suis tombée amoureuse de la culture visuelle à la fac, lorsque j'ai découvert l'histoire de la photographie et son rôle social. Cela m'a inspiré ce blog que je tiens depuis 2009 pour partager mes découvertes avec vous.

Laisser un commentaire